Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Rentrée des Écoles de Rugby.

Quelques Observations et une suggestion …
À JOSÉ, le footballeur pertinent !


    Samedi dernier, dans tous les clubs hexagonaux et néanmoins ovales, les Écoles de Rugby faisaient leur rentrée sportive. Parents, enfants, éducateurs, observateur tatillon se pressaient sur les pelouses, les abords et tous les espaces verts disponibles, le tout sous un soleil enchanteur.

    Le passant curieux, ici ou là, a pu assister à un spectacle chamarré, un grand moment de bonheur sur le pré. Manifestement, la joie des retrouvailles n'est pas feinte. Les enfants sont ravis de revoir leurs chers camarades et cette si capricieuse balle ovale …

    Sur les différents espaces de jeu, (la place manque et il faut utiliser le plus petit bout de pelouse), les enfants subissent les effets combinés de la marchandisation, de la télévision, de l'imitation et  du plaisir des parents. Beaucoup de casques sur les têtes si fragiles de ces petits chéris Des gants pour faire comme les grands de Canal Plus, sans trop savoir pourquoi. Des tuniques appartenant aux grandes écuries professionnelles qui découvrent cette ressource financière sur le dos d'enfants bien naïfs. Le Stade Français et le Stade Toulousain se taillent la part du Lion. !

    Le règlement impose, et c'est heureux, le protège-dents. La grippe à venir exige elle aussi des précautions nouvelles. On boit aux gobelets et les enfants ne portent plus à leurs lèvres, ces immondes bouteilles communes, nids à bactéries sournoises.

    Le curieux occasionnel constate encore une multitude de ballons. Ils sont flambant neufs et sont adaptés à la taille de chaque catégorie. Là encore, le progrès est considérable et nos écoles de Rugby ont entamé leur révolution culturelle. C'est encore plus évident au niveau de tout ce matériel qui s'étale sur les différents espaces. Des plots, bien ordonnés par couleurs, des cerceaux plats pour éviter les entorses, des échelles de motricité, des piquets, des petits sacs à plaquage, des boucliers qui servent d'obstacle ou de haies, des pneus, …

    Est-ce la volonté de montrer richesses et variété à l'occasion de cette journée vitrine ? Est-ce le résultat d'une réunion matinale des éducateurs ? Est-ce le discours fédéral qui prend racines dans les clubs ? Qu'importe la raison, de la diversité naîtra peut-être le futur grand joueur.

    Un père, ancien footballeur de bon niveau, fait alors remarquer que si l'ambiance est incomparable au Rugby, il ne peut s'empêcher de regretter un manque  évident de technicité dans les interventions des adultes. À bien y regarder, il est certain que, si les sollicitations motrices sont multiples et diversifiées, les corrections motrices, les conseils posturaux, les remarques techniques sont beaucoup moins nombreuses.

    L'expert s'autorise alors à quelques conseils auprès d'éducateurs plein de motivation mais pas nécessairement formés à ces détails fins du schéma moteur. « Les appuis au sol ne sont font pas sur les talons, l'apprentissage du drop passe par « éducatifs » très simples, le ballon doit être porté le plus possible à deux mains, le pied de frappe doit être gainé, le ballon n'est jamais jeté, … »

    Si dans les matches, les injonctions fusent et se mêlent, il y a peu d'arrêts sur images et souvent trop d'enfants pour un seul ballon. Les lancements de jeu demeurent trop standardisés et ne sollicitent jamais ces enfants qui restent à la périphérie. Le rythme n'est pas assez soutenu et le temps de parole trop important.

    Toutes ces remarques sont constantes, quel que soit le club ou l'éducateur. Il n'est pas raisonnable d'attendre d'un bénévole des prestations de professionnels. Mais, justement, où sont les professionnels du Comité ? Chaque samedi, ils devraient se trouver dans nos petits clubs pour qu'évolue cette fameuse technicité qui demande plus que la seule formation institutionnelle.

    C'est au pied du mur, que nos architectes départementaux et régionaux, devraient apporter à nos maçons en devenir, ces petits plus qui feront un jour, la différence.

Techniquement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article