Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

État d’Outrance.

Notre Monde tel qu'il va !

État d’Outrance.

La déliquescence d’une société sans idéaux !

 

La période récente a multiplié les images outrancières, les réactions excessives, honteuses, déplacées. Les rues de nos grandes villes sont devenues le dépotoir de la barbarie ordinaire, de la violence extraordinaire et de la bestialité absolue. Tout est réuni pour donner une image calamiteuse d’une nation qui n’a plus aucun idéal, aucune ligne de conduite, aucune pensée commune dans une planète qui emboîte joyeusement le pas. Le phare de la pensée des lumières est devenue le catadioptre des temps obscurs.

 

Il faut bien admettre que la présidence actuelle ne fait que prolonger et amplifier le phénomène après les outrances de la précédente. Quand les garants de la démocratie sont à ce point dénués de vision, qu’ils se vautrent dans la médiocrité et la vulgarité, qu’ils sont incapables de prendre des postures de dignité, le reste ne peut qu’aller à vau-l’eau.

 

Tout se met au diapason de la disharmonie sociale. Les hordes avinées de supporters furieux, les casseurs sans âme, les monstres d’un Dieu sans foi, les grévistes indécents, le bras séculier d’un état injuste, les médias du caniveau, le matraquage des cerveaux ; la liste serait longue de cette grande orchestration du foutoir national. C’est à hurler de rage et pourtant rien ne change et les mêmes guignols sont sur la ligne de départ pour continuer le cirque.

 

Il n’est rien à attendre, tant que l’argent est l’unique valeur de cette société, qu’on y autorise des inégalités abyssales, qu’on admire les tricheurs, les menteurs, les fraudeurs, qu’on fustige l’esprit civique, qu’on se prosterne devant des abrutis en culotte courte, qu’on instrumentalise la compétition sportive la plus dégradante qui soit.

 

Le football est le paradigme d’une société en décrépitude où la tricherie, la violence, la vulgarité, les combines, les magouilles, le fric sont les moteurs essentiels. C’est ainsi que l’on compte éduquer la jeunesse, que l’on souhaite redorer l’image d’un pays sans dessein collectif, sans ambition généreuse. Le résultat est à la hauteur de l’erreur colossale. Pire même, ils ferment les écoles à Lens un jour de match par mesure de sécurité. Les enfants constitueraient-ils un danger pour les footballeurs et leurs monstrueux supporters On ne peut parier sur le diable pour élever le débat …

 

Les pauvres décideurs sont totalement débordés par les monstres qu’ils ont fabriqués. Dans les banlieue, le fric est devenue la seule religion reconnue de tous. Tout est bon pour imiter les petites frappes qui sont adulées sur les écrans : rappeurs, vedettes, sportifs, autant d’individus sans idéaux ni culture. Leurs modèles sont sortis du caniveau …

 

Ça n’est pas mieux au sommet de l’État où, nécessairement, ce sont les pires qui émergent. Tueurs, menteurs, truqueurs, tricheurs ; les têtes d’affiche de la politique traînent casseroles et affaires, coups tordus et privilèges honteux sans que rien jamais ne vienne mettre un terme à cette farce. Ils disposent d’une position à vie et les casseurs ont très bien compris qu’ils ont sous les yeux de parfaits modèles à suivre : ils se servent sans état d’âme en cassant tous les codes sociaux.

 

Le monde des affaires, le capitalisme sauvage et triomphant sont dans le même registre. Plus de respect du travail, plus de considération pour les humains, saccage organisé de la nature, vénération absolue du fric ; la violence symbolique d’une idéologie inhumaine est telle que, nécessairement, émergent des loups dans les rangs des victimes de ce rouleau compresseur. La mondialisation n’est rien que la volonté de retourner à la barbarie économique la plus absolue en remettant au goût du jour esclavage et servage.

 

Alors, ne vous étonnez pas que les soubresauts actuels soient annonciateurs de désordres plus grands encore. Le désespoir, l’inculture, l’injustice, l’absence de perspectives sont les moteurs de tous les travers de l’heure. Les monstres qui sèment la haine, la peur et le désordre sont les produits d’une société qui a perdu le sens du collectif et des valeurs.

 

Les médias se vautrent dans les louanges d’un système aberrant. Aucun micro ne devrait se tendre vers les petits frappes sur les pelouses, les abrutis du monde du spectacle, les menteurs patentés de la politique, les quidams excédés qui ne prennent aucune distance pour exprimer leur désarroi. Ce sont vers les philosophes et les penseurs que devraient se tourner ceux qui sont en charge de faire l’opinion. À se vautrer sans cesse dans la fange, on finit par la récolter. C’est le cas pour ce printemps de la honte ; jamais époque n’a été aussi pourrie. Le temps des cerises est passé de saison.

 

Outrancièrement vôtre.

