Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L’Erre sauvage

Le rêve d’une vie

L’Erre sauvage

Balade en Loire d'en bas

 

Il est parfois des rencontres étonnantes à moins qu’elles ne soient miraculeuses. Le bateau de Capitaine Céline fut de celles-ci. Le navire est magnifique, il s’impose par sa taille et son dessin, son confort et sa beauté. Son capitaine, Dame courage, se veut seule comptable de son destin et seule maître à bord de son Erre Sauvage. Elle tient la barre et le cap avec ce joli sourire qui vous donne des ailes

Son bateau est beau, accueillant, confortable, disposant de toutes les commodités qui permettront à votre séjour de se dérouler dans les meilleures conditions, avec même ce luxe qui convient aux grandes occasions. La dame sera là encore pour raconter sa Loire, décrire une passion dévorante mais tout aussi salvatrice, celle qui lui a permis de reprendre pied après les inévitables déboires de la vie.

Elle a décidé de se construire le bateau de ses envies, son outil de travail, son antre, sa folie. Elle a remué ciel et terre à moins que ce ne fut rivière et institutions pour obtenir les financements, trouver des conseils, se lancer dans la connaissance de la conduite des grosses embarcations. Elle se fit embaucher par les amis de l’Erdre, elle réussit à convaincre le maire de la Chapelle Basse Mer de l’importance de son projet.

Après bien des difficultés, son bateau a vu le jour et a conquis les cœurs des pêcheurs, des riverains, des passagers. Son livre d’Or est à ce titre parfaitement éloquent : des remerciements, des mots gentils, des compliments sur son accueil, sa disponibilité et son professionnalisme.

Elle m’offrit le gîte en m’y recevant avec quelques amis qui voulaient prolonger la soirée autour de nouveaux contes. Elle se raconta, décrivit son aventure, ses déboires et des faits de gloire. Elle a su trouver des amis, des anges gardiens qui l’ont initiée à la Loire et à ses pièges. Elle s’est faite capitaine par la seule force de sa détermination.

L’Erre sauvage

Dans cet univers parfois très, trop masculin, elle a fait son trou tout en ayant construit un navire totalement à son image. Ses yeux s’illuminent quand elle décrit son rêve, quand il se fit réalité à force d'opiniâtreté et de quelques tuteurs d’exception. Elle a su provoquer les rencontres, bouger les lignes et briser les obstacles pour recevoir des passagers dans ce petit hôtel flottant.

Jamais à court d’idées, son joyau est devenu scène ouverte pour les musiciens de passage, belle vitrine de la Loire, écrin voguant fièrement sur une rivière envahie par des plaisanciers peu respectueux des règles et des mesures de prudence. Elle a joué les pourfendeurs de ces fous du moteur, ceux qui méprisent les appontements de leurs batillages arrogants et puissants.

Je ne puis que vous inviter à venir à votre tour profiter de cet écrin flottant, de bénéficier des anecdotes et récit de notre vigie de Loire. Prenez la peine de vous arrêter, de jouir d’un spectacle sans cesse renouvelé sur une rivière sensible aux mouvements des marées. Les oiseaux accompagneront votre nuit, les poissons vous feront sarabande au réveil et votre hôtesse, viendra vous apporter sourire et reconstituant au petit déjeuner.

La vie de château en somme sur son magnifique navire de 15 mètres de long. Vous ne pourrez alors à votre tour que glisser mots élogieux sur le livre de bord et repartir avec le cœur en joie. L’aventure de L’Erre Sauvage mérite ce détour. On peut conjurer le sort par la force d’une volonté inflexible. Céline a réussi cet incroyable pari au pays des marins et des pêcheurs de Loire.

Bon vent à vous qui embarquerez et profiterez des lumières de la belle capitaine au cheveux fauves. Si dame Liger existe, elle doit être sa petite sœur ou bien une sirène sortie des flots. Quand le rêve est aussi beau, il convient d’ouvrir grand les yeux et les oreilles et se laisser porter sans retenue.

Admirativement sien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Francois TREMAUD 13/07/2017 14:08

Superbe bateau, et très bel article, hélas un peu gâché par l'intrusion choquante des mots "péniche" et "navire" pour "bateau"... Quel dommage !

C'est Nabum 13/07/2017 17:38

François

Les experts en expertise ma fatiguent

L. Hatem 11/07/2017 21:34

Moi aussi j'aimerais connaître tous les différents types de coques depuis la Toue cabanée à la Gabarre et jusqu'aux Péniches... mais dans quel bouquin ?

C'est Nabum 12/07/2017 07:09

L Hatem

Dans les ouvrages de mon ami Alain Fourneau
Site : les petits bateaux ligériens

Lui, va dans les archives et fait un travail de romain sur le sujet

Jacky Boucher 11/07/2017 11:20

C'est un peu discuter sur le sexe des anges, chipoti-chipotons, Même si Mandrin a raison sur le fond....

C'est Nabum 11/07/2017 11:47

Jacky

Je penche plutôt sur le fait qu'il touche le fond

Mandrin 11/07/2017 10:03

Vous n'êtes pas le seul hélas à galvauder les mots du milieu fluvial car les journalistes en usent sans aucun respect ce qui est à mes yeux beaucoup plus grave. On apprend à tout âge savez-vous et si je vous ai vexé, croyez bien que c'est sans arrière pensée. Vous viendrez-t-il à l'idée de nommer l'autobus par un camion? Certainement pas...et sans être un spécialiste, vous devriez savoir qu'un navire c'est un bateau de mer. L'histoire des bateaux est tellement riche que pour ceux qui comme vous, passionnés de la Loire, se devraient de connaître tous ces différents types de coques depuis la Toue cabanée à la Gabarre jusqu'aux Péniches d'antan aujourd'hui disparues mais dont le nom est très généreusement utilisé par trop de gens, journalistes y compris qui ne cherchent pas et n'ont pas envie d'apprendre.. Bonne continuation et sans rancune ...

C'est Nabum 11/07/2017 11:51

Mandrin

Galvaudeux, j'aime ce mot et je m'en satisfait avec plaisir
Je raconte des histoires d'autres en font

Chacun sa spécialité et vous ne me verrez jamais avec un manche ou un macaron dans la main, j'ai trop de respect pour la marine pour me prendre pour un marin d'opérette.

Maintenant s'il faut user à tout propos du terme officiel, je rends les armes et vous offre cette chanson

https://www.youtube.com/watch?v=i9p2EUxoTjQ

Sans rancune

Mandrin 11/07/2017 09:06

Le rédacteur de cet article devrait étudier l'histoire des bateaux car dénommer celui-ci comme étant un navire c'est faire preuve d'une méconnaissance certaine ou tout simplement d'être peu intéressé par le sujet

C'est Nabum 11/07/2017 09:13

Mandrin

Voilà un commentaire qui honore son auteur
La répétition vous convient mieux que l'imprécision et vous avez grandement raison de monter sur vos grands chevaux
Je ne suis pas un spécialiste et votre correction je la reçois en pleine face

Merci