Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Gardien de la paix

On peut toujours rêver ...

Gardien de la paix

Réflexions avunculaires …

 

 

Ma chère nièce vient de m’annoncer, très heureuse qu’elle a réussi un concours et qu’elle sera « Gardien de la paix ! » Je sais son désir de rentrer dans le monde la police ou de la justice. Il est ancien, profond et parfaitement inscrit dans son histoire personnelle. Je devine là une vocation qu’il ne m’apparient ni de juger ni de contrarier. Je lui ai simplement écrit un commentaire de félicitations accompagné de la remarque « Pourvu que ce beau métier ne perde jamais de vue sa formidable appellation ! »

 

Rien n’est plus noble et louable que le désir de garder la paix, de permettre aux uns et aux autres de vivre en bonne intelligence. J’espère que ma nièce aura ce bonheur de n’avoir que cette belle mission à mener, de ne pas avoir à sortir du cadre de la faute de chefs qui écoutent trop facilement les sirènes martiales. La police devrait être ce lien pacificateur au sein d’une société heureuse et bienveillante. Hélas, il en est bien autrement le plus souvent et cela me désole.

 

Il y a quelques jours, je rentrais d’un spectacle sur une petite route de campagne, de nuit. Soudain, au milieu de la route, une lumière forte, blanche ! Je ralentis inquiet ; c’est, je le découvre au tout dernier moment un contrôle de gendarmerie. Après les vérifications d’usage, je me permets de dire ma surprise devant ce signal équivoque en pleine nuit, ajoutant à celui qui semblait diriger le petit groupe : « Votre lumière sans autre indication fait peur, j’ai cru qu’une moto venait sur moi en sens inverse ! »

 

Et là, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre ce brave militaire me répondre : « Nous sommes là pour faire peur ! » Je préférai partir sans chercher à faire entendre raison à un fonctionnaire qui n’a sans doute pas compris l’essence même de son rôle ou qui a été emporté par la folie qui emporte ses chefs et ses supérieurs hiérarchiques. Nous avons il est vrai un premier ministre à la rigidité de chef d’état major d’un état martial.

 

On peut remarquer que tant nos responsables politiques que bon nombre de nos concitoyens désirent voir en eux les dignes et impitoyables forces de l’ordre. L’ordre, mon bon monsieur impose une main de fer et un changement radical de comportement. La crainte du gendarme ou du policier doit faire place désormais à la terreur. Il n’y a plus de place pour l’accompagnement, la sécurisation, la présence débonnaire. Il faut rouler les épaules et montrer une face patibulaire pour satisfaire à cette effroyable perversion d’une noble fonction. Pour accompagner le mouvement on habille les fonctionnaires comme des soldats en campage.

 

Quand ce n’est pas de les transformer en agents fiscaux d’un état qui ne veut plus convaincre, inciter ou bien prévenir les automobilistes mais les piéger sournoisement pour puiser dans leur porte-monnaie. Un uniforme caché dernière un bosquet est une hérésie, il est fait pour être mis en évidence, pour montrer à tous sa présence et établir ainsi un climat de confiance. La prévention prime sur la répression quand on préserve la paix.

 

Un gardien de la paix devrait être le digne héritier de l’hirondelle d’antan, de l’îlotier d’autrefois, de ces compagnons du quotidien qui de leur simple présence apportaient sérénité et tranquillité dans un quartier où ils vivaient. Hélas, il en va tout autrement, notre société vire à l’affrontement permanent et nos braves fonctionnaires de police ou de gendarmerie ne rencontrent le plus souvent qu’hostilité et mépris. À qui la faute ? Qui a commencé ? J’avoue ne pas être en mesure de le dire.

 

Ce qui est certain c’est que tout est à revoir et ce n’est pas nos soldats en tenue de camouflage et l’arme au poing dans nos rues qui vont apporter ce renouveau qu’il conviendrait de mettre en place dans une société en déliquescence. Qu’on ne me parle pas de l’état d’urgence pour justifier cette démonstration absurde de force. Je n’imagine pas ce pauvre militaire tirer dans la foule pour abattre un potentiel terroriste. La dissuasion est nulle pour les monstres, l’effet calamiteux sur la population.

 

Oui ma chère nièce, je rêve que tu puisses exercer ton futur métier dans un pays en paix avec lui-même et avec ses agents, dans une nation où les dirigeants ne cherchent plus à instrumentaliser les peurs et les angoisses, où la population cesse de voir dans le fonctionnaire un ennemi ou un parasite. Je souhaite que tu ne sois pas immergée dans une police gangrénée par une idéologie de la haine et épuisée par les insultes d’une frange de la population. J’espère de tout cœur que tu sois véritablement une belle et efficace gardienne de la paix civile, loin de cette détestable odeur de poudre et de conflit.

 

Je crains que ce ne soit trop demandé. Fais de ton mieux, je sais que tu tiendras le cap et que tu éviteras bien des dérives. Bonne chance à toi, ton choix est particulièrement difficile et en cela il mérite tous mes encouragements.

 

Avunculairement tien.

Gardien de la paix

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

kakashi 09/08/2016 23:19

Précision : quand je dis "humainement", comprendre cet adverbe au sens large de la nature humaine et non le cantonner à l'humanisme sophistique tendance des torchons-presse papiers ou numériques sponsorisés par nos impôts !

C'est dit ! ;)

C'est Nabum 10/08/2016 08:23

Kakashi

J'aime bien votre formule
et cette acception me convient parfaitement

kakashi 09/08/2016 23:04

Sortons de votre papier utopique afin de revenir à la réalité, et conseillons trois qualités primordiales voire vitales à votre nièce pour vivre ce métier dont les lendemains croasseront plus qu'ils ne rossignoleront (le verbe rossignoler existe bel et bien : http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/rossignoler/ )


1- L'adaptation
2 - Rester à sa place
3 - Laisser la justice à la Justice

Votre parente s'apprête à constater l'envers du décor de l'institution et de la société, cette vocation très enrichissante humainement, avec ses hauts et ses bas, la modifiera très certainement... et l'éloignera de vos certitudes pour sûr ! ;)

C'est Nabum 10/08/2016 08:25

Kakashi

Je suis un rêveur et vous le savez bien

Quand je vois comment on habille désormais nos policiers, je comprends que le pouvoir veut en faire des soldats de l'intérieur et je ne puis accepter cette conception du lien social

Je suis d'accord avec vos principes et je réclame un peu d’humanité dans leur comportement. Est trop demandé ?