Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Quand le rêve largue les amarres.

Gabarot et Chalandoux.

Quand le rêve largue les amarres.

Mise à l'eau, samedi 24 juin 17 Heures

 

 

Il était une fois un pays de cocagne, un beau village authentique, lové au bord de la Loire à l’extrémité de la plus grande île de la rivière. C’est l’une des extrémités au classement du patrimoine mondial de l’Humanité décrété par l’Unesco ; une autre géographie s’ouvre en aval de ce lieu unique, un fleuve navigable aux influences maritimes, un espace de navigation différent.

Fort de ce placement unique, les Chalandoux ont fait un rêve. Héritiers des mariniers d’antan, joyeux compères aux mains agiles et à la tête ingénieuse, ils se sont lancés dans un joyeux défi délirant : construire un gabarot en bois de 18 m 50 de long. Un travail de romain pour qui n’est pas vraiment du métier, simplement mu par la passion et l’amitié.

Tels les petits lutins de nos fables, patiemment, obstinément, longuement, ils ont œuvré, découvrant à chaque étape de nouveaux obstacles, de nouvelles difficultés techniques, des contraintes et des obligations qu’ils durent à chaque fois surmonter. Le nerf de la guerre lui aussi vint à manquer, l’enfant réclamant plus que ce qui avait été prévu initialement.

Ils firent assaut d’imagination pour surmonter les chausse-trappes, réduire à néant les contrariétés et les problèmes qu’ils soient techniques, humains, administratifs ou financiers. Il y eut bien de-ci de-là quelques voix discordantes pour émettre des réserves sur l’authenticité ou la conformité historique de leur œuvre, mais celles-ci sont les habituelles lamentations des jaloux et des mesquins qui se prétendent experts.

Eux, ils ont gardé le cap, inventant chaque jour une nouvelle feuille de route, jouant du compas tout autant que du sextant pour décrocher la Lune et tutoyer les étoiles. Combien de doutes et de découragements ont peuplé leur quatre longues années de labeur ? Ils n’en diront rien, préférant regarder ce magnifique géant qui va sortir du chantier, car, eux, ils sont allés jusqu’au terme de leur désir.

Le Gabarot va prendre l’eau. Il va abattre le mur qui le sépare de la Loire pour aller fièrement montrer à tous que les rêves les plus fous vont aussi sur l’eau. Les Chalandoux sentiront alors couler quelques larmes aux coins des yeux. Ils se souviendront de ces heures innombrables passées sur le flanc et dans les entrailles du colosse. Ils se rappelleront les plans sur la comète, les esquisses incertaines, les fausses pistes, les impasses techniques qui jalonnèrent ce parcours insensé.

Aujourd’hui, c’est leur heure de gloire. Ils seront encensés, admirés, applaudis. Une véritable récompense qui effacera les doutes et les blocages, les moments de découragement et les inévitables coups de gueule. Leur chef-d’œuvre, leur grand labeur voguera sur la Loire. Monstre de bois, il n’en est pas moins un élégant navire, élancé et majestueux. Ils peuvent s’enorgueillir à juste titre d’une si belle réalisation.

Puis, les amarres rompues, ils se tourneront vers leur chantier, là où ils ont passé soirées, weekends, vacances, temps libre avec ferveur et énergie. Ils verront ce mur béant, ce préau désormais si vide, et se demanderont quel sens donner à tout ça. Ils ne peuvent abandonner le chantier, il est devenu au fil des années, leur repère, leur antre, leur jardin secret, leur seconde maison. Le vide se fera dans les cœurs jusqu’à ce que l’un d’eux s’exclame une nouvelle fois : « J’ai une idée ! »

Car, les Chalandoux ne peuvent s’arrêter en si bon chemin. Compagnons d’un tour de force, ils se lanceront dans une nouvelle épopée. Ils sont fait de cette matière qui fait les grands constructeurs, les bâtisseurs de l’impossible, les créateurs de l’imaginaire. Ils sont à leur manière des artistes, des virtuoses de la varlope et de la scie, du système D et de la belle astuce.

Demain, la fête terminée, le joli Gabarot à flot, ils reprendront leur quotidien en se demandant quand recommencera le bal. Il est certain qu’ils ne peuvent en rester là. L’appel de la rivière aura raison d’eux, la dame Liger leur soufflera à l’oreille qu’elle veut encore un autre présent. Amoureux toujours disposés à satisfaire ses désirs, ils se mettront en quête d’un nouvelle offrande digne de cette belle et grande dame.

Respectueusement leur.

Quand le rêve largue les amarres.
Quand le rêve largue les amarres.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

L. Hatem 24/06/2017 11:06

Les Chalandoux c'est leur nom de famille ?
Chapeau les artistes !
J'ai vu une émission ou des familles construisent soit un bateau soit une maison flottante... A la mise à l'eau le plus important c'est la ligne de flottaison...
Bon WE à vous

C'est Nabum 25/06/2017 06:43

Les chalandoux c'est le nom de l'association

La fête fut exceptionnelle

L. Hatem 24/06/2017 11:20

J'ai regardé quelques vidéos du chantier du Gabarot mais elles datent de 2015...