Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L’amende qui ne passe pas !

Le prix de l'adverbe

L’amende qui ne passe pas !

Le racket municipal.

 

Un marché dans un quartier très populaire, une bulle d’espoir et de fraternité dans un endroit marqué par l’exclusion, la pauvreté et les comportements délictueux. Le temps du marché, les communautés se mêlent, les gens se parlent, la rue reprend ses droits. C’est un espace chamarré où les senteurs exotiques vous accueillent et vous enivrent. Nulle crainte, nulle pression, on s’y promène serein et curieux de ce cosmopolitisme heureux.

 

Hélas, point de parking pour venir y garer son véhicule. C’est un espace urbain dense qui voit le temps du marché sa disponibilité se rétrécir. Les visiteurs sont presque tous issus du quartier, rares sont les visiteurs un peu plus lointains. J’ai travaillé de longues années dans ce quartier et j’aime à m’y rendre, retrouver quelques anciens élèves qui ne manquent jamais de me saluer, faire des achats différents de ceux que j’effectue sur mon marché habituel.

 

Mais ce jour-là, la police municipale rôdait, impitoyable quand il s’agit d’agir à distance, sournoisement, à l’abri des regards. Ma voiture était garée sur un trottoir, j’avoue cette faute capitale, cette erreur scandaleuse. Je ne faisais qu’imiter tous mes autres collègues automobilistes, bien ennuyés pour trouver une place dans une telle densité. Mais le bras séculier de la ville ne doit pas supporter que des individus viennent briser le ghetto dans lequel on aime ici à laisser les gens.

 

L’amende est tombée. La sanction, la peine, le châtiment ; je ne sais quel vocable employer pour l’odieux crime qui fut mien. Les sbires d’un ordre impitoyable et municipal ont frappé, sans mesure, sans nuance. Il faut dissuader les braves gens de venir ici, de faire vivre un quartier qu’il convient de laisser périr. Les arrêtés anti-mendicité ne suffisent plus en Orléans, il convient de faire la chasse à ceux qui refusent la fatalité de la misère.

 

Centre trente cinq euros pour le prix d’un stationnement délictueux. On n’y va pas avec le dos de la cuillère pour les rois du caviar à la louche. Ici, il vaut mieux mettre en danger autrui en pratiquant de joyeux excès de vitesse que de laisser une voiture quelques minutes à l’arrêt. J’en reste sans voix. Je suis abasourdi et scandalisé par la somme. Pour moi, elle est déjà importante, elle va réduire mes possibilités financières ce mois-ci. Mais qu’en est-il pour les gens du quartier ? C’est du racket. Les policiers municipaux, à l’instar des bandits de grands chemins d’autrefois, dépouillent les gens avec l’assentiment d’une municipalité sans âme.

 

Je vais payer, il n’y a rien à faire dans une nation où désormais nous ne sommes que les vaches à lait d’un système honteux et inique. J’ai envie d’ajouter la diffamation à la faute de stationnement, dire leur fait aux responsables de cette grivèlerie officielle. Je ne crois plus en la justice. La même semaine, un juge blanchit EDF qui avait déversé du plutonium dans la Loire et je reçoit une amende de 135 euros pour un stationnement gênant. Je sais, il n’y a aucun rapport, simplement l’expression même d’une justice de classe et de caste.

 

Je maudis ceux qui cautionnent, qui osent pratiquer de tels tarifs, qui participent de près ou de loin à cette mascarade d’autant plus intolérable que nos joyeux virtuoses du carnet à souche ne viennent pas importuner les bourgeois qui se rendent dans les marchés plus européens de la ville. Je les insulte en pensée, qu’ils viennent me mettre aux fers si cela les chante ! Serait-ce une forme sournoise de discrimination ? Connaissant les quelques énergumènes qui inspirent la politique locale, j’ai de bonnes raisons de penser que le coup n’est pas fortuit.

