Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

L'injustice économique comme mode de gouvernement.

 
Toujours moins pour ceux qui ont moins

 

et réciproquement.

 

 

 

3singes

 

 

 

    Un récent fait divers en notre bonne ville de Cenabum atteste d'une bien curieuse manière de traiter les difficultés du moment au terme du mandat de celui qui s'était auto-proclamé candidat du pouvoir d'achat. Nous ignorions alors qu'il disait vrai pour ceux qui avaient déjà beaucoup ! Une famille, au cœur de l'hiver s'est vue couper l'électricité pour une dette de 79 euros, somme qui ferait pleurer de rire Liliane et ses amis.
   
    La chose est déjà abominable quand la température est de moins dix degrés. Mais ces gens n'ont ni cœur ni état d'âme quand il s'agit de taper sur les petites gens. Pire même, la famille, mauvaise payeuse, pour retrouver la lumière devait payer amende de 140 euros. On frappe toujours ceux qui sont à terre dans cette nation qui a tout oublié de ses devoirs de solidarité.

     Moins vous avez de ressources et plus vous subissez pareille iniquité. Il est utile de rappeler l'histoire de cette femme emprisonnée pour avoir refusé (ou pu) payer des amendes routières. Car voyez-vous, dans une nation qui proclame l'égalité comme marque constitutionnelle, chacun doit payer la même somme quels que soient ses revenus.

     Moins vous avez et plus ces pratiques vous mettent à l'écart de cette société qui ne voit que par l'argent. Et dans ce domaine, c'est vraiment la plus belle hypocrisie qui domine. Cette faille avec sa si modeste dette fut punie sur l'heure quand une entreprise qui doit mille fois plus disposera d'un délai après négociation, bénéficiera d'un arrangement après examens minutieux du contexte.

    Il est inutile de revenir sur les innombrables cadeaux fiscaux d'un mandat où le maître du jeu n'a jamais oublié qu'il fut « Avocat d'affaires, cette profession de tricheurs légaux pour les plus privilégiés ! ». Notre fiscalité est devenue un tonneau des Danaïdes ! Il ne cesse de se remplir pour ceux qui ont beaucoup et de se vider pour les autres.

     Nous sommes victimes des plus belles illusions. Les pourcentages sont à ce titre la créature de bénéficiaires de cette injustice arithmétique. Une augmentation de 1% pour les uns sera un apport misérable de 10 euros quand pour d'autres elle deviendra manne de milliers d'euros. Et l'amende routière reste à 90 euros pour tous sans que ça dérange personne !!!

     Pire, lorsque vous avez un retard de paiement, les banques, les impôts, les fournisseurs d'énergie vous frappent toujours où vous avez mal toute l'année. Sans le ménagement qu'ils octroieraient à leurs meilleurs clients, responsables d'une simple négligence quand pour vous c'est un acte délibéré de pauvreté ostentatoire.

     La pauvreté est ici crime absolu. Il est facile de le deviner à voir le mépris avec lequel se déroule expulsion ou saisie, mise en demeure ou injonction. Aucune considération, aucune pitié, pas la plus petite commisération. Dans l'intérêt supérieur de la nation, pour des raisons de soucis économiques, par rigueur budgétaire on organise maintenant la chasse aux pauvres quand on ferme les yeux sur les réserves naturelles dédiées aux riches en des contrées trans-frontalières.

     Le pauvre ne vaut rien c'est d'ailleurs à ça que l'on l'identifie si aisément. Inutile de dépenser des trésors de précautions, son indigence est telle qu'il serait même incapable d'en mesurer leur étendue. Alors que nos amis les riches méritent égards et précautions dans le cas fort improbable où il leur reviendrait un jour de participer réellement à l'effort de la nation.

     Il y a des nuits du 4 août qui se perdent, des raccourcissements de ci-devant et surtout une révision totale et drastique de nos comportements vis à vis de la fortune et de l'infortune qui ne sont que des signes extérieurs d'aisance illusoire quand la véritable richesse est, elle, intérieure et ne se mesure pas sur un compte en banque.
   
    Pauvrement leur.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

nanoub 11/02/2012 17:19


Bonsoir Nabum,


 


ça fait longtemps que les pauvres ne valent plus rien, au même titre que les retraités, les handicapés et les chômeurs...


 


Honte sur ce gouvernement


 


 

BR 11/02/2012 18:29



NanouB


Nous ne sommes rien mais de ce rien nous allonspêut-être faire une somme assez conséquente pour chasser ceux qui depuis si longtemps nous méprisent et nous humilient.


Nous aurons alors le triomphe modeste mais la vengeance épouvantable.