Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le prix de la liberté.

Conte pour enfants mais pas seulement ...

Le prix de la liberté.

Le maître et le renard

 

Il était un homme qui aimait les animaux. Sa passion était telle qu'il lui fallait vivre entouré de ces petits êtres dont le silence permet de croire qu’ils apprécient votre fréquentation. Pour le maître, il ne faisait aucun doute que toutes ses attentions, les soins qu’il prodiguait sans compter et le confort matériel qu’il leur offrait étaient de nature à rendre la vie heureuse à ses petits compagnons.

 

Si les animaux domestiques se satisfaisaient tant bien que mal de ce marché de dupes, ayant, de génération en génération, accepté les règles d’un jeu fixé par les humains, il n’en allait pas de même pour ceux qui, soudainement, étaient confrontés à cette vie enchaînée qui leur paraissait triste dans cette prison dorée. Le maître ne comprenait pas pourquoi son invité ne lui montrait pas de marques d’affection. Il considérait ce comportement comme de l’ingratitude, n’ayant pas soupçon de l’injuste traitement qu’il lui imposait.

 

C’est un renard qui lui ouvrit les yeux. L’animal était magnifique, le regard pétillant, le pelage brillant, le corps musclé et élancé. Il se trouve qu’un jour il fut pris au piège et que, par chance, ce n’était pas une de ces mâchoires métalliques qui blesse celui qui se trouve prisonnier de son étreinte souvent mortelle.

 

Le renard était tombé dans une fosse, il n’en pouvait ressortir et c’est un animal humilié et contraint qui fut livré au maître. L’homme se réjouit de ce cadeau de la nature : depuis fort longtemps il rêvait d’avoir à ses côtés, cet animal dont tous les fabulistes vantent la ruse et l’intelligence. Il se faisait fort de devenir son ami, pensant trouver auprès de lui l’affection d’un chien.

 

Le renard accepta un temps de jouer ce rôle. Il avait compris du premier coup d’œil que celui qui se prétendait son maître n’était pas homme méchant. Il consentit donc à quelques grimaces, singeant le chien qui ne cessait de traîner aux pieds de son geôlier. Il fit en tout point comme le gentil corniaud, levant la patte pour le saluer, remuant de la queue à son approche et se couchant à ses pieds, le regard éperdument reconnaissant.

 

Le maître était aux anges. Il délaissa le corniaud qui, en dépit de son amitié sincère et non feinte, reçut coups de pied aux fesses avant que d’être chassé de la maison. L’homme n’avait plus d’affection que pour le renard et ses simagrées parfaites. Il relâcha sa vigilance, pensant l’avoir totalement réduit à la domesticité.

 

Le renard n’était plus attaché : il pouvait aller librement dans la demeure. Il avait gagné la première bataille mais était encore loin de se voir ouvrir les portes de la liberté. Le maître, suspicieux de nature, gardait sa demeure close, n’ouvrait jamais de fenêtre en la présence de l’un de ses otages.

 

Le renard comprit que la supercherie ne lui permettrait pas d’aller plus loin ; il lui aurait fallu changer son fusil d’épaule si l’animal avait été chasseur mais pour l’heure il était proie. C’est alors qu’il se souvint que ses pareils étaient décrits comme des fourbes, des rusés, des princes de la rouerie et de la dissimulation dans tous les livres que se plaisait à lui lire le maître.

 

Il décida d’en tenir compte et chercha dans toutes ces fables celle qui pourrait lui mettre la puce à l’oreille. C’est une histoire d’oiseau prisonnier dans une cage magnifique qui lui donna la clef qu’il recherchait. L’oiseau avait demandé à son Prince d’aller donner des ses nouvelles dans une forêt magique. Quand ses congénères apprirent que le Prince le tenait entravé dans une cage, l’un d’eux tomba de l’arbre en simulant la mort. Le Prince ne comprit rien à ce message et le transmit sans aucune prudence à son oiseau. Celui-ci fit dans l’instant le mort et fut ainsi libéré quand le Prince voulut l’enterrer.

 

Le renard écouta le récit sans broncher. Le maître lisait bien ; il aimait à lui offrir ainsi une fable chaque soir. Il ne fallait pas éveiller sa méfiance. Le renard laissa passer quelques jours, demeura docile et bienveillant vis-à-vis de celui qui le gardait sous sa coupe. Puis progressivement, il se mit à boiter, à geindre, à se porter plus mal de jour en jour.

 

Le maître, au désespoir, fit venir un vétérinaire qui ne sut expliquer le mal dont souffrait l’animal. Son état empira jusqu’à le conduire au trépas. Il s’étendit raide, simulant à merveille la mort. Le maître eut un chagrin immense, renard dut se contenir pour ne pas céder à la sensiblerie. Il s’était malgré tout attaché à ce brave homme.

