Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La seule valeur qu'ils connaissent ...

La prime ou la déprime




Monsieur Chatel est un enfant du Libéralisme. Il ne pense et ne vit que pour l'argent. Tout ce qui le met en action se nomme profit, prime, avantage financier. Il est dans la droite ligne de son maître, la fortune plutôt que la richesse intérieure. Chez ces gens là, la valeur n'attend que le nombre de la monnaie !

Monsieur Chatel vient de promettre prime magnifique aux proviseurs et principaux qui sauront se montrer serviles, dignes valets d'une politique visant à casser l'Éducation Nationale. L'argent, la nouvelle clochette pour attirer les exécuteurs des basses œuvres, les nouveaux fossoyeurs, le bras armé d'un sécateur d'un pouvoir qui se fiche comme d'une guigne de l'égalité des chances.

Monsieur Chatel veut des relais efficaces, des tueurs d'espérance, des briseurs de valeurs fondamentales qui ont bâti cette immense maison de la culture, du savoir et de la laïcité. Des gestionnaires, des comptables, des serviteurs d'une politique qui taille sans relâche dans l'espérance nationale.

Monsieur Chatel ne peut penser autrement. Il n'a que l'argent comme unique récompense. Il est paradoxal de remarquer qu'il résonne exactement comme les petits voyous de nos quartiers, ces élèves impossibles qui gagnent en une soirée le salaire d'un honnête travailleur. Le pognon, les belles bagnoles, la vie facile, l'absence de scrupules, le refus de l'effort gratuit. Il est dans la même logique de pensée, à l'envers des vertus défendues par les hussards noirs d'alors.

Monsieur Chatel va fixer des règles d'efficacité dans une maison qui se coltine avec des réalités parfaitement ignorées de nos si respectueux gouvernants. La misère sociale, la désespérance, le chômage, les difficultés d'intégration, de logement, d'identité. Le recul de l'état, le mépris de la police, la peur, la violence, …

Monsieur Chatel ignore tout cela comme la plupart de ses semblables. Il va donner la reconnaissance pécuniaire de la nation à ceux qui vivent le plus loin possible de ces zones abandonnées de tous. Il demande des résultats, des projets, des courbettes aux chefs d'établissements qui recevront les fruits des efforts des autres, les professeurs, les surveillants, les agents qui eux travailleront avec une baisse incessante des moyens.

Hypocrisie, mensonge, division, mépris, la liste est longue et ne peut s'arrêter à ces quelques remarques qui n'honorent pas un monsieur qui fait pourtant office de Ministre de la grande maison de l'enseignement. Lui qui ne s'offusque pas du langage de charretier du président, lui qui cautionne une politique destructrice, lui qui se permet de demander qu'on apprenne l'anglais dès trois ans quand dans le même temps on va repousser l'âge d'entrée à l'école maternelle.

Plus les annonces succèdent aux annonces, plus on peut apprécier la formidable manœuvre, ce travail de sape qui laissera ce lien essentiel de la cohésion sociale en ruines. Diviser pour mieux régner, anéantir et bâtir pour d'autres chapelles une nouvelle école, une école du profit, de l'injustice, de la ségrégation.


Monsieur Chatel ne s'arrêtera pas là. Les mesures succèderont aux circulaires. Le dessein est connu, la fin d'une belle idée, la mort d'un espoir, la destruction du dernier espace républicain d'une nation qui sombre dans l'arbitraire, l'injustice et l'obscurantisme au profit des seules forces de l'argent.


Monétairement vôtre

Écoutez philippe Meyer sur ce sujet :

http://www.franceculture.com/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2011-01-26.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article