Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L’étoile filante …

Le miroir aux marionnettes

L’étoile filante …

L’homme de paille du libéralisme décomplexé.

 

Il est jeune, il est beau, il plaît et sait caresser dans le sens du poil. Il parle un langage qui sort des sentiers battus ; il se met en marche loin des pistes de nos jungles politiciennes. Il vend de l’illusion, il promet la Lune sans jamais nous dévoiler sa face cachée. Il avance uniquement sur sa bonne mine et récupère dans ses filets tous ceux qui espèrent poursuivre l’aventure, continuer, coûte que coûte, à tenir leur rang en retournant, une fois encore, leur veste.

 

Il s’emballe, s’énerve, s’étrangle au micro. Les mots se bousculent, il ne peut maîtriser son flot de paroles. Il faut bien admettre que l’exercice est délicat : il ratisse si large qu’il doit balayer de gauche à droite, recréer un centre et imaginer un monde de carton-pâte. Il prône tout et son contraire ; sa bonne mine doit suffire à faire programme, un lavage plus blanc sans faire de nœud à son mouchoir et en avalant quelques couleuvres libérales.

 

Il est le bon samaritain des égarés de la tempête politique, la sœur Emmanuelle des élus qui s'étripent comme des chiffonniers . Il est le Noé des députés et sénateurs, conseillers régionaux, départementaux en mal de bouée de secours. Il les reçoit sur son navire, promettant à tous que ce n’est pas un petit pédalo qui assure la propulsion. Les couples se forment : un dépité de gauche et une déçue de droite feront sans doute de jolis marmots au centre. L’espoir de repeupler la classe politique passe par cette nurserie d’un nouveau genre. Je redoute les êtres hybrides qui ne manqueront pas de sortir de quelques accouchements difficiles.

 

Plus la tempête souffle chez ses malheureux concurrents, plus son arche se fait radeau de la Méduse. Le peuple tout entier est d’ailleurs médusé d’observer ce phénomène ; la caste politique dans toutes ses composantes vire sa cuti pour demande l’asile politique auprès de ce magicien, cet illusionniste des promesses multi-directionnelles. Il y a de quoi avaler sa boussole, manger son chapeau et déchirer sa carte de parti. Quant aux vrais gens, ils observent,circonspects, cette nouvelle comédie qui tourne à la farce des traîtres et des girouettes.

 

Le capitaine ne dispose pas de journal de bord. Il n’a d’ailleurs aucune carte, ni même un plan de route déterminé. Il se met en marche sur les flots, imitant en cela le nazaréen. Si son modèle voulait multiplier les pains, lui ce sont les bulletins de vote qu’il vise. Après, on verra ! Ce ne sera sûrement pas la noce car le plan de table s’annonce d'ores et déjà impossible quand il s’agira d’associer la carpe et le lapin.

 

Du chapeau du bonhomme, ce ne sont pas des miracles qui surgiront mais de charmants banquiers qui viendront récolter les dividendes de leur investissement. Au jeu de la roulette électorale, le tapis ruse et le croupier est complice. Le numéro gagnant sera noir et manque, impair et perdant pour tous les naïfs, les crédules et les couillons. Il est le parfait miroir aux alouettes, lui qui se prétend le bon berger des moutons qui ne veulent plus se laisser tondre.

 

Reconnaissons-lui le mérite de démontrer que les vieux clivages n’étaient que des postures, des choix pris à la sortie des grandes écoles ; plus le fruit du hasard que des convictions. Grâce à lui nous repérons les félons, les hypocrites, les arrivistes, les jeunes loups et les vieilles ganaches qui veulent à tout prix continuer de rayer le parquet des palais de la république. C’est en marche et sans patins ; on a les dents si acérées dans ce petit monde, qu’il ne sert à rien de préserver les apparences.

 

Je m’amuse du spectacle navrant des ralliements, des reniements, des adoubements et des rares rejets de quelques candidats cacochymes, des impétrants prétentieux et de véritables outres pleines de suffisance, récipiendaires qu’il convient d’écarter pour ne pas faire mauvais effet. Mais rien ne saurait tromper l’observateur attentif qui remarque que ce curieux phénomène n’est rien d’autre que la tentative désespérée de sauver un système en totale décomposition.

 

Ce n’est qu’un micro-phénomène à la marge, les soubresauts d’une agonie qui n’a que trop duré. Suivez donc votre berger blanc si le cœur vous en dit. Après tout, il n’est ni pire ni meilleur que les autres ; il a simplement changé l’enveloppe et vous vous y êtes laissé prendre. C’est le printemps des magiciens, des illusionnistes et des prestidigitateurs. De l’urne, il ne sortira rien de bon ; vous pouvez en être certain. Ils n’ont aucune baguette magique et ils ont mangé leur chapeau depuis bien longtemps.

 

Magiquement sien.

L’étoile filante …

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jacky Boucher 04/04/2017 08:59

Oui ,c'est un peut être un marchand d"'illusions, mais les autres de Mélenchon à Le Pen en passant par Hamon,il nous promettent de raser gratis en caricaturant à l'extrème...

C'est Nabum 04/04/2017 14:43

Jacky

Faisons donc le bilan et déclarons ces élections nulles et non avenues