Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Quelques réserves sur nos réserves

Domaine réservé

    S'il y a un sujet tabou dans la belle principauté d'Ovalie, c'est bien le délicat sujet des réserves que nos patrons ne souhaitent jamais aborder au nom d'un conservatisme de bon aloi.

    Pour le béotien, ce lecteur occasionnel qui découvre les innombrables méandres de la pensée ovale, un éclaircissement parait indispensable. L'équipe réserve est la seconde équipe senior dans nos clubs amateurs. De la fédérale 1 aux séries régionales, les seniors se déplacent en bandes considérables. Vingt deux lascars pour l'équipe fanion et le plus possible pour la réserve.
    À partir de là, le complexe vient s'ajouter au pas facile. La réserve, qui pourtant pratique le même sport que l'équipe A, peut évoluer à 15, à 12 ou en effectif incomplet suivant les régions, les circonstances, la durée du trajet et les ambitions des uns ou des autres.
    La réserve est la dernière roue d'une carrosse incontrôlable. Elle est soumise au bon vouloir de l'entraîneur principal, qui ne se préoccupe que des  intérêts de la seule formation qui compte vraiment aux yeux de tous. : l'équipe fanion. Elle dépend des horaires fixés pour cette dernière et doit impérativement rendre son tablier à 15 heures, pour le vrai match !
    Elle est soumise aux impondérables du trajet et du repas, des égarements permanents et des pannes de GPS. Elle doit ouvrir le bal à 13 heures 30, mais les motifs de différer sont nombreux :
arbitre absent ou en retard, absence des dirigeants encore à table, matériel coincé dans le car avec les plus importants, licences incomplètes, retard chronique exclusif à la catégorie …

    La réserve n'est ni considérée ni regardée. Le public ne vient au stade que pour le coup de sifflet de 15 heures. Elle n'est que prétexte à séjours prématurées à la buvette ou au club-housse pour le spectateur en avance. Personne se se préoccupe vraiment du score, du résultat et du classement. C'est une équipe pour du beurre qui se morfond !

    Sur le pré, elle est constituée d'un étrange mélange d'anciens et de nouveaux, de chevaux sur le retour et d'autres pas débourrés (curieuse métaphore !). Elle n'a ni repères, ni entraînement spécifique. Elle est montée de briques et surtout de brocs, à l'heure de monter dans le car …

    Dans les autres sports, l'équipe 2 a une existence propre. Elle évolue dans un vrai champion face à des formations plus modestes ou à des homologues. Le match est un rai match, arbitré par un spécialiste devant un public qui vient voir CE match. Un grand club peut ainsi envoyer sa réserve dans une ville plus modeste et faire rêver adversaires et spectateurs.

    Ailleurs, les équipes 2 jouent pour un titre, pour monter d'un échelon ou pour descendre. Elles connaissent la pression du résultat et la considération de la performance. Elle sont autonomes et servent vraiment de tremplin pour le joueur motivé.

    Au Rugby, point de ça ! Hors de questions d'envisager cette disjonction qui semble encore plus délicate que la  séparation de frères siamois. Les arguments sportifs ne seront jamais considérés parce que la tradition et les budgets s'imposent à tous.
    Alors nos cars resteront des espaces clos et surchauffés avec plus de 50 passagers qui n'ont pas tous les mêmes objectifs et les mêmes exigences. Les déplacements seront toujours allongés de ces deux heures dédiées à l'autre équipe. Les équipes de jeunes ne pourront que trop rarement jouer en lever de rideau de leurs ainés. Les petits villages ne recevront jamais un plus grand club en match officiel. Rien ne change, rien ne bouge et les trésoriers n'auront pas à trouver de nouvelles recettes pour affronter une mesure pourtant indispensable depuis un nombre considérable de belles lurettes dans ce monde de vieilles badernes !

Supplétivement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Rochon Didier 03/12/2009 23:08


Salut à tous

J'ai joué souvent en réserve et j'ai tout connu, les galères comme les vraies parties de plaisir. Par contre, j'ai toujours trouvé de super potes et l'on était vraiment heureux de se retrouver.
Dans les commentaires précédents vous parlez tous des réserves de club en fédérale.... bien. Mais dans les club qui jouent en régional, combien ont une réserve? Et j'entends par là une réserve qui
peut jouer tous les matchs de la saison. Sur la région bien trop peu, et malheureusement, et je suis le premier à le déplorer, il y a toujours une question de fric. Bien peu de clubs (à moins
qu'ils en aient vraiment la volonté et les moyens) sont en mesure de proposer des moyens corrects pour leur équipe B. Combien avons nous vu d'équipes réserves "habillées" avec des équipements qui
faisaient plus penser à des "clowns" qu'à des sportifs qui n'avaient qu'une chose en tête: pratiquer leur sport et qu'importe les conditions. bien évidemment le terme de clown n'a rien de
péjoratif. J'ai eu la chance de jouer dans un club (où sont les julots) où les équipes B avaient toute leur place. Je pense aux joueurs qui ont dû exercer dans des conditions inimaginables
aujourd'hui. Respect pour eux.


BR 04/12/2009 07:19


La chronique sur les réserve après un long sommeil, réveille les commentaires.

Attention, c'est parce que je respecte vraiment les réservistes que j'ai écrit ce texte.
Entraîneur, quand il faut faire des choix, c'est beaucoup plus compliqué.
Entraîneur, cependant, j'ai toujours partagé les ballons et mon énergie.

