Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La table du petit déjeuner.

La belle gourmandise du matin

La table du petit déjeuner.

Profusion et différence.

 

S’il est une table qui déborde, regorge de produits divers et finit toujours par manquer de place, c’est bien la table du petit déjeuner. Tentez donc l’aventure de recevoir plusieurs personnes et vous découvrirez la profusion qui règne en ces instants matinaux. Le premier repas de la journée, s’il ne nécessite guère de préparations culinaires en impose pourtant par la variété et la complexité de ses possibles.

 

Entrez donc à ma suite sur la pointe des pieds pour examiner les us et coutumes de ces gens qui se présentent à nous. Ils sont sans enfant ; la remarque n’ajoute rien à la débauche d’ingrédients qui va joncher la table, devenue trop étroite pour que je me mêle à eux. Les plus jeunes, de toute manière, ne vivent pas au rythme de ceux-là : un autre désordre régnera quand ils seront levés, avec des produits, hélas, qui nécessitent encore plus d’emballages !

 

La théière trône au milieu de la place. C’est par elle qu’il a fallu commencer. L’eau doit bouillir, le récipient sera une première fois échaudé car, tel le chat de l’histoire, la porcelaine et le thé craignent l’eau froide. Pendant ce temps, la cafetière se met en branle ; elle dispense ses doux ronflements tout en prenant, un temps, sa revanche sur ses rivales à capsules qui ne permettent pas de répondre à la demande collective.

 

Malgré tout, il y a toujours un gourmet ou un plus délicat pour exiger sa petite tasse, évoluant en solitaire dans la ronde des bols. Là n’est pas la seule singularité de l’assemblée. Tout est prétexte à se démarquer, y compris celui-ci qui, en dépit de son âge vénérable, continue de céder à l’appel du chocolat chaud. Pour lui, c’est le micro-ondes qui entre en action, ajoutant un autre ronflement à la mélodie de la cafetière.

 

C’est la ronde des pains qui prend le relais. Les uns le veulent grillé tandis qu’un original réclame son pain dur qu’il tranchera finement. Un plus délicat exige du pain de mie, une plus gourmande s’accorde une grosse part de pastis landais. Pour la sérénité des conversations, fort heureusement, personne ici ne croque la biscotte !

 

Le pain a besoin de tout un étalage de produits d’accompagnement. C’est une débauche de saveurs et de pots. Miel, confiture, compote, chocolat à tartiner, marmelade, tout y est ou presque. On devine que les convives sont en vacances ; le temps ne compte pas et la table déborde de toutes parts. Il faut au préalable tapisser le réceptacle à saveur, le beurre s’impose ; il sera doux pour certains tandis que les autres ne le conçoivent que salé.

 

Nous pourrions penser que la liste est close, que plus rien n’a besoin de venir se loger dans ce capharnaüm matinal, que nenni ! Il y a encore la mousse au chocolat pour la gourmande, le yaourt pour celui-ci tandis que cet original ne prend que du fromage frais de chèvre. Fort heureusement, la diététique est passée par là et personne n’ose sortir le fromage, le saucisson et la charcutaille ni même le petit blanc d’autrefois.

 

Quelques fruits viennent compléter le tableau ainsi que du sucre sous des conditionnements différents. Ajoutez bols, tasses, verres, cuillères de formes et de longueurs différentes, couteaux à dents, à beurre, à tartiner et une poule y perdrait ses petits. C’est sans doute pourquoi nos amis ont la sagesse de ne pas célébrer l’œuf au plat du matin.

 

J’allais oublier les jus de fruits qui se font multi-vitaminés pour les uns, allégés pour certains et bio pour les plus nombreux. Tout va bien ; il faut une bonne demi-heure pour dresser la table, bien plus encore pour célébrer ce moment magique et beaucoup de temps encore pour ranger le tout. Il est temps de s’interroger sur le repas du midi. Cette fois, les mets accepteront de jouer l’alternance, venant tour à tour s’offrir à l’appétit de ces joyeux lurons. Bon appétit !

 

Matutinalement vôtre.

 

La table du petit déjeuner.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article