Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Des Carnutes aux Cathares. 2

Le point de départ.

 

2018786470_5e02578de0.jpg


    Quitter Cenabum ne sera pas une partie de plaisir. La Ville s'étend du nord au sud sur une vingtaine de kilomètres. Le piéton avisé empruntera d'abord les rives du canal et traversera la Loire sur la passerelle du chemin de fer. Puis la piste cyclable servira 'd'évitoire' à une circulation automobile et plus sûrement nauséabonde.

    Il me faudra alors longer ce grand stade qui connut ma gloire fugace suivie de ma déchéance tenace. Tout en haut de sa grande pyramide hautaine, de fidèles ennemis m'apercevront sans peine et pourront  à loisir me vouer aux enfers que je me prépare à cotoyer.
3498731612_9bbdf38eff.jpg
    Sur ce lieu inhospitalier en notre principauté d'Ovalie, j'éviterai de poser le regard. Je sais par contre que tout au long du trajet, si un amateur ou un connaisseur de la chose ovale apprend mon passage, il m'ouvrira sa porte. Il n'est qu'ici qu'on se plaît à penser  que l'amitié puisse se confondre avec la recherche de ses intérêts du moment.

    En attendant mes futures étapes en pays de Rugby, jusqu'à cet Albi où son entraîneur m'attend, je vais m'éloigner d'une ville que je n'ai jamais goûtée pour m'enfoncer bien vite dans la Sologne accueillante.

    Jusqu'à Marcilly mes pas me mèneront. J'espère trouver de bonnes âmes pour me conseiller des chemins, éviter le golf qui ne me dit rien qui vaille, afin de bien vite trouver cette chère petite brique rouge et ces maisonnettes tranquilles qui abritèrent tant et tant de braconniers et de pêcheurs rusés.

    Je ne connais personne en ce joli village. Une porte s'ouvrira bien pour m'offrir un petit local, un lieu de repos avant la prochaine étape qui me conduira chez l'ami Dominique, fidèle des fidèles de ce ballon pas rond qui n'en fait qu'à se tête !

    Je prendrai les chemins le long des étangs. Je ne passerai pas loin de ces chasses privées qui se permettent de barrer le passage et d'enfermer les gibiers d'abattage avant l'heure annoncée du grand carnage automnal.

    Pour éviter le plus petit souci, je ne me pencherai pas sur les girolles tendres qui dessus la mousse aux amours bienveillantes, pointent des trompettes orangée moins bruyantes que les vuvuzélas de nos délires ronds !

    J'espère trouver ramasseur généreux pour partager avec moi ce délice sans égal. La « poêlée » odorante de ces champignons dorés réjouit le cœur et les yeux dans ces contrées forestières où le chêne conserve encore le privilège du nombre.

    C'est au petit matin que je prendrai la route. L'aventure débute à ma porte. Elle me conduira par la force de la pérégrination lente du marcheur solitaire là où des amis encore inconnus décideront de me faire passer.
   
    J'ai choisi les deux premières étapes pour placer ma boussole à l'envers du nord magnétique. J'espère que nos amis Ch'timis n'en seront pas fâchés. Une autre fois peut-être !

    En attendant, ami de lecture, si tu veux partager mon délire, bienvenue à toi. J'avance du pas de l'honnête homme serein et suis tout disposé à converser avec toi si tu veux pousser tes pas sur le même chemin.


    Département vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Patrick DUSSART 03/07/2010 22:55



Hey l'AMI prends la barre,


vire au vent et largue les rives


le vent te raconte l'histoire


des ".........." couverts de gloire


et sois fier de voyager. . .


Avec toi,


Patrick



BR 04/07/2010 06:59



Patrick


 


Merci, j'espère que tu feras grande publicité pour l'aventure.


Je n'aurai jamais vent dans le dos, je pars plein sud !


Je vais traverser des villes de Rugby où nul dos se tournera à mon passage. Pourtant dès le départ, on me jettera des cailloux ... là où l(on t'as chassé il y a peu.


 


Rejoins-moi en terrre plus hospitalière. Je sais, il faut y baisser la voilure, mais pas de fâcheux en ce lieu si simple. Pas de délire de la personnalité (à part moi !) et nul Arturo pour tuer
les mais à voups de couteau dans le dos.


Laisse les vilains, leur embarcation tangue et j'ai appris que France Bleu ne retransmettra plus leurs matches. C'est le moment de virer de bord (en tout bien tout honneur ...)


 


Ligèrement vôtre