Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Au fil des flots et de l’histoire.

Ma Balade Contée.

Au fil des flots et de l’histoire.

Grâce au Liger club de l’orléanais.

 

Depuis le temps que j’en rêvais, j’ai enfin réalisé cette balade contée sur les rives de Loire, qui me tenait tant à cœur pour diverses raisons. La première est de loin la plus importante, c’est mon désir de partager cette passion pour l’histoire et les légendes, en devenant un guide qui jongle avec les récits, les entremêle et les confond avec un peu de malice et une certaine faconde. La deuxième, c’est sans nul doute mon exaspération de voir parfois cette proposition émanant de l’office de tourisme sans le moindre conte mais avec quelques conférenciers qui doivent en savoir sans doute plus que moi …

Au fil des flots et de l’histoire.

Et puis, il y a surtout ce formidable décor naturel dans lequel l’homme a su mettre son empreinte au fil des siècles et qui, à lui seul, pousse à l’imaginaire ou bien à la connaissance historique. La Loire a été le cordon vital du royaume, le vecteur des légendes et des exploits, le décor idéal pour chanter la gloire de ceux qui aspiraient à la sainteté ou à la postérité. Dans tout ce corpus, le conteur ne peut que se régaler et trouver mille et une occasions de raconter quelque chose à ceux qui veulent bien le suivre.

 

Alors, j’ai suggéré cette balade à mes amis du Liger Club qui se sont empressés de la mettre à leur programme. Ce sont des amoureux de la rivière ; ils ne pouvaient que se réjouir de me permettre ainsi de lancer ce ballon d’essai, tout en offrant une belle occasion de se dégourdir les jambes. J’espère qu’ils en sont satisfaits et je ne doute pas que nous aurons à nouveau l’opportunité de reproduire cette proposition en d’autres endroits.

Au fil des flots et de l’histoire.

Pour l’occasion, j’avais mis les petits paniers dans les grands, grâce au précieux concours du Liger Club de l’Orléanais. La balade, de près de 12 kilomètres de La Chapelle-Saint-Mesmin jusqu’à Combleux, offrant ainsi une formidable plongée dans deux mille ans d’histoire. Des saints, des guêpes, un dragon, des gueux et quelques seigneurs ; des aventures rocambolesques et de belles farces pour agrémenter le tout.

 

Je voulais me faire entendre, y compris de ceux qui n’étaient pas de la promenade. Je m’équipai donc d’une petite sono mobile et d’un microphone casque pour que portent ma voix et mes commentaires, de ceux qu’il convient parfois de taire dans notre belle cité, si souvent amnésique sur de nombreux pans de son histoire. J’en abusai un peu en faisant une improvisation, un peu tirée par l’écheveau de mon répertoire, afin de perturber la tranquillité de distributeurs de tracts pour un de ces candidats oiseux de la campagne. On ne peut se refaire !

Au fil des flots et de l’histoire.

J’avais aussi le désir de faire découvrir des lieux que j’aime bien. Les quarante marcheurs aux oreilles grandes ouvertes firent donc halte au bateau-lavoir pour une belle petite collation, préparée par le maître des lieux : Jean Christophe. Puis ce fut la table de Patrice aux Terrasses des bords de Loire qui permit à la fois à la belle troupe de se restaurer tout en découvrant l’histoire de la mère Paluche et celle de la gastronomie ligérienne.

 

Pour joindre l’utile à l’agréable, le temps se montra clément et, en dépit des promesses de pluie, le ciel ne s’ouvrit que lorsque le périple fut achevé. Ce n’est pas ce qu’il advint en juin 451 quand Attila avait décidé d’attaquer la cité d’Aurélianis. Tout le monde n’est pas protégé par le bon Saint Aignan.

Au fil des flots et de l’histoire.

Pour reprendre notre marche, nous rendîmes un petit hommage aux dames qui faisaient boutique de leur corps en cet endroit, comme en de nombreux autres, le long de la rivière. La Venelle à quatre sous, perchée sur la falaise, permettait d’évoquer cet aspect de l’aventure marinière qu’il convient de cacher quand on a la mémoire prude. Il y eut encore de belles rencontres, comme l’exemplaire Saint Loup et la Patache des gabelous. La Loire dans l’orléanais est un formidable résumé de l’histoire d’une France qui était royale.

 

Au fil des flots et de l’histoire.

J’espère que l’expérience sera renouvelée et que d’autres circuits s'offriront à moi. J’ai, dans ma gibecière à Bonimenteries, largement de quoi trouver fables ou bien récits pour vous faire marcher sans vous mener en bateau. Les clubs de marche comme les associations n’ont qu’à me faire signe, à défaut des institutions locales, réfractaires à la truculence, semble-t-il, ou bien ignorant tout du bonhomme.

 

Guidement vôtre.

Au fil des flots et de l’histoire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article