Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Du rouge avec du noir ou du blanc.

Une certaine idée de la France.


4394827861_acbb50b12e.jpg   
    Je viens d'achever une présentation de la Finale de la Coupe d'Europe de rugby. Je m'aperçois que parler technique, rapport de force et chance des uns ou des autres c'est passer à côté de l'essentiel. Ce match, c'est la confrontation de deux conceptions du Sud-Ouest, ce pays qui s'est fait royaume d'Ovalie.

    Ceux qui auront la chance d'être dans les tribunes découvriront deux façons exceptionnelles de faire la fête, de célébrer le bonheur de partager une passion qui s'accompagne de chants joyeux, de banda qui s'époumonent jusqu'à trop soif, de casse-croûtes qu'il faut dissimuler aux regards inquisiteurs et palpeurs de vigiles  trop habitués aux débordements du ballon rond.

    Ici, en noir ou en blanc, le rouge est couleur flamboyante, étendard de la fraternité et de communion derrière ce ballon pointu à ces deux extrémités. Ils vont trinquer et partager à la santé du soleil et du Midi. Tenants de la façade Atlantique ou Gens de la ville Rose, ils seront d'abord expatriés en cette triste banlieue du nord parisien.

    Ils auront traversé des espaces qui ne sont pas leurs, croisé des passants à la triste mine et à l'accent pointu à vous déchirer les oreilles. Ils auront constaté qu'ici un sourire ne se rend pas, qu'il vaut mieux tirer une tête de six pieds de long que de resplendir de joie de vivre. Après bien des efforts, des difficultés et de nombreuses incompréhensions, ils découvriront un espace triste à jeuner pour une prohibition réservée à ceux qui ne sont pas dans les loges.

    Rien n'arrêtera pourtant leur bonne humeur pas même la défaite éventuelle de leurs couleurs. Ils iront noyer un chagrin de façade ou arroser un bonheur de circonstance Rue Princesse, ce seul espace qui se fait Sud-ouest les soirs de grands matchs de Rugby.

     D'un côté les porteurs de bérets, la tenue rouge et blanche et le foulard au cou. Une chorale permanente, une vague qui chante et qui danse, un rythme éblouissant de rameurs qui s'en vont conquérir l'Amérique latine. Le Pays basque et la côte aux vagues qui ont du coffre, la montagne et la mer réunies pour cette passion des hommes forts, des corps qui ploient sous la charge et jubilent dans le défi.

    De la fierté à revendre, une langue pour ne pas se dire de ce pays ci, une culture ancestrale qui fait de ce peuple une énigme et une extraordinaire offrande à notre nation. Des noms imprononçables, les lettres accentuées dont nous ignorons jusqu'à l'existence et un goût immodéré pour l'excès.

    De l'autre les princes d'Occitanie. La capitale économique et le berceau du jeu de mouvement, de l'école du Rugby qui chante avec le cuir. Des amateurs éclairés, des connaisseurs qui veulent de l'épique, du colossal et du sublime. Des gens du Sud, de tous les  sud ou presque qui se sont trouvés une patrie au bord de la Garonne.
   
    De l'insouciance que donne une opulence certaine, un accent accentué plus qu'une langue oubliée par beaucoup. Une façon d'exagérer tous les propos, de bomber le torse et de rouler les mécaniques sans vraiment se pendre au sérieux. Ils n'ont qu'une seule conviction : le meilleur Rugby au monde vient de chez eux !

    Et tous ces braves gens vont se chambrer et s'embrasser, se mesurer en des joutes stupides pour un apéro géant qui a échappé à la rigueur de nos ministres à triste mine. Ils se saouleront plus de mots que de boissons, de jolis gestes réinventés que que vaines querelles oubliées. Ils sont le public sportif tel qu'en tous lieux et toutes disciplines nous aimerions croiser.

    Rougement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dame Lepion 24/05/2010 22:13



Biarritz à 2 points du bonheur, j'en ai pleuré pour Yachvili, le plus beau, le plus élégant, le plus constant, le plus...  que la vie et le rugby sont cruels aux sentimentales !



BR 24/05/2010 22:17



Dame Lepion


Deux points pour mourir si près mais deux points qui sur le match les laissèrent si loin.


Il y avait un monde de maîtrise et de puissance et le suspens final ne doit pas faire oublier le sentiment d'impuissance d'un long moment.


Le Rugby est pathos et joie, larmes et bonheur.


Demain Biarritz rira et toulouse sera amer ...


Ovalidement vôtre