Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Ils nous ont menés en bateau …

Histoire d'un naufrage financier

Ils nous ont menés en bateau …

Le canal lacrymal.

Ils nous ont menés en bateau …

Mon Dieu, qu'il en a fait couler d'encre ce bon vieux canal d'Orléans, né sous une mauvaise étoile, construit pour que la ville continue d'exister au XVII° siècle avec, à la clef, une belle entourloupe de la part de notre bon duc d'Orléans ! Je vous invite à relire ce récit : il démontre à l'évidence que les mœurs politiques ne changent guère au gré des époques.

Ils nous ont menés en bateau …

Puis le canal d'Orléans connut son heure de gloire. Il permettait d'alimenter tout autant qu'abreuver une capitale qui ne cessait de grandir. C'était une époque où les hommes avaient la sagesse d'utiliser les voies d'eau tout en prenant leur temps pour aller d'un point à un autre. Le bilan carbone de nos flûtes berrichonnes étaient on ne peut plus satisfaisant.

Ils nous ont menés en bateau …

Puis le train et plus tard le camion supplantèrent nos péniches, devenues encombrantes et inutiles carcasses croupissant dans un canal qui n'avait que ses yeux pour pleurer sa gloire d'antan. Il fut fermé en 1954, abandonné, délaissé, négligé. Pauvre espace de quiétude et de beauté, condamné à n'être plus rien qu'une belle promenade pour ceux qui vont à pied.

Ils nous ont menés en bateau …

Du côté de celle qui se prétend capitale ligérienne, le canal qui aboutissait en Loire du côté du Châtelet sembla bien vite une bouche inutile qu'il convenait de fermer. On le boucha ; il fallait exploiter au mieux cet espace en bord de Loire, y faire des parkings pour la reine automobile, une piscine pour ces citadins qui ne voulaient plus se baigner en Loire. Nous étions dans les années 1960 ; tout était permis à qui se pensait résolument moderne.

Ils nous ont menés en bateau …

Le problème avec le modernisme c'est qu'il ne dure jamais très longtemps. Une quarantaine d'années plus tard, un maire qui rêvait en grand voulut recreuser le canal. Il pensait modernité de l'époque, tourisme fluvial, grands travaux et prestige. Seuls les grands hommes dans l'histoire ont creusé des canaux ; notre bon Serge n'allait pas faire exception à la règle. Il se rêvait Nasser, il ne fut que Charlemagne : celui des fosses carolines qui tombèrent à l'eau ….

Ils nous ont menés en bateau …

Il faut dire qu'il n'eut guère de chance dans sa noble entreprise. C'est assez ballot mais recreuser un petit bout de canal et oublier de le rendre étanche, c'est faire preuve de négligence et de peu d'esprit d'à-propos. Les fuites furent responsables de bien des débordements financiers : le canal du maire fut un gouffre et le demeure encore aujourd'hui, même s'il flatte l'œil et permet à un ambassadeur de briller quelquefois.

Ils nous ont menés en bateau …

Dans son malheur, notre bon maire fut fort mal épaulé. Ses amis de l'agglomération et du Conseil Général (car c'est ainsi que se nommait alors le Conseil départemental) lui promirent monts merveilleux et vaux magnifiques. Orléans n'allait pas tarder à être reliée à la France et à l'Europe des canaux. Une convention était signée ; des sommes furent englouties pour remettre en état des écluses que la négligence des mêmes ou de leurs prédécesseurs avaient laissé se dégrader.

 

Ils nous ont menés en bateau …

Le chantier profita sans doute à quelques amis, l'argent fut dépensé ; le canal demeure un bel endormi. Pourtant une capitainerie donne l'illusion qu'il y a de l'activité dans le port. C'est de la poudre aux yeux : une danseuse payée par le contribuable. Le canal ne mène nulle part ou bien dans l'impasse d'une politique incohérente et fastueuse qui n'a plus les moyens de ses phantasmes.

Ils nous ont menés en bateau …

Alors, une fois encore, le canal va être mis en chômage. Les crédits sont gelés, les fonds ne sont plus disponibles et les derniers bateaux touchent le fond. Le canal entre Orléans et Combleux, ce bel inutile qui ne conduit nulle part, va continuer de se faire cloaque, espace offert aux algues, aux détritus et à la négligence des promeneurs.

Ils nous ont menés en bateau …

Plus un sou, a décidé le Conseil départemental, pour le rêve d'un pharaon redevenu simple conseiller. Les moustiques vont élire domicile en cette belle zone humide artificielle qui bientôt fera le bonheur des touristes climatiques. Orléans première cité tropicale d'Europe continentale, ses caqueziaux, sa vase, son cloaque à l'eau saumâtre. Je voulais me moquer de nos hommes politiques locaux ; je découvre avec étonnement qu'il n'en faut rien faire. Ce sont des visionnaires !

Ils nous ont menés en bateau …

Admirativement leur.

Ils nous ont menés en bateau …

Photographies de l'ami Georges

 

Grand merci à lui

Ils nous ont menés en bateau …

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kakashi 24/12/2015 10:51

Pauvre petit bras de Loire délaissé !

Pour rajouter au tropical, on peut lui flanquer quelques piranhas bien sentis et pourquoi pas des alligators... Et puis quelques indiens ça et là, les tribus aux rites jadis cannibales. Quelques boas, deux trois tarentules bien drues et ce n'est plus une simple balade en canoë mais un périple aventureux...

D'ailleurs, comment se fait-il que vous glissiez maintenant dans le plus simple appareil ? Vous voilà moins que marin d'eau douce, vous périclitez à l'image de ces pirates rentrant en radeau ;)

Revenez nous entier de cette Louisiane française !

C'est Nabum 24/12/2015 13:04

Kakashi

Voilà une belle idées

Je crains davantage les requins qui ont fomenté cette gabegie sans nom
Ceux-là ne risquent rien, c'est avec notre argent qu'ils s'amusent