Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le temps des rêves en Ovalie

Supputations sans fondement …

    Toutes les équipes sont en phase de préparation. Elles ont attendu fiévreusement la composition de la nouvelle poule, celle qui leur permettra de réaliser enfin leurs rêves les plus fous de victoire et de gloire. C'est le temps béni des supputations illusoires …

    Le coup d'envoi est encore loin, chacun fourbit des armes secrètes et se prépare avec des espoirs plein ce cœur qui restera à jamais celui d'un enfant en culotte courte ! Concurrence et frustration ne sont pas encore d'actualité, la mise en place ne fige pas encore les statuts et les rôles.

    Tous commencent la saison en évaluant les immenses chances de leur club et la valeur de ces pauvres adversaires. On jauge, étalonne, évalue, compare, ordonne, classe et condamne. Tous ces pronostiques sont en sustentation, ils se fondent sur rien de tangible. L'intuition est souveraine !

    Dans cette foire aux phantasmes, chacun se pense à l'aube d'une saison merveilleuse qui va mettre le club sur une orbite plus haute encore, celle de la gloire sportive. La tête dans les étoiles, chaque joueur se dessine sa carte au trésor personnelle.

    Tous les possibles sont envisagés. Le possible ne vient jamais contredire le souhaitable et l'exploration de ces lendemains qui chantent peut commencer.

    La mêlée va exploser tous ses adversaires. Ce nouveau pilier si costaud et qui tient si bien la chopine va être la pierre angulaire des succès à venir.

    Le lanceur a fait du tir à l'arc pendant les vacances. Il fera flèche de tous bois, il a découvert le secret de l'œil directeur et enverra dans le mille toute l'année.

    Le sauteur, en regardant les championnats du monde d'athlétisme a enfin compris quel était son pied d'appui. Les commentaires lumineux de ce chêne qui n'est pas un gland lui ouvrirent les yeux.

    Les étayeurs se sont enfin mis à la musculation comme des fondus. Ils ont passé tous l'été à soulever des barres et ils mettront le sauteur sur orbite, ils en sont certains.

    Les flankers se sont contentés de regarder la télévision. En observant les tries séries, ils ont tout compris de l'art délicat du grattage. Les mains les démangent de venir démontrer leur filouterie nouvelle.

    Le huit est allé en vacances au Pays Basque. Il a fait tourner la charrette et revient fort comme un bœuf. Il poussera ses copains vers la terre promise.
    Le demi de mêlée a opté pour un stage commando chez les sapeurs pompiers. Il est passé maître dans l'art oratoire de l'ordre en gueulant et aller au feu ne lui fait plus peur.

    L'ouvreur est parti en vacances avec un joli ballon et un tee. Il a compris que seule la répétition est source de régularité. Il a pris 20 kilos mais ne doute pas qu'il restera indispensable à son équipe.

    Les arrières comme d'habitude n'ont rien fait. Ils ont passé la trêve a courir les jupons et espèrent qu'ils auront des jambes pour déborder avec modération, ça va de soi !

    L'entraîneur s'est inscrit au recyclage fédéral, c'est vous dire s'il est sérieux. Il va révolutionner ses pratiques grâce à quelques secrets qu'il a partagé avec tous ses homologues.
    Les dirigeants sont confiants. Ils sont sur la piste d'un sponsor qui a évoqué la possibilité de réfléchir à une participation éventuelle de sa part. Le nerf de la guerre n'est plus très loin, pensent-ils.

    Les spectateurs rêvent tout autant et souvent bien plus que ceux qu'ils encouragent, le coude bien calé contre le comptoir. Ils sont ravis de cette nouvelle bière, plus onctueuse et ça, c'est un bon signe !

    On va réunir en commission perspectives et développement, on élabore des plans en trois ans pour changer de monde. On restructurera l'équipe technique et on proposera un service médical pour les jours. Malheureusement, on ne sait pas qui est « On » !
   
Dubitativement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article