Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La charrue aux sillons impurs !

La perversion


d'un mal acquis !




    Rien ne fait reculer ce gouvernement qui veut passer sous l'éteignoir d'une pensée sécuritaire tous les pans de notre société. L'école est à ce titre, le lieu de toutes les expérimentations nuisibles, de l'indignité d'une conception utilitaire de la fabrique à futurs gentils exécutants silencieux et obéissants, dociles et corvéables à merci.

    Nous entrons dans l'ère de l'anthropométrie scolaire. Il faut tout savoir du futur citoyen et le mettre bien vite dans la bonne case. Tu seras dans l'élite mon fils, toi le petit voisin, tu sera son fidèle serviteur et vous, au fond de la classe, vous ne deviendrez que des gibiers d'insouciance, d'indifférence ou de potence.

    Il faut se donner bien vite les moyens de trier le bon grain de l'ivraie et cela ne saurait attendre. Dès cinq ans, des évaluations seront mis en place grâce à la sagacité des princes de la docimologie et de l'eugénisme réuni. Nous devons à l'honnête de reconnaître que notre président a fait quelques progrès en la matière, lui qui voulait que la sélection se fit à trois ans, l'âge idéal pour repérer le futur délinquant et l'empêcher de nuire ….

    De partout dans nos écoles, des voix s'élèvent contre la sale besogne que l'on veut nous confier. Il faudrait déterminer quels sont les sujets « à hauts risques » qui croupissent dans nos classes. Le vocable fait froid dans le dos et le maître de cérémonie de s'étonner que l'on puisse se formaliser de ce terme. Ceux qui méconnaissent le poids des mots n'ont, me semble-t-il rien à faire dans ce ministère !

    L'éducation nationale met en place une toile immense, un piège dont nul enfant ne sortira indemne. Tout de ce qu'il est, ce qu'il pense, comment il réfléchit, agit, obéit sera mis sous fiche. La commission informatique et liberté oublie vos enfants, elle les laisse aux mains des ces apprentis sorciers qui veulent réveiller des noirs desseins de temps que nous pensions révolus.

    Sous prétexte d'offrir une radiographie précise des savoirs et des compétences, nous devons dresser des fiches de police, des grilles derrière lesquels vos enfants seront enfermés pour toujours. Toutes ces données seront à disposition d'un pouvoir qui brille par son humanité. Le vent de la vraie peur souffle désormais dans nos écoles !

    Ils ont dévoyé les belles théories de l'évaluation, outil merveilleux s'il est au service du sujet et non de l'objet que l'on veut en faire. L'enfant s'approprie son travail, se lance des défis, demande à aborder telle ou telle compétence. Il avance à son rythme, trouve des domaines où s'expriment pleinement ses talents, y exploite alors des savoir-faire pour lesquels il était en échec dans une autre matière, un autre concept.

    Hélas, point de cela ici, la mesure n'est qu'une toise rigide, une norme fixée pour les besoins de l'industrie, du commerce et de la machine à fabriquer des pions et un ordre nouveau. Tout le monde doit passer les tests au même moment, il faut tout mesurer, pointer bien vite les insuffisances, se moquer du contexte, ignorer les particularités et les différences. Il y a une pensée totalitaire qui effraie, un désir de norme qui brise ceux qui sortiront des clous.

    Toute la pensée de Nicolas Sarkozy se retrouve dans cette procédure diabolique. Une administration entière qui autrefois brillait par la capacité de ses agents à se dresser contre les pouvoirs, quels qu'ils soient, pour défendre une noble idée de l'enfance et de la liberté, devra se mettre en marche forcée pour enrégimenter les petits soldats d'une nation à venir. Le serment au drapeau viendra ensuite. L'hymne national tous les matins ensuite et plus tard, les séances de délations publiques … Le modèle est clair, il est porteur de théories abjectes, d'exemples passés désastreux, de déviances si évidentes qu'il révulse encore plus par le mépris avec lequel on nous considère en nous demandant implicitement de vendre notre âme et les dernières convictions qui fondaient notre profession. Pauvre Guy Moquet. S'il voyait tout ça !


