Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Bulletin trimestriel

Élève Nabum

Bulletin trimestriel

 

Entrée dans l'inactivité contrastée

 

Le petit Nabum aurait pu donner entière satisfaction pour son entrée dans le monde des inactifs s'il n'avait, comme à son habitude, mis quelques obstacles sur son chemin. Nous avions bien senti qu'il éprouvait quelques inquiétudes pour franchir ce saut dans l'inconnu : celui du temps qui n'est plus sous contrainte (du moins c'est ainsi qu'il envisageait cette nouvelle vie). Il a vite déchanté en ce domaine et c'est très bien ainsi ; il ne s'est pas bercé longtemps de l'illusion du temps maîtrisé !

 

Nous devons saluer ses efforts louables pour donner du sens à sa nouvelle liberté. Son engagement auprès d'une association caritative fut à ce titre exemplaire, non pas tant par son apport réel mais bien par les liens qu'il a su établir et l'investissement dont il a fait preuve. Déplorons cependant son échec dans sa volonté de proposer un Atelier d'Écriture aux gens de la rue. L'ambition était trop grande ou les modalités inadaptées.

 

Notre personnage a su rebondir en s'inscrivant dans le projet des Fous de Bassan. Il a montré ainsi qu'il était capable de ne pas s'obstiner inutilement tout en déplaçant ses objectifs vers des réalisations moins compliquées. Il s'est mis de bonne grâce au service du projet et participera activement à notre manifestation solidaire du 24 janvier. Nous tenons à lui décerner les encouragements du conseil des sages …

 

Tout, hélas, n'a pas été marqué du sceau de la réussite. Son rapport à la Loire, une fois encore, lui a joué de vilains tours. Lui qui envisageait de s'impliquer pleinement dans les activités marinière s'est vu brutalement repoussé loin des quais. Il lui a fallu avaler, une fois encore, cette contrariété qui n'est pas la première dans la longue liste des désillusions ligériennes. Reconnaissons que ses attentes en la matière sont à l'opposé de celles des gens qui lui tournent le dos et n'ont de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues à aube. L'élève Nabum a échappé de peu au conseil de discipline et a préféré la fuite au conflit. Il faut lui donner quitus pour cette option raisonnable.

 

Notre trublion est retombé dans la marmite de la controverse. Nous l'avions pourtant mis en garde contre ce travers qui aggrave son cas, qui le prive d'une bonne partie des gens qui comptent dans notre cité, mais rien n'y fait, le pamphlétaire revient au galop quand les évènements et l'actualité le poussent à user de son fiel. Nous pouvons déplorer ce choix qui le prive sans doute des félicitations de ses lecteurs.

 

C'est sur le terrain du conte et des bonimenteries qu'il a trouvé l'équilibre qui lui faisait défaut depuis sa rupture avec la balle ovale. C'est sans doute là une reconversion réussie, même si sa réputation délétère lui ferme bien des portes. Comment sinon expliquer qu'il n'a jamais pu mettre les pieds dans les bibliothèques municipales de notre commune et que ses livres ne figurent pas dans la proposition de l'office de tourisme ? Qui sème le vent récolte la tempête diront les esprits malveillants ! Il nous semble préférable de lui adresser ici un avertissement disciplinaire afin qu'il comprenne enfin qu'il n'est rien à attendre pour lui dans sa bonne ville.

 

Oublions donc cette cité johannique : elle a, depuis belle lurette, perdu l'esprit guêpin qui fit jadis sa réputation et félicitons notre troubadour pour son obstination à promouvoir une autre idée de la Loire. Il a su séduire bien des auditoires différents dans la discrétion de prestations qui échappent toujours à la sagacité des médias locaux. Il ne doit rien attendre de ceux qui se mettent au service du pouvoir et des valeurs confirmées.

 

Ainsi, il prépare son grand projet pour le dernier trimestre de cette année scolaire, loin de la publicité qu'il n'aura jamais. Pour ce faire, le marinier à pied vient de se doter d'un canoë qui lui permettra de partir de Moulin sur l'Allier pour aller le plus loin possible à l'ouest par la Loire, les canaux et d'autres rivières. À chaque étape, il proposera en compagnie de ses camarades de bordée, des chansons à ceux qui voudront bien leur ouvrir les portes.

