Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Les archaïques vous saluent bien.

Une expression périmée.

Les archaïques vous saluent bien.

Chauffe Marcel.

 

Ainsi donc vouloir s’exprimer dans un français convenable, récuser l’usage de l’anglais, choisir le conte et la poésie pour narrer des histoires, distiller des rengaines, insuffler des refrains simples et entêtants, distraire et interpeller les esprits relèverait de l’archaïsme. La sentence m’est venue d’un programmateur éclairé, d’un homme en pleine lumière, sous le feu des projecteurs d’une scène qui fait la part belle à la modernité tonitruante. Notre expression serait donc périmée, sa date de compréhension largement dépassée dans un environnement scénique où le brouhaha est la règle et l’interlope la ligne de conduite !

Acceptons ce merveilleux compliment. Obsolète pour celui-ci et quelques autres de ses semblables, notre spectacle est simplement désuet, ancien, rustique, authentique et non pas en toc. Nous ne sommes pas contrariés à l’idée que l’on nous rétorque que nous explorons le passé pour mieux comprendre le présent, que nous n’avons pas peur de reprendre des formes anciennes qui jadis avaient le bonheur de satisfaire le plus grand nombre. C’est même notre fierté.

Si l’archaïsme c’est de se donner à comprendre, de ne point bafouiller, marmonner ou bien se faire inaudibles, confus, abscons avec des textes énigmatiques et secondaires, nous prenons la critique à bras ouverts. Oui, les spectateurs peuvent comprendre toutes les paroles, ce qui avouons-le est un risque immense pour bon nombre d’autres chanteurs. Oui, encore, les décibels ne sont pas là pour rendre inaudibles le chanteur. Celui-ci a même la délicatesse d’articuler et de détacher ses mots quand la mode est à la prononciation goulue.

Quant à mes contes, ils ne me font sans doute pas que des amis. Il est sans doute parfaitement dépassé voire totalement archaïque de vouloir ainsi, durant un spectacle jouer les moralisateurs ou bien les donneurs de conseils, les éclaireurs du chemin ou encore les philosophes d’occasion. L’intelligence doit être mise sous le boisseau dans un monde qui exige de vider les cerveaux pour qu’ils soient disponibles au futile.

J’ai aussi compris que la guitare et l’accordéon, sur des lignes mélodiques claires, faciles à fredonner et à retenir, entraînantes et parfois dansantes sont des instruments qui nous conduisent tout droit à l'échafaud de la programmation contemporaine. L'absence de basses surpuissantes, de sonorités électroniques, de boucles et d’effets divers et complexes nous rangent dans le rang des ancêtres de la musique. Il convient seulement d’aller proposer nos vieilleries aux maisons de retraite et dans les cimetières.

Les guinguettes ouvrent leur programmation aux DJ, ces virtuoses des notes en conserve. Inutile de les mettre en boîte, les programmateurs font ainsi la démonstration que la musique vivante est sous perfusion électronique. C’est ce qui plaît à la jeunesse et je ne peux le leur reprocher. C’est la dictature de celle-ci qui me dérange, elle qui ne fait plus aucune place à d’autres formes dans les espaces en plein air.

Certaines guinguettes sont donc devenues des boîtes de nuit en extérieur Acceptons-en l’augure mais demandons simplement à ces princes de la rythmique syncopée d’éviter d’user d’une appellation parfaitement archaïque, elle aussi. La guinguette fleure bon la valse et la java, le pichet de vin blanc et les conversations possibles entre amis. Nous sommes bien loin de ce que nous proposent ces nouveaux espaces branchés.

Alors les archaïques se font discrets. Ils n’espèrent plus s’exprimer au bord de l’eau. Les ondes ont remplacé les flots, les moteurs ont suppléé les rames, le canotage se fait hors-bord, la vitesse, le vacarme, l’incommunicabilité, l’hermétisme sont au chœur du dispositif. Les troubadours, les ménestrels, les conteurs et les trouvères sont à ranger dans quelques musées poussiéreux en compagnie des poètes et des rêveurs. Les derniers dinosaures qui goûtent à leurs prestations n’ont plus droit de bord de Loire, eux aussi sont repoussés loin des ces pôles de la culture en paillettes. Quant à la langue française, nos pourfendeurs se chargent de l’assassiner pour de bon.

Archaïquement vôtre.

Les archaïques vous saluent bien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jacky Boucher 02/07/2017 00:39

Mais je pensais que vous étiez "à tu et à toi" , excusez l'expression familière, avec la corporation des mariniers.??? vu quils ont du mal déjà à s'entendre entre eux à moins qu'ils se soient rabibochés sur vtre dos.....

Jacky Boucher 01/07/2017 08:22

Ahurissant ,cette réflexion d'un programmateur comme quoi vos spectacles étaient datés.

C'est Nabum 01/07/2017 08:27

Jacky

Nullement
Il a raison sur un point, une tranche d'âge, qui est celle des consommateurs dominants, ne peut trouver son bonheur dans ce que nous faisons
et comme il convient de tout faire pour eux, nous sommes exclus de la fête

Aujourd'hui soirée des mariniers à la Sardine, le 26 aoüt également, ne me cherchez pas dans la programmation.

D'ailleurs, de ce jour, jamais je ne mettrai les pieds dans ce lieu