 

Voilà j’ai déversé ma bile, je vais vider ma bourse et risque en prime quelques ennuis avec ces grands démocrates plus soucieux de pourchasser les braves gens que les délinquants en col blanc, les tricheurs fiscaux, les furieux du jet ski. Qu’on soit puissant ou bien misérable, il n’y a jamais le même traitement. Cent trente cinq euros pour quelqu’un au RSA, ont-il songé nos joyeux drilles de la forfaiture ce que ça représentait ? Il est vrai qu’ils ont place gratuite et stationnement réservé quand il se passe quelque chose dans la cité ?

 

Outrageusement leur.

L’amende qui ne passe pas !

Nullement garé sur un passage piéton, une place handicapée ou une piste cyclable j'ai payé le prix de l'adverbe Très

à 25 euros de supplément par lettre, il vaut son pesant de cacahouètes

Je conseille à l’avenir l’adverbe

Extrêmement qui permettrait d’atteindre 310 euros

ou son camarade

Particulièrement qui pousse le prix jusqu’à 435 euros

à moins qu’il ne faille aller jusqu’à

Extraordinairement et ses 485 euros


 

Ne vous gênez surtout pas

L’amende qui ne passe pas !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Remi 18/10/2016 17:25

Bonjour Nabum;
Je ne me rejouirai pas de ce qui vous arrive puisque n'etant pas de gauche je ne souhaite pas aux autres ce que je ne désire pas pour moi meme. Et je suis totallement d'accord avec vos adjectifs liés a ce racket.
Cependant quelque chose me fait bondir, vous parlez de tricheurs fiscaux mais semblez dire que vous etes au RSA? N'est-ce pas honteux de critiquer ceux qui essaient de payer un peu moins d'impots quand on a soit meme le privilege d'etre éxoneré de la majorité d'entres eux? Comment critiquer ceux qui travaillent dure et sont obligés de payer le RSA de ceux qui refusent de faire les memes efforts? N'importe qui un peu honnete n'ira pas critiquer quelqu'un qui fait plus pour la collectivité que lui meme. Celui qui essaie de payer moins d'impots paiera toujours plus que celui qui en plus de ne pas en payer vide les caisses du pays en vivant sur son dos. Quand l'on parle de vivre ensembles, il faudrait déja assumer les memes devoirs vis a vis de la collectivité; a commencer par partager les efforts qui permettent a notre pays de financer les infrastructures publiques et non pas faire les egoistes exoneres et vider les caisses remplies par les impots et cotisations des autres.
Sincerement, vous dites etre au RSA, donc vivre sur le dos de notre travail, et pourtant rouler en voiture pour aller faire votre marcher dans le lieu de votre choix. Et en plus vous critiquez ceux qui travaillent pour vous entretenir... Incroyable.
Sur ce, je comprends mieux pourquoi vous faites la guerre a certaines pratiques; c'est par pure jalousie.
Sincérement désolé pour ce pv et ce racket que je ne cautionne pas, mais d'un coté vous aurez au moins participé de façon solidaire au budget de l'etat. Combien celà represente t'il a coté des milliers d'euros que vous coutez au pays dans l'année?
Sur ce, je vous souhaite une excellente soirée, moi je dois retourner bosser pour payer les impots qui financent nos hopitaux, routes et écoles.

Madjet 18/10/2016 11:12

En France c'est toujours pareille, ça dépend du clivage politique. Il faut savoir que certains agents ont des quotas de procès verbaux à dresser sinon ils se prennent un rappel à l'ordre. Donc le problème vient parfois de leur hiérarchie. C'est sure que c'est plus facile et plus cupide de venir taper dans un automobiliste lambda solvable plutôt qu'une bande d'individus virulents, récidivistes et cautionnés par des failles juridiques.

