Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Écrire

Blog à part

Écrire

Macération quotidienne

 

Il en est qui, chaque matin, s'en vont arpenter la campagne ou les rues de nos villes, courant après leur jeunesse, la forme et la santé. D’autres qui font des gammes, répétant inlassablement des notes qui deviennent si familières qu’elles sont désormais en symbiose avec leurs doigts. Certains ne peuvent concevoir une seule journée sans faire l’amour ou bien la vaisselle ; chacun a sa petite perversion et moi qui, en ce domaine, suis parfaitement servi, je ne leur tiendrai nulle rigueur.

 

Votre serviteur en effet , vous avez dû le remarquer à force de parcourir sa prose qui fleurit chaque matin sur la toile, ne peut supporter une journée sans écrire. C’est venu insidieusement, comme toutes les drogues qui s’installent un jour dans votre vie pour la transformer radicalement. On se dit au début que c’est un bonheur, un changement merveilleux qui magnifie l’existence. Puis les effets secondaires apparaissent ; il faut se rendre à l’évidence : il y a toujours un prix à payer aux bonnes choses.

 

Mais qu’importe. Je ne fume pas, je fais en sorte de boire modérément, en dépit de mes affirmations bachiques, je réduis autant que possible mon appétit insatiable, je me modère en beaucoup de vices mais contre l’écriture, je ne peux rien faire. La manie a envahi ma vie : je ne pense qu’à ce billet quotidien que le Seigneur, dans sa grande générosité, doit m’inspirer s’il ne veut pas que je blasphème son nom. C’est une nécessité, une évidence, un besoin.

 

Tout cela n’aurait finalement aucune conséquence fâcheuse sur mon entourage et mes relations sociales si je ne m’étais mis en tête de diffuser à la planète entière le fruit douteux de mon assuétude scripturale. J’écris, certes, mais pire que tout, je montre à qui veut bien le lire, le produit de mon insupportable manie.

 

C’est là que le monde, le mien en tout cas, bascule dans la déraison. Je me donne en spectacle ou en pâture. Au fil des récits, entre les lignes ou bien de manière explicite, apparaissent mes défauts, mes erreurs, mes maladresses, ma face noire. Mes billets sont parsemés de fautes et de taches, de ratures et de lapsus. C’est dans ces creux et ces bosses que se dévoile la face obscure de ce personnage orgueilleux, vaniteux, prétentieux, présomptueux, atrabilaire, impatient, factice …

 

La liste n’est malheureusement pas exhaustive. L’écriture force le trait, accentue les aspérités, pousse le capuchon trop loin. Les mots prennent leur indépendance, jouent d’un effet miroir pour mettre en lumière ce qu’il conviendrait de taire. Ils se jouent de moi et je me présente à vous, dans le plus simple appareil, sans fard ni protection.

 

Je suis pris au piège de ce récit journalier, qui, derrière fiction et farce, est un terrible et impitoyable révélateur. Je n’imaginais pas qu’il puisse en être ainsi et je suis parfaitement incapable de mettre un point final à cette aventure, devenue, au fil des années, une confession impudique, un strip-tease indigne. C’est un journal intime qui se donne sans honte à la curiosité de tous.

 

Ce matin encore, mes doigts sur le clavier ont glissé sur une pente savonneuse. Ils m’ont conduit là où je ne voulais pas aller. J’ai cédé à leur besoin impératif de me livrer pieds et âme liés, sans pouvoir me défendre ni apporter la plus petite nuance. Les mots décident ; les phrases s’enchaînent sans jamais me libérer. Je suis devenu l’otage de ma folie. J’ai besoin d’écrire …

 

J’ai parfois le sentiment de constituer ainsi une forme d’auto-fiction, une biographie imaginaire d’un prétentieux sans limite. Veuillez me pardonner et, si la chose vous paraît insupportable, ayez alors l’amabilité de détourner le regard et d’oublier ce que vous venez de lire. Je vous prie de m’excuser et surtout ne vous demande pas de me plaindre : écrire est un immense plaisir ! Pour rien au monde, désormais, je ne renoncerais aux délices comme aux tourments de cet étrange narcissisme scriptural.

 

Confessionnallement mien.

Écrire

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Joseph 29/11/2016 09:34

Écrire, c'est aussi allez rencontrer soi-même, au delà de ses lecteurs putatifs. Faire cheminer son cerveau sur des chemins fréquentés ou inconnus est un excellent exercice, je ne suis pas accroc et pendant longtemps j'écrivais sans publier parce que cela m'était nécessaire, et ça l'est toujours.
Publier et faire œuvre est autre chose, que simplement écrire, quand à en faire profession...

C'est Nabum 30/11/2016 06:42

JOSEPH

J'ai la prétention de faire œuvre, éphémère certes mais un ensemble qui sur la durée prend son sens dans un foisonnement absurde

Pourquoi ?
Je n'en sais rien

Kakashi 27/11/2016 09:53

Il se trouve un moment journalier où vous renoncez d'être pour être.
L'homme cède au metteur en scène, prend sa plume et les mots se font comédiens
Il les domptent quand certains lui échappent, les dirige, les pousse dans leur extrême retranchement
C'est un acariâtre perfectionniste. Les mots suent, se donnent, s'investissent tant qu'ils peuvent face à ce tempérament de beauceron.
Chaque matin, nous lecteurs, nous délectons d'un ballet impeccable.
Encore un grand merci à vous Nabum, pour cette constance qui nous absorbe tous les jours

C'est Nabum 28/11/2016 07:00

Kakashi

Je suis celui qui écrit tout autant que celui qui conte Les frontières se sont dissoutes et je me suis fondu dans ces personnages de fiction

Merci à vous pour votre fidélité

Inocybe de Patouillard 26/11/2016 18:32

".Narcissisme" dites -vous , oui , dans la mesure ou le narcissisme est d'abord nécessaire pour la découverte de soi , qu'il est structurant pour la découverte des autres ; l'amour des autres découlant d'un narcissisme primordial .

C'est Nabum 26/11/2016 18:47

Inocybe de Patouillard

Vous voulez me rassurer ...
Je m'inquiète quelque peu de mon comportement

Laure 26/11/2016 13:31

Qui a dit que l'écriture était une ascèse ? "Ascèse jubilatoire" alors , je n'irai pas jusqu'à employer cet oxymore .
Pour moi c'est un exercice que je déteste pratiquer , une contrainte , un pensum , tout sauf un plaisir .Cependant la lecture m'est vitale .Il faut des gens comme nous , lecteurs compulsifs, pour vous accueillir dans notre monde , vous, les auteurs .Si de surcroît vous jubilez notre plaisir est à son paroxysme . Merci !

C'est Nabum 26/11/2016 15:05

Laure

Écrire est une nécessite devenue vitale au fil des ans

je jubile lors de cette heure que je consacre chaque jour à coucher sur le papier mes états d'âme, mes colères, mes rêves

Je fais et je me moque alors de ce qui adviendra de cela
Puis ensuite je prends peur mais c'est trop tard

Emmanuel Cockpit 26/11/2016 10:03

Le fruit de votre assuétude scripturale n’est point douteux, et si votre écriture accentue les aspérités, elles ne sont point suffisantes pour vous empêcher de glisser sur la pente des saveurs qui fleurissent dans notre esprit et explosent dans nos âmes.

C'est Nabum 26/11/2016 15:06

Emmanuel

Les fruits de ma passion
La passion de la lecture
Le bonheur du partage

merci