Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La portée réelle d'un billet

La libre expression suppose parfois des désagréments.

J'ai reçu à propos d'un même billet des commentaires peu amènes me reprochant ma franchise, ma liberté de ton et l'expression sans nuance d'un point de vue négatif et parfois assassin. Il est vrai que j'ai plus l'habitude de défendre les spectacles que j'aime plutôt que d'enfoncer ceux que je n'apprécie pas. Je ne suis pas critique patenté ; je n'ai aucun intérêt à faire ainsi du tort à des artistes qui ont mis beaucoup d'eux-mêmes dans leur production.

Si j'ai écrit, cette fois, c'est que j'avais été choqué par la nature même du concept et la forme particulière qu'avait prises ce triste moment. J'ai essayé de ménager les deux artistes accompagnant l'homme qui déballe des souvenirs intimes d'une autre personne. Voici où se situe alors mon tort : je n'ai pas réussi à préserver ceux qui étaient embarqués dans la galère …

Mais que diable, mes pauvres billets sont juste l'expression d'une opinion sans autre valeur valeur que la petite attention accordée par une poignée de personnes puisqu'elle n'émane pas d'un organe de presse. Je m'exprime en mon nom propre sans l'onction d'un titre ou d'une rédaction. Ma prose, si elle déplaît, ne doit ni blesser ni avoir d'importance. Il suffit d'un clic pour l'effacer de la vue : ce n'est pas un journal qui s'impose par le poids de sa diffusion.

Je déplore les remarques ; je suis peiné d'avoir ainsi déçu des personnes qui m'appréciaient. Mais tel est le risque que l'on prend chaque jour en écrivant : il n'est pas possible de plaire à tout moment à moins que de produire uniquement de l'eau de rose à la manière des chroniqueurs télévisuels où tout le monde est beau et toujours gentil.

L'expression d'une opinion suppose qu'elle peut parfois heurter, qu'elle peut tout aussi bien blesser et que là, il est important d'introduire de la nuance et des termes qui demeurent convenables. L'insulte et la vulgarité sont les limites que je m'impose : il n'est pas question de tomber dans ces travers odieux. Mais en dehors de ces pièges affreux, jamais l'expression ne doit se censurer au risque de perdre toute sincérité.

On prétend que l'exercice est vain, qu'il n'a pas de raison d'être puisque émanant de ma seule volonté. C'est sans doute vrai et c'est ce qui dégonfle dans l'instant les réserves ou les critiques que l'on me retourne à propos de la supposée dureté du commentaire. Ce n'est qu'un ballon de baudruche qui se dégonfle le lendemain, qui est oublié deux jours après et qui disparaît bien vite à jamais.

N'accordez pas d'importance à ce qui n'en a pas. Nous autres blogueurs, nous proposons du vent ; nous nous donnons l'illusion d'un pouvoir purement fictif. Les mots s'envolent désormais, nos écrits ne sont rien ou peu s'en faut. Ils sont paroles qui s'échappent et se perdent dans l'immense vide d'un maelström dont le tourbillon ne touche personne.

Gardez donc raison et modération ; laissez le pauvre agité du clavier s'exprimer sans déclencher courroux ou colère pour un mot de travers ou une maladresse que vous seriez seul à remarquer. C'est l'agitation qui fait tourbillon ; le silence et l'indifférence sont les plus sûrs moyens de ne point réveiller le néant dans lequel il se débat.

Dans l'avalanche d'écrits qui tombe chaque jour sur nos écrans, les quelques poussières de phrases qui émanent de votre serviteur ne méritent pas d'être montrées d'un doigt vengeur. Un billet d'humeur passe ; le suivant sera aussi insignifiant que son prédécesseur. La grande et unique certitude de la toile c'est qu'elle n'a aucune profondeur, aucune existence réelle. C'est un monde virtuel, immatériel, superficiel, évanescent, insignifiant.

Laissez-moi donc à mes pauvres écrits. Vous avez toujours la liberté de les ignorer. Je n'impose rien, croyez-le bien. Merci.

Franchement vôtre.

La portée réelle d'un billet

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Orage 16/04/2015 17:52

Vous faites bien de le dire, et encore je vous trouve bien trop sensible aux critiques qui ne sont manifestement que de la censure déguisée. Un peu moins d'humilité aussi en face de ceux qui s'arrogent des droits insupportables. Courage donc et contiuez!

C'est Nabum 16/04/2015 18:23

Orage

Je continue ! J'ai appris au fil du temps à me blinder face aux insultes mais la censure je ne supporte pas.

Olivier 15/04/2015 19:02

Bonjour,

j'aime bien votre entame, "La libre expression suppose parfois des désagréments". Pour moi, l'usage du mot "parfois" m'incite à croire que vous êtes quelqu'un de plutôt positif, ne changez rien dans ce cas ;-)

Sinon, votre billet me rend un peu triste...voir quelqu'un être visiblement aussi touché d'avoir "déçu" des gens lui reprochant sa franchise et son honnêteté, ça me met mal à l'aise.
Je sais bien que l' époque est aux inversions constantes des valeurs dans un but de destruction du(des) lien(s) social(aux), mais les gens francs et ayant le courage de présenter leurs points de vue ne devraient pas en souffrir, ni avoir à se justifier de l'avoir fait.
Surtout pas face à ceux qui restent passifs devant tout (souvent par manque de personnalité). Qui sait si leurs reproches ne sont pas une forme de jalousie, parce vous avez le courage de vous exprimer, y compris négativement, et que eux en sont incapables ?

Lire des points de vue sincères (qui peuvent bien entendu être négatifs, voire bien "tranchés") devient de plus en plus difficile; merci donc de rester comme vous êtes, sinon je passerai encore plus de temps à chercher des écrits intéressants...

Au plaisir de vous lire,
Olivier.

C'est Nabum 15/04/2015 21:15

Olivier

J'ai été touché, même blessé par une demande de retrait d'une illustration pour protéger des gens que mon billet menaçait Je doute qu'il en soit réellement ainsi et j'ai pourtant cédé à la demande par sympathie pour la personne qui faisait pression.

Cela fait, il me fallait évacuer la frustration et ce que j'ai ressenti comme une censure. Je crois que la confiance est rompue, c'est bien dommage et je voulais signifier par cet écrit à quel point je suis sensible à toute ingérence dans mon travail d'écriture.

Merci de votre soutien