Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Bénévoles …

Des motivations disparates

Bénévoles …

Bénévoles …

Mais pourquoi font-ils tout ça ?

 

 

Que seraient nos associations sans leurs escouades de bénévoles, tous plus dévoués les uns que les autres, donnant temps et énergie quand ce n’est pas de leur argent pour travailler à l’intérêt commun dans une société où même un ancien ministre socialiste estime que faire fortune devrait être l’idéal des jeunes gens modernes. Il est vrai que ce gougnafier a travaillé dans une banque : un lieu ou le bénévolat est totalement absent.

 

Loin de moi l’envie de remettre en cause ce merveilleux statut, cette manière exemplaire de rendre service, d’apporter sa pierre à un édifice ; qu’importe qu’il soit culturel, sportif, caritatif ou bien citoyen. Je viens ici m’interroger sur les motivations secrètes qui poussent chacun de nous, un jour, à franchir ce pas et à donner sans recevoir en échange cet argent qui semble pourtant devoir gouverner les désirs des humains.

 

Je sors d’un week-end passé à ouvrir des huîtres durant un festival ; ce matin ce sont six heures que j’ai accordées gracieusement au fonctionnement du Relais Orléanais. Ce soir, je vais tenir réunion pour la chorale dont je suis le président. Je ne mérite ni médaille ni éloges : nous sommes des millions dans ce cas et chacun agit dans l’ombre pour que la vie soit moins triste, plus joyeuse, plus supportable en somme. Le bénévole est un « ripolineur » dans l’âme !

 

Certains œuvrent par conviction. Ils défendent une vision personnelle de la société. Leur action s’inscrit dans un projet pensé, le désir de faire bouger les lignes et de transformer une société qui se complaît dans des valeurs détestables. Ils vont vers les plus démunis, ceux qui sont à la marge, qui ont besoin d’aide ou de présence. Ils agissent au nom d’une foi religieuse ou d’une pensée idéologique ou philosophique.

 

D’autres trouvent dans leur engagement la satisfaction de rendre service, d’apporter un peu de bonheur. C’est plus au niveau affectif qu’ils situent leur engagement. Ils attendent en retour quelques sourires ou un remerciement qui n’est pas toujours simple à entendre. Ils sont souvent déçus de ce qu’ils prennent pour de l’ingratitude ou bien de l’indifférence comme si recevoir devait toujours s’accompagner de l’expression d’une gratitude qui, comme chacun sait, ne peut être que profonde et sincère.

 

Quelques-uns viennent combler un vide, remplir un temps qui a perdu son sens, rencontrer des semblables et briser la solitude, trouver un cadre pour une existence qui en a bien besoin. Ils se rendent d’abord service tout en apportant un peu de réconfort aux autres. Il n’y a pas lieu de les en blâmer, l’essentiel est toujours dans ce qu’on donne et non pas dans le pourquoi de ce don.

 

Tous pourtant œuvrent et font du bien autour d’eux. Tous se donnent du mal et ne mesurent pas leurs efforts. Tous ont la conviction d’être utiles. C’est bien là le point commun de ces millions de bénévoles qui souvent passent pour des demeurés. C’est à juste titre sans doute, car il faut être fou pour déployer autant d’énergie sans retour sur investissement. C’est pourtant là ce qui fait la grandeur de cette merveilleuse loi sur les associations sans laquelle notre nation fonctionnerait de manière radicalement différente. C’est pourquoi, au lieu de s’interroger sur ce qui met en branle toutes ces personnes, il convient de leur rendre hommage.

 

Hélas, certains bénévoles espèrent bien tirer profit de leur engagement. Ils sont dans une démarche qui suppose un retour sur investissement. Je ne nommerai pas ces associations qui sont en fait de vastes organismes de rencontres pour loups aux dents acérées, notables en mal de générosité, faiseurs qui veulent étendre leur réseau et profiter d’un carnet d’adresses. Ceux-là, nous les éviterons : ils ne sont pas de notre monde. Leur générosité sent l’arnaque et l’hypocrisie.

 

Bien sûr, il y a aussi quelques faiseurs d’argent facile, imposteurs margoulins qui créent des associations paravents, simplement pour détourner des revenus, défiscaliser des bénéfices, rouler dans la farine les uns et les autres. Ils sont sans doute la face noire de cette belle idée, les mauvais sujets de la farce. Laissons-les profiter honteusement d’un statut qui ne doit pas pâtir de leur existence. Le bénévolat est un miracle et je tiens à dire un Merci sincère à tous mes collègues qui donnent le meilleur d’eux-mêmes. Vive la loi de 1901, vivent les vrais et sincères bénévoles et que le diable emporte ceux qui usurpent ce magnifique statut !

 

Bénévolement vôtre.

