Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Champagne

Que sautent les bouchons !

Champagne

Même s'il faut lire ce billet avec modération, même si l'appellation est désormais contrôlée, qu'il est bon de laisser couler ces délicates bulles dans notre gosier, de profiter de leur fraîcheur et d'aimer cette douce ivresse qu'elles apportent. Faisons la fête, soyons fous, célébrons ce que bon nous semble et faisons sauter le bouchon, y compris sans le moindre prétexte ! Il n'est pas nécessaire d'avoir quelque chose à fêter pour nous accorder ce bonheur sans pareil.

 

Que ce soit dans une flûte ou bien dans une coupe, ce délicat breuvage enchante nos papilles, honore notre table et aime à complaire à nos yeux par sa délicate robe, ses tendres bulles qui viennent éclater à sa surface. Il se joue des reflets du jour, enchante la lumière d'un soleil couchant. Qu'il soit champagne ou bien crémant, il symbolise la fête, la célébration ou le plaisir !

 

Vaporeux nectar, il sublime l'apéritif quand d'autres lui préfèrent des boissons anisées ou distillées. La douceur contre la violence, la subtilité ou la force brute d'alcool qui vous chamboule le palais, c'est la boisson des dieux et des gourmets. Le champagne ouvre aussi le bal d'un repas d'exception quand entièrement il l'accompagne. C'est alors un hommage aux mets raffinés, aux nuances gustatives qu'il vient délicatement souligner sans tirer la couverture à lui.

 

C'est encore la tendresse d'un duo qui n'en finit pas de faire éclater bulles et baisers. Le champagne a fait tourner autant de têtes que de cœurs ; c'est l'ouverture d'une soirée pleine de promesses, de caresses et de merveilleuses ivresses pour tous les sens de ces deux-là qui ont célébré leur passion dans de merveilleux flacons. Il est prélude à des débordements que nul ne songera à lui reprocher.

 

 

Champagne

Il souffre parfois de pauvres imitations des mousseux assassins, des breuvages assommants qui vous promettent autant de migraines que d'aigreurs d'estomac. Il doit encore supporter d'insupportables maquillages quand certains se prennent de la fantaisie de le grimer en le colorant de crèmes incertaines qui le dénaturent et le trahissent. Accordez donc cette faute de goût aux médiocres rosés et laissez en paix le champagne : il ne mérite pas une pareille insulte.

 

En groupe, il est exubérance et fête. Les bouchons claquent et s'envolent librement, retombent un peu plus loin, loin des convives qui les ont oubliés pour ne plus penser qu'à la première gorgée. Les amis trinquent, se promettent tant de belles choses qu'ils n'hésitent pas à reprendre le rituel à la bouteille suivante. Il libère les langues et les confidences, il se prétend brut alors qu'il n'est que douceur et tendresse.

 

De tous les breuvages, il est mon péché mignon, mon assuétude incontrôlable. Tant qu'il en reste dans la bouteille, tant je désire y plonger mes lèvres pour me noyer dans sa subtile volupté, sa tendresse pétillante, ses parfums délicats. Plaisir du palais tout autant que des yeux, j'y succombe avec délice, me perds dans ses envoûtements, me noie dans ses pièges sans le moindre remord.

 

 

Champagne

Mais par contre , que personne ne vienne brutaliser le flacon, l'ouvrir de manière cavalière et grossière, singeant les Gaulois d'alors qui décalottaient les amphores de vin qui leur arrivaient par la rivière. Cela peut sans doute être considéré comme une prouesse, l'appartenance à une symbolique guerrière, mais, que diable, ce coup de poignard sur le goulot me semble vulgaire et déplacé : tout à l'encontre des vertus de ce breuvage magnifique.

 

Quant aux furieux qui secouent le flacon,le transformant en geyser afin d'exprimer leur joie par le gaspillage du précieux nectar, ils n'ont pas mon estime. Chaque goutte perdue ainsi est une offense au travail du vigneron, une marque de mépris et une irréparable dispersion. Non vraiment, si la coupe est pleine, autant ne pas la répandre ailleurs que dans les gosiers.

 

Si vous partagez pleinement ma passion pour ce flacon, si vous avez dans votre cave quelques bouteilles qui sommeillent, n'hésitez pas à m'inviter. Nous libérerons la belle endormie, nous remplirons nos verres et partagerons ces instants savoureux. S'il faut trouver prétexte à la chose, je veux bien vous raconter une histoire et alors, nous boirons ce champagne pour notre plus grand plaisir !

 

Trinquement vôtre.

Champagne

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article