Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L'homme qui a tué la gauche

Le 9 mars sans enthousiasme ...

L'homme qui a tué la gauche

 

Le cortège funèbre

 

Il pleut sur ma ville, il pleut et le vent glacial s'engouffre dans nos cœurs. Les derniers survivants du peuple de gauche viennent grelotter sur le parvis de la cathédrale. Ils agitent encore par habitude des petits drapeaux qui claquent dans les rafales. C'est la dernière et si vieille garde qui vient ici accompagner les quelques lycéens venus clamer une colère qui ne sait même pas son nom.

 

N'ayant jamais aimé ces rassemblements militants, je reste à distance, j'observe et me désole. Nul espoir dans les yeux des manifestants, nulle attente du grand soir. Chacun a compris que l'oraison funèbre de la gauche a été prononcée par ce petit homme qui a été porté au pouvoir suite à un énorme malentendu.

 

L'homme qui fait tomber la pluie n'a cessé de cumuler les catastrophes, les précipitations et les gros grains. Capitaine sans navire, il pousse le vaisseau France dans les bras du libéralisme tout en prenant le risque de nourrir la bête immonde. Il a tué la gauche en se vendant sans honte ni honneur aux thèses du Medef. Il prétendait faire de la finance son ennemi, il s'est allié à elle pour détruire le monde du travail avec la complicité d'un parti, plus attaché aux avantages de ses membres qu'à l'intérêt général.

 

Les derniers Mohicans portent à bout de bras les oriflammes de leurs croyances passées. Ils ne sont plus rien. La cohorte des travailleurs en colère s'est lentement, inexorablement étiolée. Ils sont devenus des précaires, des menacés, des chômeurs. Ils n'ont plus d'avenir et le savent mieux que quiconque. Alors à quoi bon manifester et prendre froid ? Ils ne sont pas venus, tout simplement, comme ils ne votent plus depuis si longtemps. Désormais, ils n'ont même plus les moyens de se soigner dignement, alors, prendre le risque d'un rhume est un luxe qu'ils ne peuvent s'offrir.

 

La rue a changé de côté. Elle appartient désormais à l'organisation impeccable des tenants de la manif pour tous ou des colères paysannes. Il faut des moyens, des transports gratuits, des relais plus ou moins officiels pour réussir une belle et grande manifestation, un cortège qui tienne la route. La gauche, laminée par les sociaux traîtres du PS, n'a plus les moyens de ses illusions. La droite joue sur du velours, la rue est sienne maintenant.

 

Les ultimes soubresauts de la revendication sociale se perdent dans cette pluie glaciale. Les lendemains ne chanteront plus ; ils seront moroses, terribles, inhumains. Les droits seront anéantis, l'ouvrier sera malléable et corvéable à merci, le silence s'imposera dans les rangs ou bien, on fera venir des travailleurs lointains, des esclaves placides, des victimes consentantes.

 

La croyance en un avenir meilleur s'est dissoute dans le quinquennat de tous les renoncements. Il faut se plier aux lois du marché, aux contraintes du système, aux règles de la concurrence impitoyable. Le formidable contingent des laissés-pour-compte pèse désormais sur ceux qui ont encore quelques miettes à grappiller. Il faut se taire et consentir à son malheur afin que quelques-uns s'enrichissent toujours plus.

 

Le cortège d'ici s'ébranle et je le laisse à ses derniers soubresauts. J'ai mal à cette nation à l'abandon, pieds et poings liés par une tyrannie économique qui n'est pas faite pour établir le bonheur du plus grand nombre mais bien la domination d'une minorité sur des masses rabaissées à la triste condition servile. Il se peut qu'ailleurs la colère trouve plus d'écho. Je peux me tromper et n'être qu'un pauvre chafouin qui ne comprend jamais rien. Pourtant, j'ai observé et j'ai eu mal à cette pantomime informe.

 

Je suis en colère contre les caciques d'un parti qui n'a eu de cesse de trahir et de mentir, de renoncer aux principes qu'il était censé défendre ou de les dénaturer. Petits-bourgeois sans aucun rapport avec le peuple réel, ils se sont fait des places au soleil au mépris de ceux qui leur avaient fait confiance du bout des lèvres. Ceux-là seront les responsables de catastrophes bien pires encore. Que la gauche soit laminée aux prochaines élections ne fait aucun doute, que les prochains scrutins ouvrent un boulevard aux ennemis de la démocratie est encore plus certain. L'homme qui a tué la gauche portera alors une très lourde responsabilité mais il s'en moquera, il est à l'abri de tout besoin.

 

La pluie continue de tomber ; elle sera le symbole de ce quinquennat de toutes les précipitations. Le navire sombre, l'espoir d'une vie meilleure pour nos enfants est désormais sans fondement. Pourtant, rien n'atténuera la morgue de ces gens qui ont failli, qui sont coupables d'une impuissance que leur incompétence n'excusera jamais. S'ils avaient quelque honneur, pour sortir la tête haute de ce fiasco sans nom, la démission serait le seul geste digne de considération.

 

Désespérément leur.

L'homme qui a tué la gauche

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Kakashi 10/03/2016 11:36

Nabum, l'utopie ne mène nulle part...

Cinq ans d'Hollande auront suffit à révéler les gougnafiers. J'ai l'impression que beaucoup de gens ne veulent pas davantage de gauche, ils ont leur overdose...

Notre héritage n'est pas le fanatisme en rien ou en tout.

À la noirceur mythomaniaque de la Nuit s'oppose la splendeur des aurores boréales ! Le voilà notre plus bel et plus précieux héritage ! La raison, la démonstration, la rectitude !

Vous avez perdu le Nord et ses aurores depuis longtemps...

C'est Nabum 10/03/2016 19:58

Kakashi

Sans utopie il n'y a plus de vie