C'est la compétition est elle-même qui décrédibilise cette équipe à part entière pourtant.

Que faire ?


twobard 03/12/2009 17:45


A aucun moment je ne parlais des sous pour la une!!!
Après il y a un autre soucis, quand est ce que tu ferais jouer la B? le dimanche en même temps que le première, mais a un autre endroit?
C sur que le pression est moindre en B, mais sera tel différente dans une compétition inférieur sachant que les niveaux des B est tres variable? et dans quel compétition vont elle joué?
elle commence en 4ème série ou elle joue directement en honneur?
tout dépend des clubs et des équipes B!!!
Si on veut faire monter les jeunes, il faut leur faire confiance et leur donné du temps! et je sais de quoi je parle!
Imaginons que la B joue en honneur et la A joue en Fed 1, la différence de niveau n'est tel pas trop importante?
Je ne suis n'y du côté des dirigeants n'y de ton côté, je donne juste mon avis et j'espère qu'un jour les équipes B auront un jour la même attention que la une, c'est une équipe comme une autre et
qui est necessaire au club pour faire jouer tout le monde...

discutement votre


BR 03/12/2009 18:03


Les B devraient démarrer deux niveaux en dessous de leur une quand la décision interviendrait. Puis elle pourrait monter jusqu'au niveau juste en dessous.
Elles joueraient le dimanche à 15 heures comme les grands !
Il y aurait vite un étallement des B entre celles qui se retrouveraient en Fédérale 2 (pour le niveau F1) et les plus faibles qui descendraient jusqu'en honneur. (plus bas je ne crois pas ça
possible)
Je suis persuadé que des matchs RCO B - USP A  , RCO B - RCOS A, RCO B Chateauroux A remplirait les stades en question et tu aurais la surprise de voir du monde aux Montées rien que pour
vous.

Et là, il y aurait peut-être un rugby moins léché mais de l'engagement en veux-tu en voilà.

Ne redoute rien, jamais ce rêve ne deviendra réalité. Il n'a a pas plus conservateur que le monde du Rugby.

Bon match à toi dimanche.
Nous ont a pas le droit de jouer.

Ouverteàlacontreversement vôtre.


twobard 03/12/2009 14:00


Et voila je me lance pour un premier commentaire.
Tout d'abord je tiens a dire que j'adore lire ses articles qui sont toujours aussi bien écrit comme à l'époque des protons.

Mais pour une fois je ne suis point d'accord avec toi enfin pas sur tout. Il est vrai que la B est une équipe a part. Les joueurs se sentent parfois délessé par leur club et leurs dirigeants. On
peut dire beaucoups de choses négatifs sur cette équipes.
MAis contrairement a ceux que tu dis, je trouve que cette spécificité doit être conservée. Tout d'abord d'un point de vue financier: quel club peut se permettre de payer de bus tout les week end
pour une équipe 2? Est ce que le publique sera plus nombreux pour voir cette équipe jouer à 15h dans une division inférieure? est ce que les dirigeants auront plus de respect pour cette équipe qui
deviendra plus du jeu loisir que de la compétition (et oui puisque de toute façon les seuls résultas qui compte c'est ceux de la première)?
Il est vrai que cette équipe ne joue pas pour la montée ou la descente en fin de saison. Mais contrairement a ce que tu dis, il y a un vrai championnat de l'équipe B, et pour avoir jouer une finale
avec la B d'Orléans, je peux te dire que j'en suis fière et que ca resteras dans ma mémoire. L'équipe B, c'est une vrai histoire de potes, et tout ceux qui sont passés par la ou qui y sont le
savent. C'est un peu comme les années juniors, tu joues pour ton copain, pas pour le pognon.

Je peux te dir que dans les autres sports, les équipes 2 sont considérés de la même manière qu'au rugby! pourtant ils jouent dans un niveaux différents, mais c'est exactement la même chose! Connait
tu les résultats de l'USO 2 en foot, de l'ES Ormes 2 en Basket ou du CJF fleury 2 en hand!
Et le principe est le même: les joueurs pouvant jouant en 1 mlais qui sont un peu juste ou qui n'ont pas de temps de jeu sont prioritaire sur les autres!


Amicalement


BR 03/12/2009 17:31


Tu défends la position des dirigeants en prétendant que ça couterait trop cher. Ce serait leur problème et ils en donneraitmoins aux A ...
Il est vrai que la situation du joueur de B ne changerait pas fondamentalement dans son club. C'est une réalité dans tous  les sports. Être en A ou n'être pa grand chose !
Par contre renontrer des A de niveau inférieur changerait toute la donne.
Du public ce jour-là (à l'extérieur bien sûr) et une vraie dimansion de la pression.
C'est ce qui manquera toujours aux matchs de B : la pression et qui fait que certains excellents espoirs recrutés sont incapbles d'évoluer en A quand ils arrivent dans un club de Fédérale 1 ……
Je ne donnerai pas de nom mais j'en ai croisé beaucoup.
Jouer entre compains, ça ne changerait pas et vous éviteriez alors les contrariétés du type de celle qu'on vous propose dimanche. Enfin l'amplitude horaire en prendrait un sacré coup avec deux ou
trois heures de moins par voyage.

Et les éuipes de jeunes découvriraient les joies du lever de rideau ce qui est indispensable, là aussi.

Mais je n'ai pas toujours raison et j'accepte bien sûr la contradiction.
Ton commentaire sera sur mon site que tu dois continuer de fréquenter et de faire fréquenter car il en ennuie plus d'un.

Reservistement vôtre.