 

Naturellement, notre escogriffe s'étant aliéné ceux qui président aux destinées de la marine de Loire, ce projet se fera sans la promotion des fédérations ad hoc. On reconnaît là son goût pour la marge et son incapacité chronique à rester dans le cadre. Il en assume les conséquences et c'est, à ce titre, que nous lui accordons quitus pour tous ces travers détestables qui font de lui un proscrit dans le pays des gens courbés.

 

Nous tairons ici les nouvelles obligations de ce grand-père histoire. Cette partie de son parcours relevant de la sphère privée, il convient d'en respecter l'intimité et le secret. Il nous semble nécessaire cependant de préciser une autre naissance qui, celle-ci, subit la loi du silence des médias. Son second livre «  Les Bonimenteries du Val d'Or » n'a eu aucun écho, n'a pas été défendu par des journalistes locaux ,plus soucieux de servir la soupe que de donner un coup de pouce à une mauvaise tête locale. Nous le savons profondément blessé par cette injustice mais l'encourageons néanmoins à poursuivre dans sa voie, le troisième volet de ses Bonimenteries n'étant pas loin d'être achevé.

 

Voilà le bilan assez contrasté au final d'un individu qui gagnerait à être connu s'il n'était pas d'humeur aussi instable, belliqueuse parfois, irrévérencieuse toujours. Il n'est rien à espérer pour lui lors du prochain trimestre : nos conseils de modération resteront vains. Il n'est pas homme à se complaire dans l'obséquiosité ; le temps ne sera jamais celui du consensus mou et hypocrite qui convient si bien à ceux qui réussissent ici. Tant pis, il faut savoir renoncer à certaines choses pour ne pas trahir ses valeurs et notre lascar s'y emploie à merveille.

 

Le conseil des maîtres est heureux de lui accorder son soutien pour qu'il continue ainsi à déplaire aux aigrefins tout en enchantant les rebelles et les rêveurs. Bonnes fêtes au vilain Nabum et à l'année prochaine !

 

Bulletinement sien.

Bulletin trimestriel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

gcunpeu 26/12/2015 19:45

A,B,C ou D ?
Là n'est pas le souci de l'élève Nabum .
Qu'il est difficile d'être aimé ! Mais élève Nabum, à quoi ça sert d'être aimé ?
A développer au trimestre suivant ......ou pas.
Moulins New York en canoë. Encore des déceptions à écrire. Est ce bien raisonnable ?

Bonne année Nabum à toi et à la famille ....agrandie semble -t-il . Un gros bisou à la maman .

C'est Nabum 27/12/2015 08:30

gcunpeu

Être côté n'a jamais été mon soucis
Nulle courbette ni risette pour avoir l'illusion d'être aimé

La vie ne sert jamais ce plat

Quant aux déceptions elles sont ma gourmandise et mon inspiration
D'autres célèbrent leurs succès, j'ai un faible pour mes échecs si nombreux qu'ils me le rendent bien

Merci à toi l'ami du Berry authentique

mobal 23/12/2015 19:09

Le petit Nabum semble avoir atteint l'âge de la matûrité .Qu'il ne renie pas surtout sa fraîcheur pubère qui a toujours fait le charme de ses élans prosodiques . Nous le préférons lorsqu'il regarde devant et non les yeux trop fixés sur le rétroviseur . Bref félicitations pour le parcours accompli et encouragements pour une suite pleine de vie et de surprises . Cet élève réussira (à faire de sa vie une oeuvre);
Admis en classe(d'âge) supérieure.

C'est Nabum 23/12/2015 22:10

Mobal

Toujours droit devant
C'est d'ailleurs préférable pour éviter les coups de poignards dans le dos qui ne manquent jamais de venir de ma bonne ville

Le bourgeois est fourbe mais il ne court pas assez vite

Jean du MoDem 23/12/2015 16:41

" Il nous semble préférable de lui adresser ici un avertissement disciplinaire afin qu'il comprenne enfin qu'il n'est rien à attendre pour lui dans sa bonne ville."
Si, il doit s'attendre et il le sait à être condamné au bûcher en 2022 pour fêter le premier millénaire des premiers bûchers de la chrétienté à Orléans.

C'est Nabum 23/12/2015 17:56

Jean du Modem

J'en connais beaucoup qui seront volontaires pour allumer le feu
Ils sont tous issus du sérail, ce ceux qui seront toujours en place dans cette ville qui n'est guère regardante pour ceux qui sont de la bourgeoisie locale. Ceux-là peuvent traîner des casseroles, ils ont tous les droits y compris celui de transformer en cendre.