Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L'affrontement national

L'anathème est leur baptême !


 
Il est un sujet qui suscite une agitation permanente et un comportement parfaitement irrationnel. Invectives, insultes, noms d'oiseaux, occupent la meilleure place des discours. Certains voient d'un très mauvais œil ce que d'autres avouent du bout d'une langue chargée de mauvaises pensées !

L'aborder sereinement semble impossible tant le sujet est délicat, remue des souvenirs odieux, met à jour ce qu'il y a de plus affreux en chacun de nous : l'intolérance. Nul n'échappe à ce piège de l'ignorance, à ce mal de l'incommunicabilité, à cette plaie de la différence, à cette expression purulente de nos rejets.

Elle s'exprime naturellement chez les tenants de la pureté, les chantres de la discrimination raciale, les tenants de l'inégalité des hommes. Ceux-là n'adorent personne qu'eux-même et voient toujours dans l'autre un obstacle à leur bien-être, d'autant plus dangereux encore qu'une différence visible stigmatise cette distinction de naissance. Qu'on appelle cette monstruosité « racisme », « xénophobie », « ostracisme » ou bien que l'on s'offre quelques variantes exotiques qui ont noms
« homophobie, « misogynie », « islamophobie », « antisémitisme » , … , il y a une constellation de possible dans cette exécration de son semblable !

 

Elle trouve hélas écho parmi les pourfendeurs primitifs des premiers décrits. Ceux-là non plus ne brillent pas par leur délicatesse quand il s'agit de condamner, pourfendre, repousser, interdire les tenants d'un ordre inique. La bien-pensance se pose en donneuse de leçons , défile en masse pour repousser la bête brune et se comporte parfois d'aussi abjecte manière que les vilains.

On manie l'anathème en guise de baptême pour faire venir à la démocratie ceux dont la cécité à jeter dans les bras tendus des tenants d'un ordre absolu. Au lieu de quoi, le plus souvent on renforce leurs convictions nauséeuses, on exacerbe une paranoïa qui les confirme dans ce chemin sans issue. Et leur détermination se gonfle tout autant que leurs rangs.

Mais que faire alors ? Certainement pas, de manifestations en manifestations, augmenter les idolâtres de cette idéologie absurde. La bataille des idées ne passe pas par l'injonction. Il faut convaincre, expliquer, démontrer. Il faut surtout mettre en place les conditions d'un mieux vivre ensemble par l'éducation, par l'amélioration des conditions de vie, par la réactivation de l'ascenseur social, par une vraie politique de prévention.

Il ne s'agit pas d'accepter l'expression de la peur ou de la haine, du refus de l'autre ou de l'ignorance. L'obscurantisme se nourrit de tous les extrêmes. Les jeunes abrutis qui lançaient des pavés pour empêcher le congrès du parti nationaliste à Tours font le lit de ce qu'ils pensent combattre. Le discours ou plutôt la récitation d'un catéchisme humaniste caricatural sous la capuche, est éloquent de l'impasse où mènent ces éruptions trop viscérales pour être efficaces.

L'heure est grave et la menace n'a jamais été aussi forte. La future candidate de cette pensée inique risque fort de se retrouver au second tour de la présidentielle à train qui plombe toutes choses dans notre pays. Comprendre ce risque affreux, ce n'est pas agir comme le firent les manifestants de Tours. C'est expliquer qu'il est possible d'apporter des réponses différentes à leurs inquiétudes légitimes. C'est démontrer aussi l'absurdité de leurs craintes fantasmagoriques.

 

Contrairement à Zemmour, c'est oser aborder frontalement les réalités statistiques , les nuancer par des critères sociaux et se donner enfin les moyens de modifier les dérives communautaires par une vraie politique d'intégration qui sorte de la ghettoïsation de nos quartiers d'exclusion. C'est faire le contraire de la politique actuelle, c'est repousser la logique libérale tout en cessant de mettre au banc des électeurs égarés au front plissé d'une inquiétude légitime.

Frontalement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article