Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La Ligne de front

Les rides s'y creusent profondément.

La Ligne de front

 

De quoi perdre la face.

 

 

S'il est un sujet éminemment dangereux c'est bien celui du front. À bien y regarder, il y a de quoi en perdre la tête ou bien la face. C'est d'ailleurs là la question la plus importante. Faut-il faire front ou bien se dresser face à la menace ? Car ceux qui prétendent avancer le front en avant en nous regardant droit dans les yeux ont souvent des têtes qui ne me reviennent pas.

 

Mon front se plisse à cette évocation scabreuse. La ride qui se dessine préfigure-t-elle la prochaine ligne de front qui séparera les gens de bonne volonté des moutons égarés ? Car, à n'en point douter, il vaudra mieux tomber au front les armes à la main que se retrouver front contre front et subir cette lourde menace. Hélas, nul front du refus ne se dessine pour l'instant ; le petit roquet de la maison bleue a le front fuyant dès qu'il s'agit d'aborder le sujet.

 

Le front s'assombrit sur notre belle France. Ce sont des sueurs froides qui me coulent du front. La bête immonde avance, le visage grimé derrière un masque de fausse respectabilité. Beaucoup se laissent prendre à la farce, baissent le front devant les leçons de l'Histoire et ceignent leur front d'un bandeau tricolore, prétextant ainsi ne pas laisser à l'adversaire sournois l'exclusivité du patriotisme.

 

C'est le rouge au front que je constate à quel point se fourvoient ceux qui pensent encore qu'il est possible de mener plusieurs affaires de front. Il n'y a plus qu'un combat à mener : celui de la démocratie et, avant que nous ayons à bander le front des futurs blessés de la guerre civile inéluctable, évitons de nous bander les yeux et de feindre que le danger n'existe pas.

 

Il conviendrait alors d'atteler les chevaux de front afin de ne pas creuser des sillons gorgés d'un sang impur. Hélas, les vieilles ganaches qui nous gouvernent sont incapables de faire taire leurs divergences, les uns vont à hue, d'autres prétendent aller à dia et laissent le champ libre à ceux qui sillonnent vraiment la campagne, creusent un socle solide qui bientôt leur assurera de prometteuses récoltes.

 

Du front de mer sourd une terrible menace. Les réfugiés seront renvoyés sans état d'âme. Voilà un front qui se prive aisément de cas de conscience. Ces malheureux seront attaqués de front, sans ménagement, refoulés à la mer ou bien de là où ils sont venus. Seuls ceux qui ont le front oint d'une eau bénite certifiée, seront reçus les bras ouverts. L'acte de baptême sera bientôt le passeport idéal pour notre belle France.

 

Courber le front devant un Dieu homologué ou devant un chef auto-proclamé, voilà les perspectives qui se présentent à nous. Nous feignons de ne pas croire à l'imminence de la menace. Nous allons perdre sur tous les fronts, la liberté en sourdine, l'honneur en décrépitude et la démocratie en sommeil. La bête, quant à elle, fond sur sa proie sans pitié !

 

Combien serons-nous à relever le front tant qu'il en est encore temps  ?Le front du refus se passera aisément des guignols qui agitent le vilain Gnafron par simple calcul électoral. Il faut se serrer les coudes pour repousser ce front infernal ; n'attendons rien de ceux qui courtisent leurs électeurs, marchent sur leurs plates-bandes ou pire, encore, vont se servir dans leurs propositions.

 

La COP 21 lutte contre le front chaud tandis qu'un front froid, glacial, risque de s'abattre sur nos libertés. Il n'est pas d'exemple que la peste brune respecte les règles une fois qu'elle est dans la place. Quand elle sera au pouvoir, vous aurez beau vous essuyer le front, ouvrir les yeux et sortir de vos illusions, il sera trop tard. Vous vous heurterez le front ou la tête contre les murs, vous partirez alors, chers petits camarades, au front, comme de bons petits soldats marchant au pas de l'oie et chantant une marseillaise liberticide.

 

J'espère que d'autres auront le front de se dresser eux aussi contre la lourde menace. Mais ce n'est certes pas en insultant honteusement les électeurs égarés à la manière d'un premier ministre outrageant. Ces braves gens expriment leur désespoir, leur colère devant le mépris des partis de gouvernement. Ils ne peuvent mener plusieurs affaires de front ; pour l'heure ils réclament d'être enfin considérés et écoutés : ils ne s'attachent pas à décrypter la véritable nature de ceux qui leur font les yeux doux.

 

La peur n'exclut pas le danger ; nous sentons des sueurs froides nous coller sur le front. Pour les éponger, il faudra aussi passer un grand coup de balai sur cette République qui nourrit la bête par tous ses travers, ses défauts et ses tromperies. Relever le front sera à ce prix ou il faudra se résoudre à la catastrophe.

