Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L'envers est noir

La dame de Montauban


On ne devrait jamais quitter Montauban et même parfois aurait-on mieux fait de ne pas y passer. Je n'écris pas cette célèbre réplique des tontons flingueurs pour mes amis de la cité d'Ingres mais pour la première dame, députée maire, confite dans ses certitudes de bourgeoise bien pensante.


L'an passé, la dame jouait les premiers rôles pour mettre à mort le joyau de la ville, son club de Rugby en vert et noir. Dépôt de bilan, rétrogradation administrative en championnat amateur. La dame avait joué les pompiers de service, usant de ses prétendus appuis politiques pour monter un plan de sauvetage qui s'écroula comme un château de carte. Elle ferrailla dur avec son ennemi idéologique, le président du conseil général et à deux, ils mirent à mort la cuvette de Sapiac.


Depuis, j'avais pensé que la dame ferait profil bas pour espérer garder une ville qui devait avoir en travers de la gorge ce crime en pays d'Ovalie. Rien n'est jamais acquis dans le monde politique. De droite ou de gauche, la vilaine surprise est tapie au coin du bois. La moindre occasion est saisie pour tomber le masque et montrer le vrai visage de la haine.


Madame Barrèges a choisi la tribune du parlement pour oser l'innommable. Le temps il est vrai est propice aux dérapages graveleux, aux propos en dessous de la ceinture à moins que ce ne soient quelques gestes déplacés.Des abus de position dominante pour ajouter une figure supplémentaire au Kamasutra, sans le consentement de la soubrette, ça va de soi.


Madame Barrèges, rendons lui ce qui lui revient, n'est pas dame à sombrer dans la gaudriole. Elle tient fonds baptismaux et se prévaut d'une bonne morale chrétienne. Il faut s'accrocher ferme à son bréviaire, garder la tête haute pour ne pas céder aux délires de cette société permissive. Si tout ou presque est permis pour les tenants de l'économie, nos calottins gardent jalousement leur chasse gardée de la bonne pratique sexuelle.


Madame se ceint de son écharpe tricolore pour unir comme il est expressément conseillé dans la bible l'homme qui répand à tous vents sa semence à la femme qui n'a d'autre dessein que celui d'enfanter. Croisser et multiplier, elle se tient à cet unique crédo qu'elle défend avec la plus grande véhémence. Le mariage est sacré, fut-il seulement civil (il faut se montrer conciliant avec ces maudits païens).


L’Assemblée Nationale examinait, mon Dieu ils ne savent pas ce qu'ils font, une proposition de loi de ce parti Socialiste diabolique. Il n'y était rien moins question que d'autoriser le mariage des couples de même sexe. Son sang ne fit qu'un tour et Brigitte Barèges, Députée-Maire UMP de Montauban, Présidente de l’association du groupe de droite à la Région « Osons Midi-Pyrénées » s'autorisa cette saillie : « Et pourquoi pas des unions avec des animaux ? ou la polygamie ? »


Devant les protestations des députés horrifiés par de tels propos, la dame a rétorqué qu’elle avait dit cela sur le « ton de la plaisanterie ». On savait que l'Auvergnat ou le verrat autorise de jolis traits d'humour dans les rangs d'une majorité qui fait les yeux de Chimène à une idéologie extrême. L'humour nauséabond est de mise quand on drague sur les terres de la fille du roi du calembour ignoble.


La dame aimerait voir sans doute se dresser de nouveaux bûchers, mêlant intimement sorciers, homosexuel(le)s, immigrés, … et agnostiques pour le bien de la France, la préservation de la race et les prochains désistements espérés. Suggérer qu'il puisse y avoir une communauté de perversion entre l'homosexualité et la zoophilie montre à quels points les barrières ont cédé. Nous allons vers l'abîme, nous nous précipitons dans les abysses de la pensée. Demain est incertain, 2012 sera horrible.



Vertement sien.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article