Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

État d'âme d'Entraîneur

Chemin faisant …


    D'abord, il y a eu l'avant.

    Tout est encore possible, tout est sans doute, faisable ! Le travailleur besogneux a dressé des plans sur sa Comète Rugby. Il est persuadé que sa capacité de construction va transformer ce groupe qu'il ne connaî pas en une redoutable machine de guerre sportive. Il se rêve Hannibal ou César …

    Il est effleuré par un léger doute ; le passage d'un niveau fédéral à une catégorie de jeunes exigera sans doute quelques modulations, de petites inflexions, des reculs infimes dans ses extraordinaires ambitions de jeu. Il mettra l'accent sur la formation en programmant, planifiant, structurant les apprentissages pour que ce qu'il a pensé se fasse en fin de cycle !
    Ensuite, il y eut le premier Entraînement …

    Tout nouveau , tout est beau ! Aussi enthousiaste qu'un jeune communiant à sa première hostie, aussi cabot qu'un chanteur lors de sa tournée d'adieu, il a repris le sifflet et retrouvé son cher chronomètre. Les petits gars arrivent, il les compte et espère déjà  des récoltes plus abondantes. Il les met immédiatement en mouvement et en adresse. Il se voit Béjart mettant en place une chorégraphie ovale.

    Il constate de l'enthousiasme, oublie les maladresses et croit en cette génération qu'il aura l'honneur d'accompagner. Il ne voit que les progrès qui apparaissent déjà, du moins c'est son opinion. Il apprécie la capacité d'écoute et de correction. La vie est belle, la saison prometteuse. Tous les possibles prennent corps !

    Hélas, il y a le deuxième entraînement.

    C'est le coup de massue. Le nombre ne croît pas, les garçons n'ont pas récupéré des efforts de la première soirée. Le principe de réalité assomme notre homme si naïf. Il se rend à l'évidence de cet immense chemin à parcourir pour faire de ce groupe en devenir, une équipe en plénitude. Il dresse lors de la première opposition tangible la liste des chantiers à mener. La gestuelle, le physique, la lecture du jeu, la compréhension du rugby, l'agressivité, la communication, …

    Déjà, il revoit à la baisse son projet initial. Le constat est si désespérant ! Ses exigences devront être revues à la baisse. Tout son discours est à reprendre. Il pensait leur parler une langue sportive par eux connue, il découvre qu'ils ne la comprennent pas. Au deuxième soir, la tempête souffle dans son crâne. L'entraîneur doute.
Ce n'est pas bon !
    Puis, il y a le troisième soir.

    Il a infléchi sa façon de procéder. Il s'est armé de patience et de mots beaucoup plus simples. Il donnera du temps au temps ce luxe extraordinaire que seuls les éducateurs peuvent s'offrir dans le monde sportif.

    Les progrès s'esquissent. Son organisation de base est appréhendée par quelques garçons. Ce qui était incompréhensible il y a deux jours, éclaire quelques actions. L'entraîneur retrouve le sourire et la foi en un avenir lointain et radieux. Même le passage à l'opposition face à des seniors ne vient pas entamer son nouvel optimisme. Le vent souffle dans la grand voile carrée et rien n'entravera sa route.

    Maintenant, il attend la suite !

    Le deuxième semaine devra être celle du retour des vacanciers. À cet âge, on confond encore rentrée des classes et rentrée sportive, un mal récurant dans notre rugby. Ce soir, il y aura école de la mêlée, pour tous, avants et arrières, l'éducation posturale s'impose. Il s'est installé dans le long terme, lui le marin d'eau douce se moque maintenant des écueils à la petite semaine.
    Il ne se préoccupe pas plus de ce rendez-vous trop prématuré du tournoi à venir, une idée saugrenue et précipitée du Comité qui en a beaucoup (des idées). Le rugby à 7 après 2 semaines de préparation, c'est inconsidéré mais il n'en dira rien …

    Sagement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article