Bénévoles …

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laure 17/10/2016 09:30

Les bénévoles veulent du bien comme leur nom l'indique.Ce bien part déjà d'eux -mêmes car ce sont de bonnes personnes , celles qui permet d'avoir encore foi en l'humanité .Sans se poser de questions , ils sont poussés par ce bel élan altruiste et attendent peu en retour , simplement la satisfaction de s'être rendus utiles .Ils ont raison de ne pas trop espérer de "retour sur investissement " car lorsqu'ils seront eux-mêmes dans le besoin de chaleur humaine , pas sûr qu'ils l'obtiendront .Je pense à des cas très précis , notamment celui de ma "vieille dame ', reléguée, souvent désespérément seule dans son mouroir qui ne peut s'empêcher de penser à sa vie au service des autres, dans un bénévolat permanent . Que sont devenus , ceux qu'elles avaient "de si près tenus et tant aimés ?...ils ont été trop clair semés, je crois"

C'est Nabum 24/10/2016 18:53

Laure

Les bénévoles veulent le bien Le font-ils ? Ce n'est pas toujours évident en dépit de leur bonne volonté
Mais l'essentiel est ailleurs pour eux, et c'est en ça qu'ils ont raison d'agir ainsi

Quant à la vieille dame,je crains qu'elle ne soit entourée que de professionnels et d'indélicats

ourale55 17/10/2016 08:55

Merci pour ce beau texte sur les bénévoles ... Merci de parler de nous...

Un bénévole heureux, est celui qui donne sans attendre un retour de celui qu'elle ou qu'il aide.

Nous, les bénévoles, nous sommes payés en retour lorsque l'on voit un sourire et un regard qui s'anime en nous voyant ...Lorsque nous retrouvons des personnes qui sont contentes de nous voir et qui nous attendent.

Je vais donner mon exemple car je ne peux parler que de ce qui me concerne vu que chacun réagit de façon différente.

En créant mon association " Au Coeur de la Rue ", à St Jean de Braye, je souhaitais apporter à ceux qui dorment dehors ou en squatt, à ceux qui sont dans de très grandes difficultés financières et autres, un peu de chaleur humaine, apporter un temps de partage comme on le ferait à un ami en difficulté, apporter une amitié désintéressée, apporter du rire et de la bonne humeur, apporter une aide administrative car mon passé professionnel me le permet ...

Aider à ce que la personne qui rejette tout contact avec la société, se rapproche des organismes étatiques et professionnels du social pour pouvoir être aider pour sortir de sa galère.

Ceux et celles qui viennent à notre distribution de repas du dimanche soir, ne viennent pas forcément pour manger mais ils viennent pour passe un moment convivial, un moment qui permet de se poser au milieu d'une vie qui leur est difficile à supporter.

Le mardi, je distribue, seule, dans les rues d'Orléans, des croquettes pour les chiens des sans Abris.

Grâce à mes croquettes je rencontre ceux qui ne viennent pas à notre distribution car ils ne sont pas acceptés avec leurs chiens, par les autres Filleuls de la Rue....Je le fais tout les mardi après midi.

J'ai un point de chute où les personnes non désocialisés ne vont pas car le milieu que je côtoie est difficile aux contacts.
Je leur apporte de l'HUMAIN, des gâteaux et boissons chaudes en plus des croquettes, je les écoute car depuis 4 mois, ils ont confiance en moi et se livrent plus facilement sans parler que je suis très connue au niveau des Filleuls de la rue vu que cela va bientôt faire 5 ans que je m'occupe aussi des chiens.
Certains et certaines voient en moi, une maman de coeur ou une tata de coeur quand ce n'est pas une grand'mère de coeur pour les plus jeunes ...
Et ne parlons pas des chiens qui me font la fête en sentant mon cadis de croquettes.
J'essaie de faire de ce moment de distribution, un goûté familial pour certains et amical pour d'autres.
Ces moments passés à distribuer les repas, à cuisiner pour eux, à distribuer mes croquettes dans la rue, sont des moments qui font du bien à mon coeur, qui me donnent le sourire malgré la fatigue occasionnée.
Etre BENEVOLE FAIT DU BIEN mais il faut le faire simplement pour faire du bien à celui ou celle que l'on rencontre.

Excusez moi si j'ai été longue en parlant de ma façon de voir le bénévolat ... Et j'espère que le texte sur le Bénévolat incitera des vocations en circulant sur les réseaux !

Merci encore d'avoir parler de nous les BENEVOLES !

C'est Nabum 24/10/2016 18:53

L Hatem

Je ne vois pas pourquoi

L. HATEM 24/10/2016 14:44

Je suis abasourdi ! Merci !

C'est Nabum 17/10/2016 12:03

Ourale55


Que répondre ?
Votre commentaire est si précieux

Il n'y a qu'applaudir pour vos engagements, votre dévouement et votre détermination
Merci du fond du cœur pour tout ce que vous faites en faveur des plus démunis