Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Consternation

... Et désolation

Vous vous pensiez à l'abri de la déception. Vous saviez à quoi vous en tenir. De bons esprits vous avaient pourtant averti que les apparences sont trompeuses et que le piège se referme vite quand la lassitude et l'usure du temps ont fait leur vilaine œuvre. Mais tout ceci n'était pas pour vous : vous vous pensiez indestructible, si confiant en votre capacité à surmonter les obstacles, que vous finissiez par balayer d'un revers de main dédaigneux ces oiseaux de mauvais augures …

Et à votre tour, vous êtes frappé de plein fouet. L'évidence s'impose à grand fracas de déception et de désolation. Ce que vous avez construit s'écroule, se disloque. Tout n'est que sable et illusion. Rien de solide, un pauvre équilibre fragile et sans doute factice, qui ne résiste pas à la première anicroche. C'est la consternation pour vous ; pour vous seul sans doute.

Votre naïveté, une fois encore, vous a joué des tours. Vous pensiez que votre désintérêt, votre refus d'établir une relation mercantile, votre participation sans la moindre contrepartie étaient de nature à lever tous les doutes, toutes les hypothèques sur une relation qui se prétendait de confiance. Hélas, rien n'était plus erroné. Il y avait le maître du jeu et son pion ; vous n'aviez pas compris cette redoutable évidence qui s'imposait à ceux qui avaient tenté de vous ouvrir les yeux.

Votre lucidité soudaine est d'abord douleur et rancune, colère et regrets. Que n'avez-vous su établir un lien équitable, un système qui ne reposait pas sur le seul accord tacite : celui dont chacun pense qu'il est intangible et harmonieux ! C'est une fois le voile déchiré que vous percevez enfin que la balance penchait dans l'autre sens, que vous étiez le dindon d'une farce qui se jouait à vos dépens.

Ceci ne serait pas dramatique en soi, les blessures d'amour-propre finissent à la longue par se refermer. Il suffit de ravaler un peu de son orgueil, d'éviter de paraître dans les parages où continue de régner celui qui vous a laissé. Vous vous faites discret mais cela ne peut suffire ; vous allez devenir le mauvais objet : celui par qui la faute est arrivée.

Vous n'avez pas à dire votre désarroi, à évoquer le problème. Vous passeriez alors pour le mauvais coucheur, le salaud de service qui, non seulement n'accepte pas la vérité, mais la déplore et la dévoile au grand jour. La consternation ça se garde pour soi, ça se rumine en silence, ça se porte comme une croix qui vous cloue au pilori de la médiocrité.

Vous n'êtes plus rien, vous n'avez jamais été quelque chose. Vous étiez simplement le jouet du maître de cérémonie : celui qui fait la pluie et le beau temps en son royaume. Il a cessé de jouer, il s'est lassé de vous, il a trouvé un nouvel objet qui a, depuis longtemps déjà, pris votre place. La gratitude ne doit aller que dans un sens, et ce n'est pas à vous d'attendre des remerciements.

Acceptez donc de retourner à votre pauvre condition de médiocre et de pantin. Les projecteurs ne seront plus jamais braqués sur vous ; ils ne l'étaient d'ailleurs pas. Vous n'étiez que dans l'ombre du maître et celui-ci s'en étant allé, vous vous retrouvez dans cette obscurité que vous n'auriez jamais quittée sans lui.

La consternation vous étreint, elle vous brise le cœur, elle vous fracasse l'esprit. Il ne faut rien dire : vous risqueriez de tout perdre. Mais vous avez tout perdu, à quoi bon vous taire ? Vous risquez simplement de passer au-delà de la barrière de la respectabilité. Il y a trop de risque à dénoncer le maître de cérémonie. Quel qu'il soit, celui qui tire les ficelles, celui qui est dans la lumière est indéboulonnable.

Il continuera de parader, de pérorer, de s'afficher. Ce sera sans vous, désormais rejeté loin de son domaine. Vous n'étiez rien qui vaille, vous voilà n'être plus rien : ce que vous n'auriez jamais dû cesser d'être ! Soyez beau perdant, retirez-vous sur la pointe des pieds ; le spectacle continue sans vous.

Consternement sien.

Photographie de Val Lorec

Consternation

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annie 16/06/2015 22:26

Mais non C'est Nabum ! tu n'es point poussière ! tu es une belle personne avec un grand coeur ! et de surcroît doté d'un grand talent ! surtout n'en doute point ! ne change rien, reste égal à toi-même ! nous on t'aime

C'est Nabum 17/06/2015 06:01

Annie

Pourtant il se murmure que l'homme est méchant, qu'il n'aime pas ses semblables ... Il est vrai que certains travers de l'humain le mettent dans tous ses états.

Alors, le Nabum part en guerre contre les moulins à vent chevauchant un âne !

Plus Sancho que Don Quichote sans aucun doute

Laure 16/06/2015 12:28

Où vous nous rejoindrez , nous les petits , les oubliés, les dédaignés , les sans-grade( mais on s'en fout ). Je vous invite à vous y rouler en notre compagnie ,: c'est roulant ..
Pulvis es et in pulverem reverteris.

C'est Nabum 16/06/2015 14:50

Laure

Ce n'est peut-être que la poussière du chemin ...

Laure 16/06/2015 10:00

C'est vous qui avez le beau rôle par la manière digne et sobre de nous faire partager votre chagrin qui est vraiment réel et qui nous concerne tous, bien sûr. Qui n'a pas connu de déceptions cruelles ? "
Les relations désintéressés sont si rares et ces mots d'amour et d'amitié , à peu près toujours galvaudés , chaque être ayant sa pratique, quelquefois fort éloignée de la valeur initiale de ces termes . On n'a pas assez de synonymes à mon avis pour qualifier ces mots sacrés .Les échanges sont souvent trop inégaux .Mais je préfère donner trop que pas suffisamment . Peut-être est-ce une forme d'orgueil pour garder le beau rôle précisément.

C'est Nabum 16/06/2015 12:21

Laure

Je ne le pense pas ...
C'est moi qui passera pour le mauvais objet, celui par qui les salissures arrivent.

Dans cet univers, seules les apparences sont à sauver, pour l'honneur, on peut sursoir !
J'ai bien du mal dans ces conditions à respecter les codes en vigueur ...

Mais ça n'a que peu d'importance puisque je retourne à la poussière.

kakashisensei 16/06/2015 08:13

Vous êtes-vous inspiré du principe d'une célèbre pièce théâtrale pour rédiger ce billet ou bien de quelque fâcheuse expérience personnelle ?
Les grandes peines font les pires douleurs; de celles que l'on écume à grand'peine pendant qu'à nos côtés, un démon ricane.

C'est Nabum 16/06/2015 08:55

kakashisensei

Les deux mon ami

L. Hatem 16/06/2015 06:49

Il y a tant de maîtres de cérémonie... à vous de choisir !
Ou alors devenir sois-même maître de cérémonie !

C'est Nabum 16/06/2015 06:52

L Hatem

Je ne suis rien qui vaille

Point de cérémonie avec moi Je ne suis que poussières sur la toile