Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Les leçons d’un Référendum

Urne funéraire pour la CEE

Les leçons d’un Référendum

Le peuple existe encore …

... ailleurs que chez nous !

 

Alors que les habitants de Loire-Atlantique sont consultés pour un référendum qui n’est que consultatif, les Britanniques ont botté les fesses aux élites et à l’Europe sans qu’aucune voix anglaise ne vienne dénoncer cette terrible erreur. Pire même, le choix des électeurs devrait être respecté : ce qui peut paraître incroyable quand on a connu les précédents français, grecs, irlandais et hollandais.

 

Tous les parlementaires hexagonaux qui ont voté le traité de Lisbonne contre l’avis du peuple français doivent s’étrangler de rage. « Comment une nation aussi développée peut-elle encore donner la plus petite créance à l’opinion des masses ? » Tous les responsables de cette effroyable forfaiture, commise en 2007, devraient au contraire s’inquiéter pour leur devenir : un jour ou l’autre, un tribunal populaire les condamnera pour ce déni de démocratie.

 

Les Britanniques sont plus soucieux du suffrage universel tandis que notre bon président François ose commenter la décision des urnes d’une autre nation. Les termes qu’il a employés pour qualifier le résultat sont une véritable insulte, un désaveu de la démocratie ; il n’a donc pas honte de remettre en cause un choix légitime.

 

Il est bien temps de crier au feu. L’Europe est une dictature libérale : les peuples en sont écartés. Le pouvoir est aux mains de technocrates, plus soucieux de défendre des lobbies que les habitants. On peut encore le vérifier avec les inquiétudes émanant des banques et des bourses. Les termes employés, une fois encore, attestent du plus profond mépris, de la plus absolue négation des masses populaires.

 

Les Britanniques ont effectué un choix que d’autres peuples feraient en conscience, en dépit du matraquage des médias, de la posture des élites, des pressions des industriels et des financiers. Leur vote sera validé car cette nation est la plus vieille démocratie : elle est en mesure de respecter l’engagement du peuple ; ce qui ne se passerait pas ainsi ailleurs.

 

On peut mesurer les cris d'orfraie des uns et des autres : tous ces nantis, ces profiteurs, ces privilégiés d’un système inique. À les écouter, on comprend le sort qui serait le nôtre si, d’aventure, nous venions à nous exprimer sur le sujet. Le peuple est remisé aux oubliettes ; il est nié, accusé de populisme, de stupidité, d’inconséquence, de folie.

 

Les élites sont horrifiées ! Le peuple est depuis si longtemps dédaigné, rejeté, pressuré, bafoué, humilié, que c'est une hérésie pour ces nostalgiques de la démocratie censitaire ou de l’ancien régime qu'il puisse enfin s'exprimer. Les commentaires postérieurs à ce fameux référendum sont significatifs. Bien peu de nos chers responsables reconnaissent la légitimité du vote populaire : c’est dire s'ils usurpent tous leur place !

 

Pour une fois, je vais féliciter nos chers voisins, nos si vieux ennemis héréditaires ; les Britanniques nous ont montré la voie. Le temps est venu du grand coup de balai, de l’effacement de cette ignoble dictature libérale. L’Europe est à construire ; ce n’est pas un marché, ce n’est pas une monnaie, ce n’est pas une commission, c’est d’abord un espace commun pour les peuples, une enclave démocratique et citoyenne dans un monde régi par la seule finance . Il faut reformuler une pensée européenne en dehors du diktat économique.

 

Un souffle est enfin venu pour émerger de cette actualité, à la condition de condamner au silence tous les traîtres, tous les corrompus, les prévaricateurs, les privilégiés qui ont confisqué le pouvoir et la démocratie. Les grands partis au gouvernement ou dans l’opposition se sont fourvoyés dans cette escroquerie absolue. L’Europe nouvelle doit venir des peuples et non de ces représentants de l’ordre ancien.

 

Négativement leur.

 

Les leçons d’un Référendum

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

kakashisensei 28/06/2016 18:24

Le responsable des grandes tragédies européennes à suivre dans l'Europe post-révolutionnaire, c'est Napoléon, et les intellectuels allemands, les bolchéviques, non le Duc de Wellington et les libéraux anglais. Du reste, c'est vrai, nos voisins n'ont jamais été socialistes, ni communistes, ni même républicain.
Il n'empêche que nos deux cultures se sont toujours influencées, de manière inavouée, presque honteuse.
Je ne suis pas anglophobe. Je ne suis pas europhobe. Je suis pour une grande culture européenne revendiquée, allant de l'Irlande à la Grèce.