Désobéissancement sien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Didier Rochon 15/10/2011 00:17



Pardon, mais j'ai raccroché un peu vite. Tu as cité Guy Moquet à juste raison, mais il me semble important de ne pas oublier Jean Zay qui a lancé les bases d'une éducation scolaire
révolutionnaire pour l'époque et jetées aux orties par des personnages complètement incultes et qui pourtant sont ministres de l'éducation. Mais il faut bien se demander comment pourrait, le
ministre de l'éducation actuel, se payer le coiffeur, si justement il n'était pas ministre ? Voilà un beau sujet de dissertation et sans faute d'orthographe s'il vous plaît. Plus sérieusement,
comment voulez vous qu'un président inculte puisse nommer un ministre de l'éducation plus intelligent que lui ? Chez les Bisounours peut être ?



BR 15/10/2011 09:01



Dider


 


J'ai plusieurs fois voqué Jean Zay, je fus même un temps très engagé dans une action politique auprès de l'une de ses filles. Il y a à Orléans, une nécessaire mémoire de cet homme d'autant plus
que notre délégué à la sécurité est l'antithèse absolu des valeurs portées par ce grand ministre.


Nous avons les élus que nous méritons et le Loiret à ce titre est exemplaire des dégâts que peuvent faire l'égoïsme, la peur de l'autre, le désir de s'empifrer quand les autres ont de moins e
moins. Ce qui me réjouit, c'est de voir tous ces bourgeois se presser à la messe ( et non à confesse, leurs âmes sont trop noires !)


Quant à l'inculte national, rien à en dire, le seul objectif est de le bouter de là et d'obtenir un jugement populaire pour examiner les conséquences de son mandat. Le crime contre l'humanité
laborieuse n'est pas loin !



Didier Rochon 14/10/2011 23:57



Salut Bernard et à tous,


ça frémissait, on y voyait venir, et nous y sommes. Mais bon sang, de quel cerveau est donc sortie cette monstruosité ? Qui donc a pu décider que l'on pouvait évaluer un loupiot de 5 ans ? Comme
tu l'as dit, le gnome avait décidé que l'on pouvait faire la sélection à partir de 3 ans. Si cet individu repasse en 2012, je vous fiche mon billet qu'il décrétera que ça pourra se faire dans le
ventre de la maman, et en 2017 quand Copé prendra sa place, ce sera à partir des spermatozoïdes. Cher Bernard, je sais ta réticence à descendre dans la rue,ce n'est pas un reproche, chacun a
(encore ?) le droit et le choix de manifester son mécontentement, mais je crois que nous n'aurons pas le choix et ce n'est pas le  lauréat qui sera "élu" en 2012 quel qu'il soit qui voudra
arranger un tant soit peu la situation. L'éducation, indispensable, la santé, prioritaire, les transports, tout cela est bon  à jeter aux orties. Quoi attendre d'un loustic qui a dit il y a
quelques temps qu'il fallait supprimer une certaine organisation syndicale. C'est con, mis il se trouve justement que je milite dans cette OS. J'ai oublié de préciser que ce type n'est pas de
droite. Ceci dit, quelques cinéastes géniaux ont fait des films de SF assez fameux il y aquelque 30 ou 40 ans. Ce qui fait froid dans le dos, c'est que nous ne sommes plus dans la science
fiction. Je pars 1 semaine dans les Pyrénées Catalanes pour crapahuter. Je vais pouvoir enmaguiniser plein d'énergie, pour revenir encore plus teigneux. Pas le choix, va falloir se bouger le
cul!!!!!!!


Dider



BR 15/10/2011 07:27



Didier


 


Très occupé aujourd'hui, je ne peux prendre le temps d'une longue réponse. Tes commentaires la mérite et tu devras patienter je t'en prie. Passe bonnes vacances, il nous faut de l'énergie pour
supporter ces tristes personnages dont le seul moteur n'est que l'argent. Leur amour immodéré pour la chose les pousse à faire n'importe quoi, ce qu'ils font avec un talent rare !


À bientôt