Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Main basse sur les valeurs républicaines.

Bas les masques.

Main basse sur les valeurs républicaines.

Du Trocadéro au pas de l'oie.

 

Nous n’avions pas été dupes, certes, mais assez surpris que le parti de la réaction puisse choisir de s’autodésigner : « Les Républicains », le plus sérieusement du monde. Nous savons désormais que ces gens poussent l’indignité plus loin encore en devenant les Résistants de la France, les vrais, les seuls, envers et contre tous. Eux seuls, désormais, sont les dépositaires des valeurs de la République, valeurs dont on connaît le coût exact au travers des détournements financiers de leur cher porte-drapeau du redressement national.

 

Le rassemblement du Trocadéro est la cerise sur le château, la méprise sur le complot, le grand raout des notables, des fraudeurs, des menteurs, des contribuables exonérés et des fripouilles argentées. Dans ce joli monde, monsieur, on ne participe pas à l’effort national, à la solidarité fiscale ; on triche, on détourne, on fraude, on capitalise, on exonère, on engrange ! L’impôt est une hérésie, la fraternité une tache dans la devise nationale. Eux sont là pour se servir et ne jamais tendre la main aux pauvres gens.

 

C’est la France des maîtres de forges, des ci-devant, des nantis en exil fiscal, des canailles distinguées qui sortent de l’ombre, affichent ouvertement leur mépris des règles communes, des principes moraux et de la justice. Le Grand Charles doit se pincer du côté de Colombey-les-Deux-Eglises d’avoir ainsi des factieux et des renégats se prétendant ses héritiers. Voilà la plus grande insulte jamais faite à sa mémoire !

 

Ne pensez pas que ces gens si distingués soient dupes de la pantomime actuelle. Ils sont intimement convaincus qu’il y a un complot pour leur voler leur victoire, pour les priver de ce pouvoir qui leur revient de droit divin. Les bourgeois ont ceci de formidable qu’ils se sentent investis d’une responsabilité héréditaire à tenir les rênes, à puiser dans la caisse, à profiter de privilèges honteux. Il en a toujours été ainsi et il n’y a aucune raison que ça change.

 

Ils méprisent le peuple, rabaissent les subalternes au rang de valets et de domestiques, exigent déférence et mesures d’exception à leur seul profit. Tout comme le Prince des risettes, leur cher martyr, ils portent avec lui la croix, subissent de plein fouet cette cabale fomentée par les forces obscures de la confiscation des richesses justement méritées. Au Trocadéro, nous assistons au grand cortège des nostalgiques de l’ancien régime, des défenseurs du régime des castes. Ils sont les gardiens de la foi et de la nation, les petits-enfants de Vichy, les amis de la monarchie.

 

Ne pensez pas qu’ils jouent un rôle, qu’ils cherchent à sauver la face. Que nenni, ils sont convaincus de leur bon droit, ils adhèrent à la théorie du complot, ils réclament justice ; car leur grand candidat est une victime, un héritier du Christ que l’on veut mettre en croix pour avoir tenu un discours de vérité. Ils sont propriétaires des terres, gardiens des valeurs, garants de la paix civile.

 

C’est le grand retour de la réaction, la conception sclérosée de la société. Eux sont les maîtres du jeu, ils n’entendent ni partager ni vivre dans une nation plus solidaire, plus égalitaire, plus juste. Ils n’ont aucun compte à rendre ; ils agissent en connaissance de cause sans la moindre conscience républicaine, forts d’une position acquise de toute éternité.

 

Ils sont les gros salaires, les professions libérales qui abusent, sans le moindre des remords, d’honoraires qui privent les pauvres gens de leurs services. Ils dépensent en une journée ce que d’autres ne gagneront jamais en une année. Ils ne sont absolument pas scandalisés des sommes détournées par leur champion, lui comme eux, mérite de vivre au-dessus du commun : ils le valent bien quand les autres ne sont que des parasites et des grippe-sous.

 

Leurs enfants ne fréquentent pas les écoles de la République ; ils vivent et grandissent dans un monde aseptisé à l’écart du pays réel, du chômage et de la misère. Ils sont l’abjection la plus folle, la négation absolue du discours évangélique dont ils se réclament sans éventuellement le connaître et surtout sans jamais se l’appliquer. C’est la France en loden, la France des prévaricateurs et des profiteurs, la France des beaux quartiers, la France qui suce les forces vitales de la nation.

 

Qu’ils aillent au diable mais qu’ils cessent de se prendre pour les Résistants de la France ! Ils en sont les vrais parasites, les bactéries, les sangsues, la honte et le déshonneur. Je leur rends leur mépris et leur abjection. Ils sont félons et traîtres et méritent le sort qui est réservé aux salauds. Leur champion, quant à lui, échappera à coup sûr au juste châtiment que son indignité mérite et c’est fort dommage ; ses avocats trouveront une faille et le non-lieu sonnera sa rédemption fictive.

 

Exécrationnement leur.

