Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

En travers de la gorge.

Trop de maux ...

En travers de la gorge.

 

Ça ne passe toujours pas.

 

La gorge nouée, j'ai quelque chose en travers de la gorge qui ne passe pas. Je ne suis, hélas, pas le seul dans ce cas à rester muet d'incompréhension et de honte. Les mots nous ont manqué puis ils ont afflué en désordre, ils se sont précipités dans nos bouches au goût amer. Ils se sont tellement bousculés que certains ont fini par se mettre en travers de la raison, en travers de la pensée.

 

Les réflexes archaïques ont ressurgi. Ils aiment tant les périodes troubles, les moments où tout bascule du côté obscur. Ils se délectent de nos faiblesses, de nos peurs irraisonnées qui nous poussent dans les abysses de l'esprit. Les appels à la vengeance, à la haine, montent de consciences qui n'ont plus aucune conscience de ce qu'elles devraient être.

 

La déraison l'emporte tout comme la folie. Des abrutis réclament la peine de mort pour les kamikazes comme si ceux-là ne se chargeaient pas de s'appliquer à eux-mêmes la sentence. Plus rien ne passe, tout s'agglutine derrière ce bouchon ignoble, cette tache indélébile dans notre lecture du monde. L'humanité s'égare et,pour retrouver son chemin, on ne trouve rien de mieux que de frapper à coups de bombes lancées dans un désert d'intelligence.

 

C'est dérisoire, c'est sans doute contre-productif, c'est en tout cas parfaitement inutile. Nous pouvons hurler notre désarroi : nos cris resteront muets tant sont sourds aux plaintes du peuple souverain les responsables politiques de toutes tendances qui, passée la parade du congrès de Versailles, ont retrouvé leurs vociférations honteuses, leurs algarades indécentes en cette période de deuil et de nécessaire dignité.

 

Ce spectacle non plus ne passe pas. Il m'étrangle d'indignation, il me révulse. Je ne me reconnais plus depuis bien longtemps dans cette mascarade de notables qui se comportent plus mal encore que des gamins énervés dans une cour de récréation. Pas plus que ne passent ces images de la télévision qui mènent, elles aussi, la traque au sensationnel.

 

Informer ce n'est pas mettre en scène la peur, la mort, les coups de feu et les assauts de la police. Informer c'est expliquer, donner des perspectives, prendre de la distance tout en laissant agir dans l'ombre ceux qui risquent leur vie pour rétablir l'ordre. Là aussi, les mots intelligents ont dû rester au fond de la gorge de nos journalistes de plateau, épuisés par des émissions spéciales à n'en plus finir où le temps d'antenne est inversement proportionnel aux réflexions profondes et pertinentes.

 

Les micro-trottoir me restent pareillement en travers de la gorge. Quelle est donc cette manie absurde de tendre un micro et d'offrir une audience à un quidam que l'on place volontairement dans une situation de réaction animale, atrabilaire, spontanée et viscérale ? La plupart du temps, ce sont des remarques dénuées de distance, privées de réflexion, éloignées de la sagesse qui fusent ainsi pour le plus grand plaisir de ceux dont le seule mission est de remuer la fange.

 

Ça ne passera jamais et pour éviter de me mettre plus en colère, je fais le vide, je coupe la radio et la télévision quand surgit le malheur n'importe où dans le monde. C'est à croire à la complicité implicite des monstres et des médias. Les uns offrent les acteurs d'une barbarie sans nom, les autres leur assurent une couverture médiatique sans équivalent pour satisfaire à leur volonté de promotion de la mort.

 

Je crois au pouvoir de la raison. Où est-elle en cette période dramatique ? Je crois en la réconciliation et à la solidarité. Et plus que jamais les querelles idéologiques viennent briser cette espérance alors qu'un gouvernement d'unité nationale devrait se mettre en place durant une période d'état d'urgence. Je crois à la puissance de la pensée et c'est à celle des armes que l'on fait appel, réduisant à néant notre humanité.

 

Oui, tout cela me reste en travers d'une gorge que les abominables intégristes ne sont hélas pas les seuls à prendre pour cible. Mon cœur saigne du « spectacle » du moment car c'est malheureusement ce mot qu'il faut employer pour désigner cette désolation mise en scène et plus rarement en mots intelligents. Redonnons la parole aux philosophes à l'exception du « va-t'en guerre » en chemise blanche et col relevé qui a une part non négligeable dans le bordel ambiant.

 

Demandons aux politiques de se taire, aux experts de retourner à leurs expertises, aux journalistes de laisser la police faire son boulot, aux passants de ne plus répondre à un micro qui se tend à l'improviste. Prenons alors le temps de parler entre nous, de réfléchir et parfois d'écrire loin du tumulte de la rue. La pensée a besoin de calme et elle est tout sauf un spectacle ou une représentation.

 

Dégorgement leur.

En travers de la gorge.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fatizo 21/11/2015 18:41

Nous savons que ce n'est pas de la part de nos "élites" que viendra le salut.
On a tout de même eu à l'occasion de cette horreur de voir des moments magnifiques de solidarité des plus humbles. C'est d'eux que peut venir la solution. Gardons une lueur d'espoir.
Bon WE CNabum

C'est Nabum 22/11/2015 00:11

Fatizo

C'est le sens de ma phrase

L'espoir viendra des humbles, des modestes, des anonymes et non pas de ces gens issus des fabriques normatives de prétentieux sans honneur

ourale55 20/11/2015 18:05

C'est Nabum merci pour ce texte et j'en retiens ce qui est dessous de mon commentaire...
J'aimerais tant retrouver un peu d'insouciance plutôt que d'entendre tout ce qui se dit , pardon, car pour moi, je ne fais que lire vu que je n'ai plus de TV et que la radio est mise pour mes animaux car moi je suis dans une autre pièce !
Mon ordinateur un un PB de son et c'est aussi bien ... !
En lisant, je peux prendre du recule car je ne suis pas anesthésiée par tout ces mots dit et la façon dont ils sont dit ... !
Bonne fin de journée et amitiés !
***************************
" ... Demandons aux politiques de se taire, aux experts de retourner à leurs expertises, aux journalistes de laisser la police faire son boulot, aux passants de ne plus répondre à un micro qui se tend à l'improviste. Prenons alors le temps de parler entre nous, de réfléchir et parfois d'écrire loin du tumulte de la rue. La pensée a besoin de calme et elle est tout sauf un spectacle ou une représentation." ...

C'est Nabum 20/11/2015 18:48

Ourale 55

Il est temps que nous abandonnions le tumulte que font ceux qui s’agitent et oublient de réfléchir un peu