Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La sélection par l'argent

Le concours financier des parents qui peuvent encore…




Il y a une injustice injustifiable, une pratique scandaleuse qui transforment le jeune candidat à certaines écoles en une matière première, une source de revenus, un voyageur rançonné à chaque étape d'un si long parcours. Les hôteliers se frottent les mains, le train profite de la migration de concours en concours. Les écoles prélèvent une dîme très juteuse et les parents paient très cher l'espoir de voir leur rejeton s'en sortir un peu mieux que les autres.

C'est la loterie aux concours pour entrer dans les écoles de kinésithérapeute, d'orthophoniste, d'infirmière, d'éducateur, d'assistante sociale,... Tous les coups sont permis pour faire cracher au bassinet et éliminer ainsi les salauds de pauvres. Cette société n'a plus aucune morale et elle propose à ses enfants des conditions parfaitement inacceptables et totalement inégalitaires.

Tout le monde observe ce scandale sans réagir. C'est ainsi, on y peut rien. C'est la liberté des écoles privées d'organiser leurs sélections. Oui, c'est évident et surtout ne changeons rien quand le système élimine par l'argent ceux qu'on ne souhaite pas voir emprunter l'ascenseur social ! Le silence des politiques est à ce titre particulièrement significatif de l'attention qu'ils portent à la jeunesse de ce pays en dehors du petit cercle fermé des amis de leurs rejetons.

Nous commençons de ci de là à voir quelques responsables s'inquiéter de laisser à nos enfants une situation beaucoup moins confortable que celle connue par notre génération. Certes, mais tout est organisé pour qu'il en soit ainsi et ce, depuis leur entrée au collège. L'argent est devenu une condition indispensable à la réussite, à l'obtention des stages qui deviendront utiles, au choix des filières porteuses, au financement des classes préparatoires, aux déplacements et aux multiples inscriptions aux concours à travers l'hexagone.

On prétend que notre système dégage des élites, il peut le faire en écartant les pauvres et en favorisant considérablement les enfants des classes supérieures. Ce n'est plus une République, nous vivons sous un système de castes et d'inégalités sociales qui est parfaitement intolérable quand on compare cette réalité sinistre à l'hypocrite devise d'une République qui se meurt.

Après le baccalauréat c'est la course à la bonne décision. Cela passe par de l'entregent, un peu d'argent et beaucoup de relations. Il faut savoir choisir la bonne direction, se payer les cours qui ouvriront éventuellement des portes d'entrée. Ensuite, c'est le grand cirque des concours.

Un deux, dix, vingt ! C'est parti pour un rallye infernal à travers le pays. Le TGV ou la voiture des parents, une nuit à l'hôtel, des milliers de postulants, des frais d'inscription, de dossier, de sélection. Un oral quand on a eu de la chance. Un autre voyage, une autre nuit d'hôtel. L'argent des parents qui sert de passeport intérieur et ceux qui n'en ont pas restent à quai.

C'est affreux. Dans l'indifférence générale, ce racket légal est organisé chaque année. On se frotte les mains, l'affaire est rentable et a le mérité d'écarter la frange de notre société qu'on espère voit dégager. C'est de l'épuration ethnique par le fric. Le grand barnum des concours ne concerne pas les enfants des quartiers, ils sont de fait écartés de ces professions dans le silence des journaux.

Cette année encore je constate cette horreur et je crache au bassinet pour que l'un des miens ait cette chance que l'on interdit à d'autres, moins bien nés. J'ai honte mais je n'ai pas le droit de refuser ce qui me coûte fort cher sous prétexte que l'injustice est flagrante. Je suis, comme des milliers de parents des classes moyennes pris au piège de cette société qui n'existe plus désormais que par, pour et avec le pognon !


Concurremment vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Franck 03/03/2011 10:16



Tout à fait d’accord avec vous, j’ai moi même connu cela en tant que candidat et
en effet entre les frais de dossier et de déplacement il a bien fallu sélectionner les concours auquel participer. Ensuite pour les candidats qui passent l’écrit il y a ensuite les épreuves
orales qui peuvent également jouer le rôle de tamis pour les candidats indésirables (mauvaise couleur, accent, manières, classe sociale, etc.…) qui auraient eux la mauvaise idée de franchir tout
les obstacles jusqu'à cette ultime épreuve. Et la il n’y a pas que les établissements privé qui procèdent à ce type de filtrage des grandes écoles renommés ne s’en prive pas.


Pour augmenter les chances et réduire les frais il devrait être envisageable à
l’époque du tout en ligne d’organiser les épreuves écrites et orales dans les lycées d’origine des candidats potentiels (la vidéoconférence se développe largement pour les entreprises afin de
réduire les frais de déplacement alors pourquoi ne pas effectuer des épreuves orales avec ces technologies ?).


 



BR 03/03/2011 11:03



Franck


 


Plus il y a d'injustices dans ce pays moins les gens semblent réagir.


la technique est bonne et le pouvoir risque économique de la classe dominante n'est pas près de s'arrêter tant ils ont réussi à faire de nous des moutons.


Que ma génération baisse les bras, passe encore parce qu'elle continue malgré tout de tirer les marrons du feu mais les plus jeunes, victimes massives, sont des sacrifiés consentants. Ils
s'endorment, asservis par des moyens de communication qui ont fait d'eux, des méduses flasques, politiquement parlant.


 


La politique ce n'est pas chosir entre la gauche et le droite, c'est prendre en main sondestin. Il est temps d'agir !


Moralistement leur