Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Lorsque revient septembre.

Une chanson inscrite dans notre réalité.
À STEVEN qui la chante si bien ...

    Quand prend fin le championnat, quand il n’y a plus le sel de la vraie compétition, l’homo rugbystus ressent un immense vide. Sa vie doit se poursuivre sans son RUGBY.


    Dans un premier temps, il se réjouit de ces dimanches sans match, de ce temps retrouvé qu’il a sorti des griffes de sa meute pour l’offrir à son épouse légitime, à ses amis et à sa famille. Il redécouvre le plaisir du repas dominical sans cette affreuse boule à l’estomac, sans cette maudite viande blanche et son accompagnement si fade de pâtes ou de riz à l’eau.

    Il s’enivre surtout de ces soirées de folie, du vendredi ou du samedi soir quand la fièvre peut le prendre et qu’il n’est plus question de modération, de sommeil indispensable et de concentration nécessaire. Il jouit de l’instant présent, au-delà du raisonnable, on ne refera jamais notre homme des tavernes !

    Mais, passé le premiers mois de déraisons, il constate des changements corporels : un épaississement non ferme des abdominaux, et surtout, un manque s’installe et grossit son cœur d’une nostalgie envahissante. Il s’ennuie, il s’agace, il se cherche vainement.

    C’est le Rugby et son cortège de mauvais garçons mais si bons compagnons qui lui manquent.  Il a délaissé le terrain d’entraînement un soir de barbecue, en mai. Il avait rangé le sac en se disant qu’il allait avoir du temps à lui. C’est la fraternité qui fait défaut dans ce temps des autres, il veut la retrouver avec ses coéquipiers.

    Il a besoin aussi de ce stress si particulier qu’il déteste profondément lorsqu’il lui tiraille les entrailles mais qui donne tant de goût à la vie du sportif. Il a besoin de cette tension nerveuse qui précède la rencontre, qui l’habille de peur et d’angoisse pour finalement exploser au coup d’envoi.

    Alors, quand revient septembre, il va rechausser ses crampons pour reprendre le chemin de la bataille, pour rejoindre ses frères de combat et de ripaille, pour se retrouver dans lui-même !
Les jours raccourcissent, le temps change peu à peu et va bientôt se grimer de ses couleurs d’hiver. Les autres, ceux qu’il a côtoyés durant ce temps de l’entre=deux, ce temps sans Rugby, les autres vont entrer en état d’hibernation.

    Lui seul a besoin de cette confrontation aux éléments ; au froid et à la pluie, à la boue ou au terrain dur, comme il a besoin de cette confrontation à sa peur et à ses angoisses. Lui seul éprouve cet appel ancestral à la bataille, au conflit symbolique, à la sublimation.

    Septembre, c’est le retour des rituels et des craintes, des bonheurs et des heurts, du courage et des outrages, des furies et des envies, de la sueur et de la peur …

    Quand revient septembre, comment voulez-vous comprendre, il répond à cet appel de la brute qui sommeille en lui. Quand revient septembre, il s’en va dans cette caverne secrète qui fleure bon l’embrocation et la promiscuité masculine. Quand revient septembre, il sait qu’il va tutoyer le sublime et l’infâme.

    Septembre, c’est son retour en l’immémorial. C’est sa voie sacrée. Il va exposer son corps aux coups et aux plaies, aux bosses et aux douleurs et il y trouvera un bonheur à nul autre pareil.

    Dans ce paradoxe indicible à ceux qui n’ont jamais revêtu la tunique du rugby, il va se lancer dans une nouvelle aventure avec sa bande de semblables et la première fois que résonnera la chanson dans le car ou dans leur antre, ses compagnons et lui, la larme à l’œil,  sauront que septembre est enfin revenu !


Incompréhensivement vôtre.


La Chanson


Si tu n'as jamais joué,
Comment peux-tu comprendre,
Qu'on ait le cœur serré lorsque revient septembre.


Dans le vestiaire étroit, les 2 grands bancs de bois,
L'odeur d'huile camphrée…
Le bruit sec des crampons sonne sur le béton je n'ai pas oublié…
Tu te mets le maillot t'es tout neuf t'es tout beau qui sait si tu as peur ?
Un regard quelques mots le rugby ça tient chaud le dimanche à 15 heures…


Si tu n'as jamais joué,
Comment peux-tu comprendre,
Qu'on ait le cœur serré lorsque revient septembre.


A l'heure de vérité plus question de tricher, quand on est face à face…
Ce petit homme en noir et ce ballon bizarre… tout le reste s'efface…
Et tu donnes et tu prends, et tu cours dans le vent vers la terre promise,
Et tu gagnes ou tu perds paradis ou enfer mais le temps cicatrise…


Si tu n'as jamais joué…
Comment peux-tu comprendre,
Qu'on ait le cœur serré lorsque revient septembre…


Et le combat fini, les frères ennemis ensemble sous l'eau pure…
Avoir la même foi, avoir la même joie ça saigne les blessures…
Et tu chantes à tue-tête que t'oublies la défaite ou tu chantes victoire…
Toi t'as jamais chanté montagne Pyrénées, ni de chanson à boire…


Si tu n'as jamais joué…
Comment peux-tu comprendre,
Qu'on ait le cœur serré lorsque revient septembre…


Viens le temps des regrets et on oubliera jamais ça te fera sourire…
Un maillot déchiré, de vieux crampons brisés…
Des tas de souvenirs…
Ils sont bien de chez nous Mc Orland, Giraudoux qui t'ont si bien conté…
Et ne sois pas surpris si te parlant rugby j'ai la gorge nouée…


Si tu n'as jamais joué…
Comment peux-tu comprendre,
Qu'on ait le cœur serré lorsque revient septembre…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article