Yann 18/10/2016 06:29

A la bonne heure, juste retour des choses, la prochaine fois en bon ecolo que vous etes allez donc sur votre marché préféré en vélo plutot que de stationner sur un trottoir avec votre engin motorisé , de plus se deplacer en voiture est réservé aux bourgeois et aux nantis que vous denoncez tant dans tous vos pamphlets , vous contribuez a la polution de ma chère ville, ce n est pas parceque d autres de vos congénères font pareil que ca justifie le fait de faire prendre des risques aux piétons qui sont obligés de contourner votre satanėe voiture, notamment une poussette qui bien souvent est obligé de chevaucher la chaussée au risque de se faire écraser. Mais tel est le monde moderne, vous n etes qu un jouisseur et un paresseux qui plutot que d utiliser les parkings publics ou les places réglementaires qui sont sûrement a 5 minutes a peine de marche a pied de votre marchė, et bien non il faut se garer a proximité coute que coute au mepris des regles élémentaires de securitė et de respect de l espace piéton, un peu comme les bulots qui seraient pret a se garer dans la boulangerie ( si c etait possible ) pour acheter une baguette de pain plutot que de stationner plus loin et de faire 500 metres a pied........
Jetskieurheuresement votre

C'est Nabum 18/10/2016 07:02

Yann

Merci pour la leçon

kakashi 08/10/2016 11:53

Si toute la France devenait à l'image de ce quartier, serait-ce un cosmopolitisme heureux ou un grand remplacement malheureux ? Que resterait-il des valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité, si un jour, tous ces peuples où pour beaucoup règnent sur leurs terres d'origine, la dictature, la corruption, l'intolérance la plus exécrable envers les minorités religieuses, sexuelles, ethniques ; si tous ce gentil gentilé cosmopolites, héritiers de leurs moeurs, de leurs coutumes et de leurs civilisations, et dont la culture transmise est souvent étrangère à l'esprit des Lumières de l'Europe et en particulier de la France ( d' anciennes colonies ont seulement sauvegardé notre logique administrative pour la faire leur ; ainsi, je ne suis pas certain qu'elles aient gardées le meilleur), se dérobant explicitement à ce jour, et avec fierté et avec les encouragement de nombreux français de souche, à tous les devoirs d'assimilation, voire maintenant d'intégration ayant intégrer justement la notion de laïcité, bien instruit dans nos écoles pour la plupart, y compris ce nombre croissant de générations pourtant nées sur notre sol, et bien incapable de sécularisation, de séparation entre la vie publique et la vie privée) ; ainsi, que se passerait-il si toute ces minorités que vous jugez exclues mais s'excluant bien volontairement aussi, deviendraient un jour majoritaires ?
Cela sera bientôt le cas aux Etats-unis, notre modèle, notre Lord. Alors même que la question de la religion ne se pose pas chez eux, le christianisme dominant largement chez eux. Mais ce pays ne sera plus de culture majoritairement anglo-saxonne.
Je ne souhaite reculer pour mieux sauter alors que vous fuyez en avant, comme les industriels et les politiques face aux défis écologiques.
Mon propos n'est ni xénophobe et encore moins raciste. Il est simplement réaliste. Le problème se posera plus tôt que tard.
Sinon, j'acquiesce à votre colère envers cette politique municipale, plus souvent prompt à soutirer l'argent aux citoyens des villes qu'a se rendre serviable.

C'est Nabum 09/10/2016 07:21

Kakashi

Les peuple subissent de plein fouet les conséquences d'un système qui détruit les nations, qui bouleverse les traditions, qui fait de l'homme une variable d'ajustement. Les marchandises et l'argent circulent librement mettant les peuples en concurrence, en difficulté, en conflit.

Les interrogations sur le cosmopolitisme actuel ne peuvent se faire sans penser ce système dément

L. Hatem 08/10/2016 10:13

Après avoir payé une telle amende, il ne vous restera plus qu'à vous rendre au marché à pied et avec un charót à roulettes...
Moi j'ai payé 4 amendes à Vélo... 90 euros chacune.

Jacques 08/10/2016 09:20

Dans ma commune on refuse de verbaliser le stationnement sur les trottoirs. Tout le monde trouve ça très bien (ou presque). Le matin à l'heure où les familles vont à l'école, les mamans avec les poussettes, les enfants sans regarder, slalomment entre les voitures, une fois sur la route, une fois sur le trottoir...jusqu'au jour où.....
Je ne suis pas sûr que ce soit un bien bel exemple démocratique. Devinez qui va à l'école en voiture et qui y va à pied.....