État d’Outrance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Georges 17/06/2016 19:30

Quel talent ...et on peut même pas te passer un coup d'fil pour te féliciter . T'as bien raison ça n’arrêterait pas d'sonner . L’État d'outrance ... fallait la faire (y)

C'est Nabum 17/06/2016 20:15

Georges

Merci
Pour le coup, il faut préférer celui qui va du pied au C.... Il est nécessaire

Anonyme 17/06/2016 14:41

Excellentissime! Combien de fois ai-je employé ce qualificatif pour vos pamphlets ? Je n'en sais plus rien mais c'est toujours aussi jubilatoire .

Cela me rappelle la première fois où je me suis risquée sur des blogs (je n'aurais pas dû , je suis devenue dépendante ) et où j'ai senti mes colères , mes révoltes , mes dégoûts enfin compris , exprimés , partagés . Tombée dans ces marmites bouillonnante, j' y ai nagé avec délectation ; loin de me brûler , leur eau m'apaisait , me donnait force et courage nécessaires pour lutter contre les vicissitudes , aider les désespérés , trouver des mots enfin si longtemps étouffés .

C'est Nabum 17/06/2016 16:49

A Nonyme

Merci

Si j'avais le moindre talent, mes billets seraient universels
Mais rassurez-vous j'écris n’importe quoi et la Rep comme France Bleu Orléans n'ont certainement pas besoin de moi

Ils donnent la parole a des gens bien plus pertinents que moi dontun certain marchand de soupe, ambassadeur de la réaction locale

kakashisensei 17/06/2016 10:39

Nabum,

Je vous livre un extrait d'un des romans préférés :
Quelle diversité, au contraire ! Il semble que la nature ait essayé tour à tour toutes les façons d’être vivante, de se mouvoir, usé de toutes les permissions de la matière et de ses lois…. Même la botanique peut nous instruire. Quand j’examine un rameau, je remarque qu’à l’aisselle de chacune de ses feuilles, il abrite un bourgeon, capable, l’an suivant, de végéter à son tour. Quand j’observe que, de tant de bourgeons, deux tout au plus se développent, condamnant à l’atrophie, par leur croissance même, tous les autres, je ne me retiens pas de penser qu’il en va de même pour l’homme»

André Gide, Les faux monnayeurs.

kakashisensei 17/06/2016 09:40

Je partage votre indignation.
En revanche, votre discrédit est que vous chérissez les causes.
Il n'y a plus de nation, plus de peuple, plus de souveraineté, plus de culture, plus de famille... Plus de cohésion possible. Rien que des anti-fa, des immigrés, des islamistes, des féministes, des LGBT, des sionistes, des revanchards de l'histoire. L'actualité française se résume à peu près à ça. La réalité française n'est plus qu'une langue. La France comate.
Quelques lunaires rêveurs s'imaginent notre avenir sur Mars. Les plus cyniques, souvent les mêmes, vantent l'Iintelligence artificielle et le transhumanisme.
D'autres, parmis les féministes, veulent chasser une partie des grands écrivains des lumières, de ceux qui ont fait la grandeur de la France, des programmes scolaires par souci de parité. Najat approuve. L'émoi et le ressentiment, le lobbyisme, remplacent la pensée.
La suite logique sera la guerre. D'abord, une multitude de guerres civiles en Europe, opposant deux camps ; dégénérant en conflit mondial. Voilà comment je vois les choses. Puis-je seulement, et je l'espère, me fourvoyer dans ce pessimisme.
L'histoire ne se répète pas. C'est l'absurdité des hommes qui revient comme une force insurpassable. On refuse de s'y résoudre. Dieu ou le Progrès, quelle différence ?

C'est Nabum 17/06/2016 10:11

Kakshi

Est incompatible ?

kakashisensei 17/06/2016 10:06

Et moi, je ne crois qu'en la nature.

C'est Nabum 17/06/2016 09:55

Kakshi

Je crois en la culture
Accordez moi cette utopie

kakashisensei 17/06/2016 09:46

On refuse à s'y résoudre...

mobal 17/06/2016 08:43

Ce qui me frappe , c'est cet exhibitionnisme/voyeurisme bien illustré par les photos jointes : la place essentielle est prise par le téléphone portable. Le chaos devient un spectacle , une photo à prendre.."J'y étais , la preuve!" "Qu'est ce que tu as fait?" "J'ai consommé!"
Heureusement que dans les années 40 , il n'y avait pas de portable !!! La violence est devenu un objet de consommation , de compétition . Malheureusement la photo a remplacé le cerveau . Ressassons sans cesse cette phrase du père de Camus :"un homme , ça s'empêche!"

C'est Nabum 17/06/2016 09:01

Mobal

J'ai écrit un conte à ce sujet
Je l'ai encore dit hier soir

Le portable est le paradigme de toutes nos dérives
S'en priver, c'est choisir de penser autrement