Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Pitoyable et sans intérêt.

Rien à garder.

Pitoyable et sans intérêt.

Pan dans le bec !

 

Ainsi donc, voilà le jugement péremptoire à mon propos que tenait en son temps une personne chargée de défendre mes intérêts, intimement mêlés aux siens en bonne logique commerciale. J’en reste sans voix, ce qui pour un Bonimenteur, est une marque de profond désarroi. Comment mettre en avant le travail de quelqu’un quand on le considère si mal ? J’avoue la chose impossible et comprends mieux les désillusions passées. Mais foin de regrets, l’essentiel est d’aller de l’avant pour donner tort, si cela est envisageable à cette terrible sentence.

Pitoyable ! Si nous examinons le personnage, sa tenue peut provoquer un sentiment de pitié chez ceux qui l’observent d’un regard bienveillant. Le bonhomme va nu-pieds et sa dégaine, avouons-le n’est pas très engageante. Point de vêtements rutilants chez lui mais un pauvre assemblage hétéroclite de fringues disparates le fait plus sûrement passer pour un épouvantail qu’une bête de scène. Acceptons donc cette appréciation du seul point de vue esthétique d’autant plus aisément que sa face rubiconde et son bedon ne poussent pas à la considération.

Pitoyable porte également une lourde menace sur le contenu. À la fois les écrits tout comme les représentations seraient dont minables, nuls et sans aucun talent. La pilule est difficile à avaler d’autant plus qu’elle vient en contradiction avec la mission initiale de la sus-dite experte en littérature régionaliste. Les quelques acheteurs de mes ouvrages, les nombreux lecteurs de mes billets sur la toile seraient à ce point aveugles à mon incompétence grasse, qu’ils continueraient malgré tout à venir parfois m’accorder un peu de leur temps ? Je vous trouve bien patients les amis pour perdre ainsi ce bien si précieux avec un être si misérable.

Laissons donc cet anathème de pacotille pour examiner la critique essentielle d’une personne dont l’intérêt est la source principale de ses préoccupations. Là, je dois reconnaître que les espoirs de profits fondés sur ma production écrite furent pour l’heure vains et plus que décevants. Le gugusse ne sait pas se vendre, c’est bien là son principal défaut, lui à qui un ami, très soucieux de faire fructifier son commerce avait déclaré : « Toi, tu as un très mauvais rapport à l’argent, tu ne le respectes pas ! » Il n’avait pas tort, il n’est pas question de perdre son âme pour cette valeur illusoire et si dérisoire.

Sans intérêt sonne aussi la condamnation sans circonstances atténuantes de mes récits. Je raconte n’importe quoi en somme et comme de plus c’est fort mal écrit, iil devient évident que ma production soit nulle et non avenue  aux yeux des doctes experts de l’histoire, de la Loire et de l’écritoire. Je dois considérer ce verdict à l’aune de l’importance de celle qui l’a formulé, par derrière, tel le Brutus de la Rome Antique. Cette personne ne peut se tromper.

Alors, je prie tous ceux qui viennent régulièrement me lire ou m’écouter de reconsidérer leur attitude. Vous faites erreur, vous prenez pour plaisant et distrayant, agréable et parfois émouvant, drôle ou bien énervant une succession de textes mal écrits, à la syntaxe incertaine, au vocabulaire déplorable, et surtout au contenu insignifiant. Révisez votre jugement et allez donc trouver ailleurs des auteurs Respectables et Intéressants, l’exact contraire de ce que je suis. Il y a sans doute des maisons spécialisées dans cette quête délicate.

Je vous en prie, passez votre chemin, le mien est semé de maladresses, d’erreurs, de fautes, de contre-vérités, de pensées malsaines, de propos scabreux, de tournures erronées. La liste des travers serait si longue qu’il convient de la laisser en état. De toute manière, il n’est qu’une chose à dire de celui qui n’est pas digne du titre d’écrivain que lui même se qualifie simplement d’écriveur, « ça suffit ! ».

Sa logorrhée verbale tient lieu de diarrhée nauséeuse, il faut se boucher les oreilles tout en se pinçant le nez. Le Bonimenteur est un rebut de Loire, un bois flotté dont il n’est rien à tirer à moins qu’il ne soit une épave qu’il convient de laisser sombrer dans les profondeurs de sa médiocrité. Voilà, je me sers moi-même ce que vous n’avez jamais eu la franchise de me déclarer en face et vous remercie pour ce qui aurait suffit pour me décrire en quatrième de couverture : « Un auteur Pitoyable et sans Intérêt ! »

Si parmi vous, il reste encore quelques fous, de rares gens de peu de goût, une poignée d’audacieux ou d’aventureux de la lecture, je tiens à vous dire que très prochainement un Thriller Pitoyable et sans Intérêt sera disponible uniquement sur la toile. Il n’est pas question d’encombrer les librairies d’un ouvrage écrit conjointement avec Nadine Richardson une autre auteure minable. « Règlement de Conte sur la Loire ! » n’a jamais été aussi bien nommé.

À moins que le succès de ce roman ne vienne clouer les langues de vipères au pilori de leur indignité et fasse ainsi la preuve que je ne suis pas aussi pitoyable et sans intérêt que l’on veut bien me le dire. J’ai sans doute encore quelques flèche dans mon carquois, il convient simplement de choisir une bonne plume pour qu’elles touchent leurs cibles.

Pitoyablement vôtre.

Pitoyable et sans intérêt.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lune 19/07/2017 10:57

Ah! Cher Nabum, la beauté, la douceur, les secrets qui encerre un "bois flotté" ! Poursuivez votre route, suivez votre inspiration, prenez et donnez plaisir à ceux qui vous lisent dans cette langue belle, pour nous parler de la Loire, bien sûr et de notre monde avec autant de perspicacité et talent. Sincèrement ✿ Lune

C'est Nabum 19/07/2017 13:19

Lune

Ma route se poursuit avec l'hostilité de beaucoup de ceux qui décident dans ce département. Ils préfèrent mettre en avant des gens bien plus malléables.

Fort heureusement, la tendance s'inversera car il est des évidences qui finissent toujours par se frayer une place dans les esprits éclairés

Jacky Boucher 19/07/2017 08:06

quel est "
ce critique",a-t-il lui une notoriété telle, qu'il puisse se permettre de porter des jugements de valeur sur vos prestations, ou .vos écrits de blog. Non je ne passerai pas mon chemin et continuerai à vous lire

C'est Nabum 19/07/2017 13:20

Jacky

J'ai perdu du temps à me fourvoyer ainsi
je pense que cette personne fera aussi tout pour me fermer bien des portes car les décideurs aiment avant tout les flatteurs et les écoutent faute d'être en mesure de se faire eux-même une opinion

L. Hatem 19/07/2017 07:37

Blog, scène et roman sont trois choses différentes... on peut exceller dans l'un et pas dans l'autre...
Nous lirons votre version de 50 nuances de gris et jugerons... tout comme nous avions lu la version de Cockpit "elle et lui" !

C'est Nabum 19/07/2017 07:40

L Hatem

Je retiens donc l'éventualité de la médiocrité
Merci pour votre franchise