Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le médianoche amoureux.

Une nuit contée ...

Le médianoche amoureux.

 

En hommage à Michel Tournier.

 

Quelle belle idée ! Quelle belle soirée ! Une douzaine de lettrés qui aiment à partager leur passion du livre eurent l'idée de célébrer la Saint Valentin en rendant à leur manière un hommage littéraire à Michel Tournier qui a quitté récemment cette vallée de larmes. Ils se souvenaient avec émotion de son recueil de nouvelles et décidèrent d'organiser un médianoche amoureux.

 

Six couples de quinquagénaires se sont retrouvés dans un gîte pour un repas de la minuit. Des tables avec des chandelles, un menu délicat, de la musique et quelques histoires d'amour. N'allez pas imaginer des choses qui n'ont rien à voir avec ce qui se passa alors. Une ambiance feutrée, des discussions de salon littéraire et cette incroyable sensation de se retrouver en dehors du temps.

 

Un traiteur avait accepté de se prêter à cet horaire inhabituel. Il avait aussi fait l'effort de livrer un menu qui portait en lui les promesses de l'amour. Bouchées à la reine, Vol-au-vent, pigeons farcis, puits d'amour. Tout pouvait être sujet à interprétation, rêverie, et délicatesse. J'avais le sentiment de me retrouver témoin du festin de Babette. Il y avait de la volupté dans ce dîner du bout de la nuit.

 

Je suis arrivé, non pas pour participer aux agapes : j'étais seul et n'avais pas à jouer le pauvre de service, l'âme en peine ou bien le cœur à prendre. Non, je me suis invité simplement pour leur livrer trois contes d'amour qui faisaient contrepoint à la proposition du maître queux. Entre deux plats, les convives se taisaient et le Bonimenteur évoquait quelques facettes de la passion.

 

« Le plus beau cadeau qui soit » reprend un scénario très classique de l'amour qui demeure stérile jusqu'à ce qu'une grande marque de tendresse fasse basculer les corps et la génétique. J'aime dire cette histoire : elle porte en elle le frisson de la passion, la tendresse et le désir. Elle touche toujours et cette nuit-là, une fois encore, elle rapprocha ces couples qui célébraient leur amour.

 

« Lancelot et Margot » était tout nouveau. Je ne l'avais pas encore dit et il me fallut m'imprégner de son esprit. C'est l'histoire d'une passion au-delà du temps, d'une rencontre improbable, d'un nouveau départ qui n'est sans doute qu' onirique. J'ai vu dans quelques regards que ce récit évoquait sans doute quelques songes intimes. Je ne me permis pas d'en savoir plus !

 

« Victor et Marguerite » c'est l'amour qui se réalise dans le secret de la nature. Blanche biche le jour, Marguerite retrouve ses formes humaines pour aimer à la folie son Victor, la nuit, sous les étoiles. La fusion de la passion, la magie de la métamorphose. Chacun peut interpréter à sa guise ce changement de la biche et de l'amante. Quelques regards en coin me poussaient à croire que la fin de nuit serait coquine pour mes gentils couples attentifs.

 

Je pouvais repartir, fatigué certes, mais heureux d'avoir apporté ma pierre à cette incroyable idée. Michel Tournier devait, lui aussi, apprécier ce moment, là d'où il nous regardait, le sourire aux lèvres. Son médianoche avait belle allure. Les convives achevèrent leur repas nocturne au son des violons ; le conteur reprenait la route pour les laisser à leurs amours.

 

Écrire des histoires pour ainsi leur donner corps, les offrir à l'imagination de quelques auditeurs attentifs est un plaisir immense. Juste avant, dans une grande salle des fêtes, j'avais vainement tenté de toucher un public bien plus nombreux, qui était venu manger et discuter sans avoir envie d'entrer véritablement dans l'imaginaire d'un pauvre baladin.

 

Il en va ainsi des émotions et des partages : ils ne sont pas toujours au rendez-vous. C'est parfois, quand on ne les attend pas, qu'ils se réalisent et alors la belle alchimie fonctionne et vous transporte d'aise. Merci à ce groupe de fins lettrés de m'avoir redonné un peu de bonheur en m'écoutant si bien.

 

Nocturnement leur.

Le médianoche amoureux.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article