 

Il garda intacte sa détermination et c’est dans les bras d’un maître en larmes qu’il sortit enfin de cette maudite prison. L’homme avança, gémissant et reniflant pour s’approcher de la forêt où il avait l'intention d’ensevelir son ami. Renard, sentant l’humus et entendant le bruissement des feuilles agitées par le vent, sut que son heure était venue. Tel Lazare, il ressuscita d’entre les morts, sauta des bras de l’homme éberlué et incrédule avant que de filer tout droit vers la forêt voisine.

 

Ayant mis assez de distance entre lui et son ancien maître, Renard se tourna vers lui et lui déclara que la liberté n’avait pas de prix, que rien ne pouvait la remplacer. Il remercia celui qui l’avait si bien traité tout en le privant de ce qu’il avait de plus précieux au monde et lui fit ce commentaire qui devrait servir de leçon à tous les enfants du monde.

 

« Je vous remercie surtout, mon ancien maître, de m’avoir lu chaque soir des histoires. C’est dans les livres que j’ai découvert la sagesse et la réflexion ; c’est grâce à eux que j’ai trouvé le stratagème qui me vaut d’être enfin libre aujourd’hui ! »

 

Puissiez-vous, les enfants, vous souvenir de cette morale. C’est dans les livres et nulle part ailleurs que vous trouverez les clefs de votre destin. Gardez-vous de croire aux belles paroles, aux promesses de confort ou bien aux illusions de la richesse. La liberté seule doit mener vos pas et aucun maître, aucun gourou, aucun prédicateur ne peut vous l’offrir. Façonnez-vous seuls votre destinée, lisez et pensez par vous-mêmes !

 

Librement sien.

Le prix de la liberté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lapin37 21/04/2016 18:04

Bonsoir C'est Nabum, déjà 6 ans que je vous suis ! le temps passe, merci pour tous ces beaux et bons textes.
Bonne soirée.

C'est Nabum 21/04/2016 19:45

Lapin37

Merci à vous, sans vous, je ne serai rien qu'un pauvre écriveur sans lecteur

Je vous remercie pour cette fidélité qui vous place dans le peloton de tête des plus anciens lecteurs

kakashisensei 17/04/2016 16:35

Je lis donc je pense. Je pense donc je suis. Je suis donc je lis. Sophisme ? Suis-je ce que je lis ?
Je préfère tourner la littérature ainsi :
Je lis donc je pense. Je pense donc je suis. Je suis donc j'écris. J'écris donc j'agis. J'agis donc je suis.
Être c'est agir... Le reste c'est du repos... Transmuter Paresse à notre siècle: les gens ordinaires, c'est de la délectation positive qu'ils veulent lire pour beaucoup, en toute légèreté... Des livres où on se laisse transporter sans grande réflexion... Bourrer de bons sentiments dans la trame... C'est leur came... Se divertir Musso, Levy, Claudel, Ledig, puis s'endormir tout crêpe...

Lapin37 21/04/2016 18:02

Bonsoir kakashisensei, "les gens ordinaires", sans grande réflexion", "leur came" ... permettez à la "personne ordinaire" que je suis de trouver votre condescendance et votre mépris tout à fait indignes, la personne si élevée que vous êtes ne devrait pas mépriser les lecteurs de ces auteurs, s'ils sont ordinaires ils ne sont pas inexistants, au moins ils lisent et c'est le principal, peut-être certains parmi eux iront-ils chercher, approfondir une idée, un concept qu'ils ignoraient.
Je le répète, le principal c'est de lire, d'entretenir cette technique acquise parfois avec difficulté, pour aimer lire il faut que la lecture soit facile, et pour cela il faut entretenir cette capacité, même avec Musso, levy, Claudel, Ledig ou autre ! continuer de lire, lire !
Et puisque vous nous écrivez de votre Olympe, il me semble que "bourrer de bons sentiments" devrait plutôt s'écrire "bourrés de bons sentiments", mais je ne suis qu'une personne ordinaire !
Bonne soirée.

C'est Nabum 18/04/2016 06:55

Kakashisensei

La lecture comme soporifique délicat, voilà une triste idée et je crains que vous avez raison
Le temps sont à désespérer de nos voisins

Réagissons avant qu'il ne soit trop tard

L. Hatem 17/04/2016 08:56

Puissent le cubains, le coréens du nord et autres peuples soumis par des dictateurs élus (oui, ça existe) se libérer enfin, en plein 21ème siècle !
Mais la liberté a un revers de médaille lorsqu'on libère un pays communiste... commence à apparaître les enfants des rues, les vieux mendiants, les prix flambent au point que les petits salaires et retraites ne suffisent plus pour s'alimenter...
Mais on est enfin libres !
Bon dimanche à vous.

C'est Nabum 17/04/2016 09:36

L Hatem

C'est assez loin de mon histoire