Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

David contra Goliath sur le plateau du Larzac

Le Zétor contre les AMX 


 

Je sors d'un film jubilatoire, un documentaire qui redonne l'espoir et l'envie de lutter contre la force injuste de la loi. « Tous au Larzac », c'est un moment de pur bonheur, une plongée dans la bataille farouche de la dignité contre l'iniquité et le court terme. Si jamais ce maudit camp militaire avait été fait à l'époque, il serait aujourd'hui fermé et le plateau serait un vaste désert …


Au lieu de quoi, des paysans fiers et obstinés ont fait plier l'état et l'armée. Ils ont, sans verser le sang, mis à mal une logique inhumaine qui place l'individu tout au fond, à côté du radiateur. Les spéculateurs, les ministres intègres naturellement, les présidents garants de l'intérêt supérieur (celui du plus fort au sens strict), les médias toujours à la remorque des puissants, la bien pensance nationale avaient anéanti la vie de braves gens pour que des soldats jouent à la gué-guerre.


Mais ils ne savaient pas que l'aveyronais n'est pas fait du même bois que les autres. Rien ne le rebute, rien ne le fait reculer. Il est là, les pieds plantés dans cette terre rude et magnifique, il sait prendre son temps et ne cède jamais devant l'adversité. Et cette fois, il eut fort à faire, tout ce qui se fait de mieux au niveau de l'hypocrisie, du mépris, de l'arrogance et de la bêtise de ceux qui sont nés pour avoir toujours raison.


Cent trois paysans, cent trois fermes qui sont devenues des bastion avancés d'une bataille qui ne faisait alors que commencer, sont devenus les symboles de la lutte contre un système qui n'a de cesse de broyer les gens. Ils ont pris des coups, ils ont été menacés, arrêtés, jugés, emprisonnés, insultés, dédaignés. Mais ils sont sortis vainqueurs de ce bras de fer inégal par la seule force d'une volonté inflexible et de vertus magnifiques.


Ils racontent leur guerre de onze ans devant nous. La lutte, les débats ont magnifié ces femmes et ces hommes qui ont le verbe chatoyant, les souvenirs épiques, le récit haletant. Quel bonheur de les écouter, de regarder ces visages burinés, d'apprécier la force intérieure qui jamais ne les a abandonnés. Nous rions, nous pleurons, nous nous enthousiasmons, nous nous indignons, nous tremblons avec eux, nous sommes à leur côté comme ces milliers de gens à l'époque.


Ils et elles sont les oriflammes de la force tranquille de ceux qui ont raison. Nous sentons qu'ils nous montrent la voie des luttes à mener pour abattre le système le plus injuste, le plus épouvantable que la planète n'ait jamais enfanté : le libéralisme sauvage. Avec des pieds et des bâtons, des moutons et des tracteurs, ils ont vaincus les AMX, les petits soldats et leurs chefs absurdes.


Ils nous racontent leur exigence d'unanimité, les heures de débats pour obtenir cet impératif éthique : « Ne jamais se diviser ! » Nous mesurons alors la stratégie actuelle des gens qui nous gouvernent et qui chaque jour dressent une catégorie contre une autre ! Suivons l'exemple des gens du plateau, regroupons nous et mettons à plat nos différences pour nous unir et vaincre la bête immonde du capitalisme financier.


Nous ne sommes pas si éloignés les uns des autres que ces paysans autochtones qui accueillirent alors des pionniers ; les premiers néo-ruraux, qui acceptèrent les hippies, qui ouvrirent leur amitié et leur porte à des militants bien plus radicaux et politisés. Ils n'ont jamais cédé sur leurs convictions, ils ont écoutés, fait des petits bouts de chemin vers les autres pour aller jusqu'au bout de ce combat perdu d'avance.


Ils ont gagné. Ils ont surtout hérité d'une expérience inégalable qui fit d'eux, ce qu'ils sont toujours, des conteurs merveilleux, des humains à la pensée forte et lumineuse, des manieurs de mots et de sentiments. La lutte les a grandi, les a soudé, leur a donné cette dimension que bien peu de nos politiques d'aujourd'hui ne peuvent avoir. Ils parlent du cœur !


Davidement leur.

Vidéo :

TOUS AU LARZAC par cinegalerie-imagine94

Résumé du film 


« Tous au larzac »:

Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José, et tous les autres, drôles et émouvants, sont les héros d'un formidable combat épique, celui de simples paysans du Larzac contre l’Etat, affrontement du serf contre le seigneur, qui les a soudés dans une lutte politique sans merci pour conserver leurs terres. Un engagement déterminé et joyeux, mais parfois aussi éprouvant et périlleux. Tout commence en 1971, lorsque le ministre de la Défense Michel Debré, déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Radicale, la colère se répand sur tout le plateau, les paysans se regroupent et signent un serment : Parole de paysan, ils ne cèderont jamais leurs terres. Dans le face à face quotidien avec l’armée et les forces de l'ordre, ils déploieront des trésors d’imagination et de courage pour faire entendre leur voix. Bientôt des centaines de comités Larzac naitront dans toute la France... Dix ans de résistance, d'intelligence collective et de solidarité, qui les conduiront jusqu'au triomphe final.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article