Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Un État ! Il y a urgence …

La componction ne suffit plus !

Un État ! Il y a urgence …

Que les masques tombent enfin !

 

Les drames s’ajoutent aux drames. Le pays sombre dans une guerre qui n’en est pas une, dans une angoisse sourde qui ne peut se raisonner. L’ennemi est invisible, insaisissable, impossible à réduire au silence. Il est multiple, isolé, désespéré, inhumain et nous ne pouvons que déplorer nos carences, nos failles, nos limites. La démocratie n’est pas de taille à lutter contre une hydre souterraine, monstrueuse, sans âme ni foi.

 

Qu’avons-nous à lui opposer ? Notre volonté de ne pas avoir peur, collectivement, de refuser l’injonction à la haine, imposée par ceux qui ne sont que haine et détestation de l’humanité. En cela, nous faisons face, courageusement et solidairement; ceci relève de la responsabilité de chacun, de notre force intérieure et nous continuons de marcher la tête haute, de faire la fête, de refuser l’obscurantisme de religieux dénaturés.

 

Nous aimerions opposer également des discours cohérents et des actions publiques sincères émanant de nos responsables. Au lieu de quoi nous avons des mines de circonstances, des déclarations d’intention qui ne sont que façades et calculs. Car, dans le même temps, les petits calculs continuent ; les uns et les autres fourbissent les armes d’un jeu si peu démocratique et totalement insupportable.

 

Si nous sommes en guerre, il conviendrait de laisser tomber primaires et querelles, batailles des ego et conflits de personne. L’union nationale, c’est ce qui nous est demandé quand nos joyeux responsables irresponsables se lancent dans ces stratégies complexes, ces tactiques insidieuses, ces postures d’opérette. Leur seul et unique souci est la présidentielle. Il n’y a rien d’autre à leurs yeux. C’est à vomir ; c’est à refuser à jamais de leur accorder nos voix.

 

Je comprendrais que la situation suppose la fin des partis, ces molosses qui aboient et qui ne mordent jamais. Ils sont l’expression même de la dialectique pure et inopérante. Ils produisent des discours et n'obtiennent jamais le moindre résultat. Ils promettent la Lune et nous abandonnent éternellement sur sa face cachée. Nous n’en pouvons plus de ce jeu de personnes, de ces discours creux, de ces postures déterminées par des cabinets d’experts en communication.

 

Nous demandons, nous exigeons, les circonstances imposent, un État qui ne soit plus dans l’état de déliquescence dans lequel nous ont placés ces gens à la logique purement personnelle, à l’ambition exclusivement autiste, à la vision qui s’arrête au bout de leur nez. C’était depuis longtemps pitoyable mais dans les circonstances actuelles, c’est totalement et définitivement intolérable.

 

Un État, il y a urgence ! Des hommes et des femmes d’État, loin des querelles stériles, des jeux de partis, des coups de poker, des petites phrases creuses. Un État avec des hommes et des femmes courageux, visionnaires, inflexibles, intègres. Vous devinez bien que je tombe dans la plus totale utopie. Des politiques qui se soucieraient davantage de l’intérêt collectif que du leur propre, ça n’existe pas. Alors inventons-les! Allons les quérir loin de ces viviers à menteurs, à égoïstes, à guignols que sont nos chers partis politiques.

 

Je sais bien que c’est impossible. Je devine que rien ne changera. Les coups continueront de tomber, les attentats succéderont aux attentats, les larmes aux cris de désespoir et d’horreur. Nos tristes sires de tenir encore et toujours des discours toujours plus pompeux et compassionnels avant que de retomber dans la course à l’échalote car il n’y a vraiment que ça qui les préoccupe. Minutes de silence après minutes de silence, leur vacarme égotiste ne nous est plus acceptable. Au nom des victimes, au nom des rescapés, au nom de nos idéaux républicains, au nom de la liberté, au nom de la vérité, vous devriez, chers femmes et hommes d’État, séance tenante, laisser tomber les masques, cesser d’être des pantins et oser une fois, une seule, vous conduire en humains, soucieux uniquement de vos semblables et prendre collectivement, unanimement, en considération l’extrême gravité du moment. Merci.