C'est Nabum 28/06/2016 20:58

Kakashi

Une Europe culturelle, je suis très favorable à cette belle idée, je doute que les économistes aient la plus petite parcelle de culture européenne

kakashisensei 28/06/2016 18:36

Les responsables...

kakashisensei 28/06/2016 10:19

Les Anglais étaient et sont encore, le peuple le plus évolué d'Europe. Ses lumières ont gravé la Culture moderne, et influencé le monde.
Du reste, libres avant nous, plus que nous, hier comme aujourd'hui, ils nous apparaissent insupportables.
Si de Gaulle ne voulait pas du Royaume-Uni dans l'Europe, c'était par péché d'orgueil. Mais aussi, parce qu'il leur reprochait une politique économique trop proche de celle des Américains.
Toutefois, le grand homme était cohérent. Il n'appréciait pas Jean Monnet, parce qu'il le considérait au rabais de l'Oncle Sam. C'était absolument vrai.
Ainsi, l'Union européenne au départ, est née d'une volonté de rallier les Etats à dessein de les fédérer (par un beau jour de printemps très certainement), modelée sur les Américains dans le but d'éradiquer les nationalismes nous ayant conduit au pire, et pour ce faire, de dissoudre les nations au sein d'un marché commun souverain de libre échange. Sauf qu'il y avait six pays.
Servir l'hégémonie américaine contre l'expansion Stalinienne a donné d'emblée le ton. C'était un La dièse, un peu faussé.
L'union des patrons, des banquiers et des lobbies ont supplanté l'Union de la Culture, tant désiré par Hugo, de Gaulle.
Les Anglais tirent des leçons de leur erreurs. Les Français en sont incapables. C'est pourquoi, ils ont toujours eu une longueur d'avance sur nous. Et que nous finissons toujours, finalement, par les imiter ensuite.

C'est Nabum 28/06/2016 14:10

Kakashi

S'ils nous sont en tous points supérieurs, je crains que nous soyons alors bien bas !
Je ne peux en aucune manière accepté votre admiration pour cette nation

Le poids de l'histoire sans doute, pèse trop sur mon jugement

ALEA JACTA EST 26/06/2016 08:00

C Nabum
Permettez-moi d' insister mais vous passez sous silence le fait que les différentes nations qui composent le Royaume Uni n' ont pas répondu de la même façon à la question posée...
Un peu gênant, non ? ...Il faudrait peut-être donner aux ecossais et aux irlandais du Nord la liberté de se libérer du joug anglais et de rester dans l' UE.
Vous le voyez, en donnant la parole au peuple d' une manière très maladroite, Cameron n' a rien clarifié du tout mais a réussi à compliquer davantage une situation qui était bien complexe.
Résumons nous.Le royaume uni a des difficultés à maintenir les liens qui unissent chacune de ses nations, et ce scrutin, ne fait que compliquer davantage une situation déjà bien dégradée...
Bon dimanche

C'est Nabum 26/06/2016 09:29

Alea Jacta est

Nullement gênant
Cela démontre la dimension impérialiste de l’Angleterre et on devine que les petites nations périphériques ont compris que l'espoir pour elles résidait davantage dans l'Europe que dans cette empire libéral

Maintenant, il reste à faire une Europe débarrassée de l'idéologue capitaliste, le départ de l’Angleterre laisse une place au rêve

ALEA JACTA EST 25/06/2016 09:10

Tsipras a donné la voix au peuple avec le succès et l' efficacité que l' on connaît.
Le référendum est souvent l' expression la plus pauvre qui soit de la démocratie.
Certaines questions méritent une réponse un peu plus fines que OUI ou NON.
Le NON a gagné de manière indiscutable mais il est permis d' avoir un autre regard sur ce scrutin...
at aussi, une autre lecture...
Il ne vous aura pas échappé que les fhaineux étaient à la fête hier....
Votre article est le côté pile...je vous propose ici le côté face
http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2016/06/brexit-ou-quand-la-grande-bretagne-sort-de-la-pire-des-manieres.html
Bonne journée

C'est Nabum 25/06/2016 13:56

Alea Jacta est

Ce sont toujours les solutions les plus simples qui triomphent dans les campagnes électorales
La complexité n'est jamais abordé par la sphère politique

ALEA JACTA EST 25/06/2016 10:34

C Nabum
Je m' étonne que quelqu' un comme vous ne soit pas interpellé par le manque de qualité de cette campagne, par ses mensonges et manipulations grossières et excessives...Une campagne qui n' a pas été au niveau de l' exigence démocratique qu' on peut attendre de la Grande Bretagne.
Hier c' est aussi le populisme et la démagogie qui ont triomphé...
Même si je ne vais pas pleurer sur le départ des britanniques( grand bien leur fasse ! ) c' est un triste jour pour la démocratie...et un très mauvais signal pour les autres pays...

C'est Nabum 25/06/2016 10:19

Alea Jacta est

La politique conduit immanquablement à l'alternative dans un système ou rien ne premet le compromis
Oui ou Non jamais peut-être