Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le Crunch ...

Le rendez-vous avec l'histoire …



Le Rugby, plus que tous les autres sports, s'inscrit dans l'histoire des nations lorsqu'il s'agit de revivre de grandes batailles, de belles et féroces inimitiés, des mésententes cordiales. C'est dans  sa spécificité de combat collectif, de gagne terrain, de bataille féroce que chacun trouve cette réactivation d'un passé ineffaçable.

Alors, quand chaque année revient le match du tournoi des six nations opposant l'Angleterre à la France, chacun fourbit ses armes. Si pour les joueurs, c'est l'heure de la préparation du plus redoutable des combats, pour les supporters, les journalistes, les chroniqueurs, les béotiens et les amateurs, c'est l'heure de la réactivation des griefs ancestraux.

Des siècles d'incompréhension, de querelles, de guerres, de traîtrises, de forfaits divers vont se catalyser une fois encore autour d'une pelouse et de ses perches dressées. Les arguments seront naturellement imprégnés d'une parfaite mauvaise foi, d'un chauvinisme sans pareil. Tout passera dans ce décompte inamical que 44 acteurs auront l'honneur de vivre à notre place !


La bouffe, l'histoire, la langue, la culture, la politique, l'Europe, chacun a plus d'un tour dans sa Manche et plus d'une rancune dans son sac à diatribes. Tout sera prétexte à critique, évocations scabreuses, allusions perverses. Les héros seront convoqués auprès des joueurs et des ombres historiques tiendront les joueurs par le bras au moment des hymnes.

La bataille d'Angleterre, cette fois encore n'échappera pas à ce folklore guerrier. Jeanne D'arc, Napoléon, les bourgeois de Calais seront en première ligne, un coq sur le cœur. On se fiche éperdument des étendards du camp adverse, seul notre patrimoine est évoqué. Les affreux Rosbifs ne valent pas la peine d'une évocation, il n'est question que de les fesser, de les battre pour effacer les ardoises anciennes.



Il est naturellement acquis que les infâmes ont le même comportement avec bien plus de mauvaise foi, eux qui sont fourbes, perfides, retors, vicieux .. On ne prête qu'aux riches ; en la matière, il y a abondance de défauts chez ce peuple là ! Pour corser le tout, nous devions confier le sort de la rencontre à un autre anglo-saxon, un arbitre qui ne sera jamais neutre aux yeux des irréductibles mais si indisciplinés gaulois.

Cette année, le board a eu la main heureuse. Un Irlandais est toujours moins suspect que les autres. Monsieur George Clancy a aussi le mérite de posséder prénom français pour adoucir notre mauvaise foi légendaire. Mais, nous demeurons méfiants, les joutes passées sont jalonnées de friponneries arbitrales, nous en sommes tous persuadés.

Samedi 26 février, la Terre va s'arrêter de tourner en rond. Elle va adopter une trajectoire ovale pour la plus grand des combats. Nous allons nous enthousiasmer pour un affrontement de titans. Les réserves sur l'équipe de France seront rangées dans l'armoire aux griefs évacués. Plus de doutes, plus de réserves, l'honneur du drapeau est en jeu.

C'est dans ces rendez-vous que nos petits peuvent et doivent se sublimer. Mais gare à eux, si contre tous nos espoirs, ils prennent la fessée. Ce jour-là, la défaite sera trahison, crime de lèse-francité. La république les appelle, ils devront se surpasser ou mourir les armes à la main.

Samedi, ce sera le Crunch, le grand moment crucial ! Un match en dehors du temps, un événement sans commune mesure avec sa seule dimension ovale. Notre honneur est en jeu et la bande à Lievremont l'a entre ses mains, ses pieds, ses coups de casques, ses plaquages, ses courses folles . Allez les Petits !


Crucialement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article