 

Utopiquement vôtre.

Un État ! Il y a urgence …

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

kakashisensei 16/07/2016 17:08

Nabum,

Je suis en accord avec vous, pour faire porter le chapeau à un exécutif sans conscience française, obsédé par le pouvoir, les femmes et l'argent, ne rêvant plus de victoire commune mais de gloire personnelle. Avec eux, le milliardaire prétendument philantrope, l'actrice en vogue, le lobby arroseur, auront toujours raison sur la masse insignifiante, inentendue (Émile Littré, dictionnaire de la langue française).
Je double la casquette flauberienne envers ces journaux, devenus leader d'opinion, éduquant les foules d'un monde nouveau, pratiquant la liberté d'expression à la carte. Ils lésent et contrôlent sous couvert de ce verbe: modérer, toute pensée contraire à leur petit diktat sous couvert à nouveau de ces deux termes :ligne éditoriale.

Quant à moi, je n'ai pas surpassé le stade scato ! Je suis insignifiant ! Un réac facho myso raciste ! Un phobique ! Un malade ! Un frustré ! Une merde ! Et je m'étale copieux sur tout ce beau monde !

C'est Nabum 16/07/2016 21:34

Kakashi

Voilà au moins un point qui semble évident, la médiocrité de nos dirigeants est cause de beaucoup.

Je vous suis dans la partie finale, laissons nous aller joyeusement pour évacuer ces étrons

Affligée 16/07/2016 15:43

Paul Eluard
Ils vous ont fait payer le pain
Le ciel la terre l'eau le sommeil
Et la misère
De votre vie

Ils disaient désirer la bonne intelligence
Ils rationnaient les forts jugeaient les fous
Faisaient l'aumône partageaient un sou en deux
Ils saluaient les cadavres
Ils s'accablaient de politesses

Ils persévèrent ils exagèrent ils ne sont pas de notre monde

C'est Nabum 16/07/2016 21:35

Affligé

Je suis dans l'obligation de m'incliner

Paul Éluard ....
Sans doute un inconnu pour bon nombre des membres de l’exécutif
Là aussi est le problème

ALEA JACTA EST 16/07/2016 09:11

Hier je vous parlais de la défaite de la pensée, et votre article en est la parfaite illustration.
Vous vous attardez sur le jeu politique habituel qui devient particulièrement insupportable quand les circonstances sont aussi dramatiques.
Vous tombez dans l' excès et la démesure en faisant porter sur l' éxécutif et sur la classe politique en général tout le poids de votre colère et de votre frustration....

http://www.liberation.fr/france/2016/07/15/nice-evitons-la-surenchere-et-l-hysterie-demagogique_1466397

Mais au fond C Nabum, cette union sacrée qui devrait s' imposer et qui devrait prévaloir serait malheureusement inopérante, et vous le reconnaissez vous-même.Vous n' osez pas aller jusqu' au bout de votre article car vous n' entrevoyez pas le début du commencement de la moindre solution...face à un ennemi sans forme, immergé dans la masse et qui peut frapper fort et faire très mal, avec très peu de moyens, de manière aléatoire et sans discrimination.
Nos outils ne sont pas adaptés...nous avons toujours un temps de retard...
Ce ne sont pas les problèmes qui nous intéressent mais les possibles solutions ( on se contrefiche des utopies des uns et des autres).Et là, nous sommes en situation d' échec:
ëchec politique, échec social, échec philosophique, échec de la citoyenneté incapable de réagir d' une manière collective qui puisse éviter de futurs attentats.

C'est Nabum 16/07/2016 21:36

ALEA JACTA EST

N'oubliez pas que je ne suis rien qui vaille

ne perdez pas votre temps à me lire