Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Des Carnutes aux Cathares à Faux La Montagne 23

 

 

Cyber-pause

La liaison approximative.

3434632395_6a7afdacf5.jpg

 

J'ai trouvé sur ma route à deux kilomètres du Lac de Vassivière un cyber-café : l'Atelier, qui m'a tendu son arobase et sa liaison à haut débit. La chose est assez rare dans cette Creuse boudée par la couverture satellitaire pour prendre le temps d'une pause et d'un Cyber-repas.

3435444078_0cd88f07df.jpg

Je me revois hier soir en Banize, chercher en tout sens la bonne orientation pour que ma clef 3G trouve enfin assez de barrettes à sa gourmandise. C'est en short et un tee-shirt que j'avais entrepris cette quête moderne. J'étais bien imprudent, car mon Graal, je le trouvai juste devant l'église, balayée par tous les courants d'air du plateau voisin.


Les voies de Dieu ne sont pas forcément impénétrables et parfois elles permettent d'intercéder pour les mécréants et les impies réunis. La divine liaison me permit à bas débit (il ne faut pas exagérer les pouvoirs du très grand en la matière) de donner signe de vie à mes lecteurs fidèles.


Esprit cartésien et agnostique intransigeant, je cherchais une explication rationnelle à cette préférence numérique pour la place de l'église. Juste derrière moi, un canon pointait son affût vers le ciel. Parabole guerrière, il pouvait bien être ce vecteur facilitant entre la terre de Creuse et les étoiles lointaines.


Car, il faut bien l'avouer, la Creuse est abandonnée des hommes et surtout des grands décideurs urbains. On veut fermer l'hôpital de Guéret sous le prétexte fallacieux et bêtement comptable qu'il ne réalise pas assez d'interventions. Voyez la belle affaire, la sage décision d'un énarque admirateur de l'enfant de Neuilly.


Il faut bien être né en ville et ne l'avoir jamais quitté en dehors des vacances et des week-end rallongés pour penser que le service public de santé doit être rentable. C'est, mes jolis messieurs de notre Capitale, d'abord un service rendu à une population qui se sent abandonnée de tous.


Les emplois disparaissent, les enfants s'en vont, les fermes se vident et maintenant l'hôpital après les écoles de village, les postes et tout le reste. Oubliez-vous que Paris fut pour grande partie bâtie par les maçons de Creuse ? Ils abandonnaient la ferme et montaient à pied construire le panthéon et les Paris de Hausmman.


Un jour, vous vous souviendrez de ce pays que vous avez pour l'instant rayé de vos préoccupations. Son sous-sol regorge encore d'un charbon d'excellente qualité qui ne cherche même pas à s'enfuir à des profondeurs folles. Il est à portée de pioche et ne demande qu'à être exploité quand la conjoncture sera favorable.


Quand l'envie vous prendra, vous ferez venir des populations lointaines pour travailler dans un pays que vous avez vidé de ses natifs avec une détermination folle. Vous faites ainsi dans bien d'autres régions de cette province qui pour vous n'est que donnée chiffrée, statistique virtuelle ou bien carte champêtre.


J'ai pourtant croisé, sur mon long chemin, des gens de bien qui aiment leur village, qui n'en veulent pas partir. Des habitants fiers d'une région magnifique mais si peu peuplée qu'elle se désole de se voir désertée. Rendez-leur, messieurs les gestionnaires de la Capitale, leur hôpital, leur dignité et cette considération qu'ils méritent bien plus que vous.

 

Creusement vôtre.

Des nouvelles du front.

Après huit heures de marche, je suis arrivé à Faux La Montagne (23). Je vous écris du Brin de Zinc, un autre lieu magique entre café, artisan du monde, chambre d'hôte et bon samaritain. Et pour corser le tout, le patron fait cyber-café et me prépare un taboulé.

Gros souci technique, explosion d'une chaussure ! Je vais devoir reprendre la route pour chercher un village avec commerces. L'affaire n'est pas simple dans la région, il faudrait le dire aux amis du petit !

8 heures de marche, nuit dans un gite d'étape pour moi tout seul ...


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

duval jacques 16/07/2010 00:01



Je suis en route demain vers Treignac avec 3/4 de la famille pour aller voir le frangin qui y vit avec Catherine et leurs 3 enfants; j'ai regardé ton blog ce soir, il était temps depuis ton
départ mais comme nous sommes un peu au taquet ces temps de vacances avec le jardin entre autre qui nous rappelle à l'ordre, pas pris d'infos avant.


Je regarderai demain où tu en es et si tu passes par Treignac, tu auras le gite et le couvert sans problème, tu es en terrain ami, puisque MArylou, Olga et Virgile font tous  les 3  du
rugby en équipe mais ils sont en vacances en Lorraine chez les grands parents.


 A demain sur le blog et bonne route


Jacques



BR 16/07/2010 22:55



J'arrive


 


Merci



Patrick 15/07/2010 20:03



bonsoir l'Ami


content que les "voies" internautiques nous permettent de te suivre et te localiser.


Bien que nous ne soyons pas en harmonie sur certains domaines, je regrette la désertification de nos belles provinces. La creuse est sinistrée, tout le monde le sait . . . et pourtant !


Demain, je pense que tu vas quitter la creuse qui par contre ne t'aura pas épargné.


Moi, auourd'hui, j'ai parcouru l'équivalence de 76 kms à vélo. Equivalence car c'est un vélo fixe dans mon club de remise en forme. Demain rebelotte et je te dédie déjà ma ballade fixe.


Ce soir j'ai mal aux fesses mais j'ai trouvé un gite qui pourrait faire "salon de massage" aussi.


Bonne chasse à la godasse.


Bonne étape et à demain


 


 



BR 16/07/2010 22:58



Patrick


 


Je ne crois pas qu'il soit ici question de couleur politique.


Abandonner nos campagnes sur un plan comptable ne serait pas venu à l'esprit de nos grands hommes de droite. C'est hélas la grandeur qui manque à ceux qui font ça et je ne suis pas certain qu'à
gauche ils n'en feraient pas autant ...


 


Franchement vôtre