Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

À propos d'un spectacle vivant

Impression de spectateur

À propos d'un spectacle vivant

 

L'harmonie nécessaire

 

 

Ayant découvert, il me semble avec bonheur souvent, inquiétude parfois et angoisse plus rarement la belle aventure du spectacle, je ne regarde plus de la même façon la production d'un groupe. J'observe alors avec plaisir la manière dont les artistes agissent pour prendre le public par le cœur afin de les entraîner dans leurs univers. C'est un moment de bonheur à condition que tous les membres du groupe aillent dans le même sens..

 

Il m'a été donné d'observer un spectacle fait d'anicroches, d'incompréhensions, de décalage et de menues dysfonctionnements dans un groupe dont je tairai le nom. Il faut reconnaître que le spectacle ne m'a pas touché, les acteurs n'étant manifestement pas en phase, et surtout, ne partageaient pas la même conception du rapport au public. Alors comment s'étonner ensuite que l'étrange alchimie qu'il faut mettre en œuvre quand le rideau est tiré ne fonctionna pas ce jour-là.

 

Bien évidement, au cours de cette prestation quelque peu chaotique, que je n'hésiterai pas à qualifier de médiocre, une bonne partie du public pour des raisons sans doute diverses n'a pas adhéré à la pauvre agitation scénique qui nous fut donné de déplorer. Rien ce soir-là se semblait rodé, huilé, organisé. Les musiciens montraient des signes évidents de désaccord voire de disharmonie. La magie ne pouvait opérer.

 

La question se pose alors des attentes respectives des différents acteurs de cette représentation. L'un paraissait à la recherche d'un plaisir personnel, égoïste pour briller en public, se montrer et se faire remarquer. Les autres supportaient vaille que vaille ses simagrées en se désintéressant du public. Leur spectacle n'était plus l'aboutissement d'un travail de maturation, d'un long assemblage de séquences et de morceaux qui sont en tout point élaborés et réglés mais un numéro d'équilibre entre les différents protagonistes.

 

Se présenter devant le public sans savoir exactement ce qui doit être jouer, en laissant penser que le morceau suivant ou bien la mélodie en cours vous échappent est du plus mauvais effet. Il y avait un hiatus qui se remarqua et finit par faire tâche. La discordance n'est pas garante de succès surtout dans le registre musical. Il faut un peu d'harmonie pour satisfaire un public qui a payé sa place.

 

La scène est par définition un espace d'exposition. Un musicien s'y conduisait de manière désordonnée, compulsive, extravagante sans que cela apporta quoique ce soit à sa production, bien au contraire. Le musicien oubliait de bien jouer pour se focaliser uniquement sur son rôle de pitre de service. Le chanteur en était perturbé, agacé, désorienté. Son camarade oubliant de se mettre à son service, le forçant même à se caler sur les errements du fantaisiste.

 

Si pendant un morceau, un musicien fait le pitre, il n'est pas simple de suivre les paroles, de les comprendre, comme si pour celui là, elles n'avaient aucune importance. Il doit y avoir adéquation entre les comportements et le texte, c'est important quand justement les mot sont porteurs de sentiments ou de gravité. Le décalage devient alors insupportable pour le spectateur attentif.

 

Le spectacle c'est aussi un espace vivant qui évolue, qui se transforme, qui progresse. Pour avoir déjà vu ces charmants musiciens, ils conservent immuablement le même programme, faute de la volonté de toujours surprendre le public, de lui apporter des nouveautés, de l'étonner ou de prendre par surprise. La rengaine tue le désir. L'uniformité a toujours donné naissance à l'ennui. Un répertoire évolue ou bien meurt lentement ….

 

Mais pourquoi se donnent-ils encore en spectacle ? Si seul l'attrait du gain est en cause, il est certain que celui qui agit ainsi fait fausse route. Si c'est se montrer pour être sur la photographie, c'est encore un motif douteux. Si c'est pour passer le temps et se divertir ou se donner une constance, la posture semble insuffisante. Il faut avoir l'envie de donner quelque chose, de transmettre une émotion, un message, une passion. Il n'y a pas d'artiste qui n'ait pas ce besoin du partage, c'est du moins ma conviction de spectateur exigeant.

 

Se produire ce ne peut être se contenter de se mettre sur le devant de la scène pour le seul sentiment d'exister. Un spectacle doit avoir une âme. Quelles que soient les formes d'expression, sans message, sans offrande, sans passion, le résultat est tout au plus médiocre et souvent calamiteux. Il faut jouer ou parler avec son cœur et non avec son ego !

 

J'ai éprouvé le besoin de coucher tout ceci par écrit. Cela peut déplaire mais j'avais envie de stigmatiser cet ensemble hétéroclite qui manque trop d'unité pour rester un groupe. Pour l'heure c'est une somme d'individualité disparates. Le public le ressent. Ces remarques acerbes peuvent sans doute évoquer d'autres configuration, c'est d'ailleurs à ce titre qu'elles peuvent apporter de l'eau à mon moulin à paroles. J'espère que ceux qui se reconnaitront feront l'effort de renverser la vapeur.

 

 

Attentivement leur.

 

À propos d'un spectacle vivant

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article