Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Une fête authentique.

La truite frétille à Saint Aignan le Jaillard.

Photo République du Centre

Photo République du Centre

La Pisciculture Ollivier

 

 

La pisciculture Ollivier est installée dans un cadre enchanteur au bord de la rivière Sange qui va se jeter quelques kilomètres plus loin dans la Loire non sans avoir alimenté les douves du château de Sully-sur-Loire. Enfant, c’était un de mes lieux de balade préféré. Quand le soleil dardait, nous y trouvions la fraîcheur et l’ombre tout en profitant de l’onde pure.

La famille Ollivier est venue s’y installée, d’abord avec l’activité de forage du père avant que Dany ne se lance dans l’élevage de truites. Une activité somme toute très traditionnelle si ce n’est que le diable de bonhomme a souhaité faire de ses produits une référence gastronomique. La transformation des poissons est ici, élevée au rang d’art culinaire avec une grande variété de déclinaisons toutes plus succulentes les unes que les autres. Quand arrive la période des œufs, il produit une pure merveille de saveur avec une recette qui lui vient d’Europe occidentale. Je ne vous dis que ça !

Chaque année, le premier dimanche du mois d’août, Dany réunit autour de lui et de son domaine une armée de bénévoles pour des portes ouvertes qui sont devenues au fil du temps et du succès, une véritable fête grand public. De sa seule initiative, il a su créer une grande manifestation populaire bien dans l’esprit des grands rassemblements d’autrefois. Tout y est pour accueillir, distraire, nourrir et réjouir le très nombreux public qui s’y presse désormais.

Les uns, les plus gourmands sans doute, pêchent la truite qui ici ne se fait pas prier pour venir remplir les seaux ensuite pesés. Ils repartent bien vite pour aller ranger au frais leurs prises avant que de revenir participer aux festivités. Les autres s’amusent des grimaces des pêcheurs occasionnels quand il s’agit de décrocher le pauvre poisson ou bien de le rattraper au moment où il cherche à regagner son refuge. Papis et mamies, enfants et estivants en tenue inadéquate, se transforment ainsi en pêcheurs d’opérette pour le plus grand plaisir des spectateurs un peu moqueurs.

Tous se retrouvent à table. Il y a largement de quoi faire ses emplettes avec des produits locaux ou régionaux, tous de bonne qualité, proposés par des camarades de marché de Dany, sélectionnés sur le critère qui lui convient le mieux: l’authenticité du goût. Naturellement le stand des produits dérivés de la truite est celui qui reçoit le plus d’acheteurs.

L’incontournable barbecue ne sent ni la merguez, ni la frite. C’est un vrai bonheur que d’échapper à ces effluves habituelles dans les grands rassemblements de ce type. Ici, ce sont des filets de truites qui mijotent en papillotes, baignant dans une crème à la moutarde du meilleur effet. La pomme de terre se met au diapason, en cuisant à l’étouffée façon gratin dauphinois. Les tables sont prises d’assaut, les convives se mélangent dans un joyeux désordre à la bonne franquette.

Une fanfare accompagne les mangeurs. La bonne humeur est de rigueur d’autant plus que les vignerons de Sancerre et des coteaux du Giennois se font le devoir d’abreuver certes avec modération, nos joyeux lascars. Tout le monde a les joues rouges, le verre à la main et le bonheur au cœur : un grand banquet gaulois dans cette terre aux légendes celtes.

Un grand gaillard dégingandé vient apporter son petit grain de sel en disant quelques histoires à dormir debout, accompagné à l’accordéon par un vieux monsieur malicieux. On se gausse, on s’amuse, on l’écoute finalement en faisant taire les bruits de mastication. Puis le récit terminé, tout le monde reprend son activité à haute teneur calorique.

Plus loin, un artiste sculpte à la tronçonneuse des personnages tandis qu’un autre crée des bijoux et qu’un peintre saisit l’instant pour l’immortaliser. Rien de bien original, me direz-vous, si ce n’est que tout s’y déroule dans la plus parfaite harmonie et dans un décor enchanteur. Des artisans font l’étalage, vantant leurs produits sans ostentation.

La fête est entièrement privée, sans la moindre présence policière, sans service d’ordre ni haut-parleur tapageur. C’est là l’immense mérite de la joyeuse bande que d’avoir créé une fête familiale ouverte au grand public dans un esprit de totale confiance et de parfaite concorde. C’est certain, je reviendrai l’année prochaine.

Frétillement leur.

Une fête authentique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article