 

Frontalement leur

 

La Ligne de front

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

kakashisensei 09/12/2015 15:48

Et c'est aussi pourquoi je partage une grande partie de vos colères hormis quand vos opinions convergent vers le modèle anglo/saxon

C'est Nabum 09/12/2015 18:59

kakashisensei

C'est bien la critique qui m'est la plus insupportable
Je hais le modèle anglo-saxon

Je ne vois pas en quoi je me rapproche de cette idéologie désastreuse

kakashisensei 09/12/2015 15:30

Nabum,

Le XIXème siècle fut différent du nôtre. Les idées s'ajustent avec le temps.

Moi, en toute conscience, je serais toujours du côté des petites gens qui votent FN. Même si ce n'est pas mon choix.

S'ils votent FN par adhésion ou colère, c'est que dans tous les cas de figure la République a failli. C'est surtout que dans tous les cas, les politiques ont trahi.

Aujourd'hui, selon moi, condamner le vote FN c'est faire le jeu des traîtres. Entre la trahison ou la colère allant à l'encontre de cette trahison, je ne choisirais jamais le camps des traîtres.

Quand le diable se fait mordre la queue et qu'il s'écrie: « ce n'est pas moi le diable, c'est elle ! » désignant alors une bête immonde qu'il a lui même enfanté, j'ai envie de lui crier à mon tour: « Tu nous prendrais pas pour des cons par un sordide calcul politicien ? »

kakashisensei 09/12/2015 12:42

Nabum,

Un des journaux du gouvernement, subventionné grassement avec nos impôts, dit que c'est la faute des catholiques. Je me disais aussi...

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1458430-regionales-le-fn-attire-plus-les-catholiques-preuve-que-la-dediabolisation-fonctionne.html

C'est Nabum 09/12/2015 14:20

kakashisensei

Ce n'est pas parce qu'un journal met à l'index les catholiques qu'il faut penser que c'est parole d'évangile

kakashisensei 09/12/2015 12:16

Nabum,

La république est ainsi faite que toutes vos prédictions ne pourront avoir lieu.

Peut-être l'expulsion des réfugiés, mais elle sera une expulsion parmi tant d'autres passées, présentes et à venir. La France comme tous les pays du monde expulse des gens, elle n'a pas attendu l'aval du FN.

Mais ne nous mettons pas Martel en tête, le score élevé n'est dû qu'à la forte abstention des citoyens. Il y a un refus d'une part de plus en plus importante des individus des idées de gauche ou libérales.

Dans de nombreuses parties de notre territoire, on n'a plus l'impression d'être en France. Si on rajoute par dessus une politique de préférence étrangère à une politique de préférence nationale, contrairement à la plupart des pays de la planète, ainsi que des insultes et un racisme anti-français présents depuis de longues années, une insécurité en hausse liée en partie à cause de l'immigration, notamment celle des mafias de l'Est, mais bien dissimulée politiquement comme médiatiquement, la montée du Front National était aussi prévisible que les attentats de cette année et de l'année dernière.

Nous sommes rentrés dans une attitude de défiance réciproque. Néanmoins, le FN est un parti nationaliste certes, mais démocrate et républicain comme les autres partis. Jusqu'à alors, les Français étaient rejetés sinon abandonnés dans leur propre pays, la donne est en train de changer. Je les comprends tous ces fronts en colère. Il faut que l'insolence et l'indécence de la gauche cesse.

Si ce parti est un problème, ainsi que LR à droite, vous n'avez qu'à militer pour imposer une dictature de gauche libérale. En attendant, c'est la démocratie qui s'exprime.

Je ne pense pas que Victor Hugo souhaitât l'abandon de la nation, qu'il abhorrât la Marseillaise et le drapeau français. Comme il n'aurait certainement pas jubilé d'observer des voitures crâmées tous les premiers de l'an, les 14 juillet, lors de certaines rencontres sportives internationales. Enfin, à l'inverse de vous, Victor Hugo conjugait les droits avec les devoirs.

Ne salissons pas sa mémoire en instrumentalisant l'illustre et géniale écrivain. Flaubert comme Maupassant se montrait critique à l'égard de la patrie, des honneurs et des cérémonies. Mais ce ne fut jamais gratuit, sinon pour montrer l'absurdité et l'hypocrisie des hommes à travers leurs oeuvres. À la différence de la gauche actuelle, c'était pas les immigrés ont toujours raison, les français toujours torts: ouvrez-vous brave citoyens, goûtez notre dictature et surtout fermez là !

Il n'y a pas plus fermé au débat et anti démocrate que la gauche actuellement.

C'est Nabum 09/12/2015 14:23

kakashisensei

Je ne suis pas prophète
Je joue avec les mots plus qu'avec les idées

Vous prétendez que je n'en ai guère ce qui n'est pas faux en matière politique

Je ne conjugue pas droits et devoirs
Comme vous y allez, c'est bien mal connaître le personnage réel, scrupuleux sur ce point à un niveau qui le rend insupportable

Mais qu'importe, je ne suis pas non plus dans le panthéon des grands auteurs