Main basse sur les valeurs républicaines.

portrait de FFillon : François Mori/AP/SIPA

photo de la manif : Thomas Padilla/MAX PPP

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Kakashi 07/03/2017 10:04

Non, je ne pense pas pique pendre de vous et vous le savez bien
Je préfère l'écrivain à l'idéologue, je préfère l'humaniste au politique...
L'extrême gauche est un problème actuellement en France, en cela qu'elle souhaite sa mort.
Il y a de la rumeur dans l'air à son endroit, et ces fanatiques fous furieux, ces hordes de destructeurs civilisationnels qui ne proposent rien en retour, sinon l'humain d'abord, traduisez la haine du Français blanc d'abord, ne s'en aperçoivent pas.
Je crains que dans le futur, s'ils continuent ainsi à emmerder le monde, une nouvelle Saint Barthélémy ne voye le jour: une «partition» pour reprendre le bon mot de François Hollande.
Fut une époque, avant qu'un socialisme necessaire ne s'accomplisse, les gens ne travaillaient pas: ils besognaient. Cette fatale destinée s'abattait sur eux dès l'enfance. La rudesse de l'époque n'épargnait personne.
La plèbe trimait et devait se contenter de peu. L'imaginaire collectif, le respect du travail et de ses parents, la politesse envers l'autre et l'esprit primaient sur l'individualisme.
Points d'anarchistes dans les rangs d'ouvriers. Uniquement une rebellion justifiable contre la misère et ceux qui l'exerçaient sur le peuple. Le drapeau comme l'église avaient une signification naturelle, coulant de source pour ainsi dire. À mon avis, très peu se posaient la question de savoir ce que c'était que d'être Français.
Je pense que nos ancêtres étaient plus sourcilleux sur la qualité de l'ouvrage bien fait, made in France, non camelotte in China, et moins patients.
Imaginez si à cette époque, des enfants immigrés des pays islamiques se seraient amusés, comme beaucoup trop le font aujourd'hui, à violenter et piller les autochtones, qui travaillaient alors quinze heures par jour pour pas un rond, en inscrivant sur les murs :«Je baise la France».
Ces nuisances auraient fait tiquer jusqu'à l'aristocratie, celle qui aujourd'hui les défend sur le plateau de laurent Ruquier.
Je pense que le travail du secteur tertiaire découlant de l'industrialisation socialiste, nous a apporté un certain confort de vie. Mais il nous a aussi ramoli au point que nous ne sommes plus capables de faire gouverner nos morts.
Pire que tout, nous souhaitons les oublier.
Alors je m'en vais vous choquer :
Premièrement, je n'ai pas honte d'être blanc et j'en suis même très fier, car la race blanche est celle qui présente le plus de diversité. Le métissage des races humaines crée de très beaux spécimens mais un monde d'homme entièrement métissé serait fade jusqu'à devenir triste.
Deuxièmement, je suis heureux d'être européen car il s'agit de la civilisation qui a été, et demeure toujours, le phare du monde (sans nous les États-unis ne sont plus rien).
Enfin, il s'agit d'un honneur et d'un privilège d'être Français car la France est une synthèse de l'Europe.

C'est Nabum 07/03/2017 14:02

Kakashi

Voilà qui a le mérite de la franchise et d ela clarté

Merci

Joseph 07/03/2017 05:06

Le changement de roi ne se passe pas comme prévu, la bourgeoisie fait semblant de faire sa pseudo révolution, rien de bien nouveau. Les réseaux cathos s'emparent des méthodes de l'extrême gauche, après avoir toujours dit que la rue ne devait pas dicter sa loi et qu'il fallait faire confiance en la justice de leur pays, les voilà qu'ils louchent à l'extrême droite, oui, voire la presque guerre civile.
Heureusement, l'aristocratie des milliardaires s'est choisie Macron, nous voilà bien avancés...
Enfin cela te permet de laisser libre cours à ton talent d'écriture, bien faible contrepartie. Bravo l'ami.

C'est Nabum 07/03/2017 07:00

Joseph

Le roi n'est pas encore mort que les dauphins ont passé l'arme à gauche. Curieux choix d'ailleurs pour certains alors que la gauche est morte depuis l'arrivée du roi.

Macron subira le même sort, mais lui, franchement, ne m'inspire pas

Kakashi 06/03/2017 14:00

Regardez l'oeuvre de vos frères d'armes.
http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2014/03/19/31004-20140319ARTFIG00228-la-basilique-de-montmartre-vandalisee-ou-la-banalisation-des-actes-anti-chretiens.php

Il est temps de dresser l'extrême-gauche façon Richelieu aux portes de La Rochelle... ;)

C'est Nabum 06/03/2017 15:38

Kakashi

Vous pensez pique pendre de moi et pourtant vous continuez de venir ici pour vomir sur mes idées

c'est errible

Kakashi 06/03/2017 13:30

Chacun son deux poids, deux mesures.
Vous n'êtes pas impartial, comme vous le prétendez.
Votre discours s'imbrique sur celui de JL Mélenchon.
Comme lui, vous déversez vos obessions haineuses contre la bourgeoisie blanche et catholique, les enracinés prolétaires ou aisés au courroux bleu-marine, et le travail de la police.
Alors vous courroucez une fois encore, l'élan démocratique autour d'un projet politique qui ne vous sied guère.
Mais allez donc voter cher ami. Un bulletin dans l'urne, c'est agir.
Voir tant de drapeaux français, place du Trocadero à Paris, c'est irritant. Partez donc réitérer votre exploit de 2012, votez Mélenchon.
«Main basse sur les valeurs républicaines». Que dire des récents évènements à Nantes ? Avec un certain pis-aller gouvernemental ?
Comme eux, vous ne voulez voir que d'un oeil. Il est temps d'ouvrir l'autre
https://m.youtube.com/watch?v=BLUM3g1AjwM

Vous défendez en votre âme et conscience la racaille, celle qui emmerde le travailleur pauvre et le faible au quotidien, eux défendent leur champion.

Chacun son deux poids, deux mesures.

Le titanesque Hugo doit aussi se retourner dans sa tombe quand tant de ces héritiers ont défiguré la France, et souhaitent même la mettre dans les poubelles de l'histoire.

C'est Nabum 06/03/2017 15:39

Kakashi

Nous avons certes des ressemblances mais je ne suis pas à l'image de ce monsieur
J'ai renoncé à croire en la force des idéologies et des partis

c'est en l'homme, loi des appareils que nous pouvons retrouver sérénité et morale