Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Douze vins à table

Dégustation en aveugle.






Au pays des œnologues amateurs, les verres à pied vous montrent le chemin. La Brie est une vaste terre céréalière. La betterave y règne en maîtresse absolue et le vignoble fait grise mine. Le Briard est un homme plein de ressources, le manque suscite le goût et si la vigne ne vient pas à lui, les grands vins de Bordeaux aiment à remonter le pays !

La dégustation en aveugle est une pratique fort risquée. Bien des réputations s'y perdent et le risque est grand de confondre le Grave avec le superflus, surtout quand la soirée se prolonge sans modération. Le maître de cérémonie et caviste de circonstance a pensé l'animation comme un grand jeu d'aimable société. Il a introduit une part d'aléatoire pour permettre au béotien de donner réponse au pif sans se fier au nez du vin.



Il a fallu penser la table et le menu pour accompagner ce long marathon des papilles. Amuse-gueules apéritifs et plats, tous ensembles au service du roi de la cérémonie, le vin en majesté. Cuisse légère ou robe capiteuse, de blanc ou de rouge paré, son altesse exige plats à sa convenance.

Du côté de la cuisine on s'y affaire depuis quelques jours. Ici ou un peu plus loin, des comparses marmitons ou marmitones préparent des mariages sans cérémonie. Il faut donner du solide à la belle assemblée afin qu'elle puisse boire tout son saoul, la palanqué de vins qu'il faudra identifier.



Le blanc se servira en carafe, doux d'abord et sec ensuite, la question demeurera unique : « D'où est-il ? ». Foie gras, saumon fumée et carcalôdes en feuilletés seront prétextes à la mise en bouche du nectar anonyme. Mais comment maintenir le breuvage frais en ce temps de réchauffement climatique ? Mettre les carafes au congélateur leur permettra peut-être d'apporter un supplément de fraîcheur.

Le rouge chambre dans sa cave. La température est idoine. La cuisse légère, long en bouche et court en verre, il sera accompagné de plats à sa réputation. Tout naturellement servi en petites quantité pour ne pas faire de cette soirée esthètes, une bacchanale épouvantable. Le dégustateur devra ménager sa monture, ne pas se perdre en confusions subtiles.



Les bouteilles devront être habillées. L'anonymat est plus compliqué dans le rouleau de trente trois centimètres que dans la cruche en verre. Mais l'intendance vaissaillière a du mal à suivre les contraintes de l'exercice : 13 verres, différents pour autant de carafes et quatorze convives, il est peu de maisons honnêtes pour supporter autant de récipients.

Le jeu en vaut la chandelle. Nous allons aborder tous ces grands vins, les yeux bandés et les sens en éveil. Nous avons pour absorber l'exercice plats à notre convenance, météo favorable et toute la nuit pour ouvrir les yeux sur les merveilles de nos vignobles français. Le vainqueur comme les vaincus auront dégusté des vins de qualité, et qu'importe le nom du flacon, il nous faudra éviter l'ivresse.



Je ne pousserai pas le bouchon plus en avant. Il est bon de garder de par devers soi des moments aussi délectables. Il est bientôt l'heure de mettre à table, de remplir notre fiche et d'évaluer nos connaissances. Ce sont nos papilles qui seront grandies de l'expérience. À la vôtre !


Vinludiquement vôtre.



Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article