Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le débat confisqué.

J - 8

Le rouleau compresseur de l'Oligarchie UMPS

Nous sommes revenus au temps glorieux d'une campagne référendaire où tout ce qui avait droit de cité, de journaux, de tribune ou de télévision défendait la version officielle, conforme, raisonnable, pragmatique. Le Non était la réponse des privés de réflexion, des contrariés de la réussite, des indigents et des contestataires indécrottables. Des gens de peu auquels il faut bien consentir le droit de vote, mais c'est vraiment limite.

 

C'est reparti comme en 2005 et ce qui reste de campagne officielle, peau de chagrin, ne changera pas la donne imposée par le rouleau compresseur de la bien pensance  politique, cette caste au pouvoir depuis plus de cinquante ans et qui se partage royalement (certainement pas républicainement) les sièges, les places, les avantages, les fauteuils.

 

Les petits prestidigitateurs de la démocratie, les cleptomanes de nos votes, les kidnappeurs de la liberté de pensée ont décrété depuis fort longtemps que le second tour allait une fois encore les mettre aux prises. Il ne faut pas que le peuple change la donne, qu'il émette une opinion distincte de l'injonction sondagière. Le duel est programmé, souhaité, formaté. Les autres, circulez !

 

Et nos journalistes serviles de servir la soupe de cette pensée dominante. Ils se montrent obséquieux face aux deux prétendants officiels de la nomenclatura parisienne, et parfaitement désagréables, incisifs, mordants envers les autres. Aucune place à l'exigence de réponse ou de vérité pour les deux favoris, un mépris incroyable pour les autres. Le quatrième pouvoir n'est pas indépendant, il est assujetti à l'argent et aux deux partis dominants. Collusion, conflits d'intérêt, relations ancillaires, mélange des genres sont légions.

 

Les responsables de la programmation au temps béni de la campagne sauvage se sont régalés. Ils ont donné les meilleures part du gâteau aux deux champions de l'audimat, offrant des coins de table aux rivaux importants et des miettes aux petits candidats. Aucune éthique, aucune déontologie et l'approbation tacite des deux partis dominants qui attestent ainsi de leur peu d'appétence pour la démocratie réelle.

 

Ce comportement a laissé des traces dans les esprits. La controverse, le débat contradictoire ne sont plus permis. Il est interdit d'oser la plus petite critique sur les deux hérauts des armadas promises à la victoire. Vous êtes immédiatement attaqués, montrés du doigt, vilipendés par les tenants de la catéchèse officielle. Les pires attaques vous sont servies et toujours la menace d'être celui qui pourrait faire perdre le camp.

 

Car l'un ou l'autre sont les seuls représentants de leur camp. Il n'y a plus que deux visions réalistes du monde, les leurs, si semblables qu'il n'est pas très facile de les différencier en dehors de la marge. Tout le monde doit se plier à cette évidence, celle du triomphe du camp du Oui, de l'allégeance à une Europe soumise aux marchés, aux diktats des marchés, promise à la crise pour faire plier tous les droits sociaux.

 

Le sommet de l'hypocrisie d'un système démocratique corrompu, c'est cette absence de débat entre les candidats. Les deux Princes ont repoussé cette possibilité, niant aux autres prétendants la plus petite parcelle de légitimité. Ces deux messieurs imposent leurs volontés, fixent leurs règles, refusent de se croiser avant le Grand débat programmé entre les deux tours. Mais pourquoi faire encore un premier tour ?

 

Je rêve d'une réaction citoyenne qui renverrait dans les cordes ces deux hercules de foire, ces champions de la manipulation, du mensonge et de propagande à coup de millions d'euros. Mais hélas, le mal est si profond que la manipulation a semé son venin mortel. D'un côté il n'est question que de vote utile quand de l'autre, les alternatives humainement plus respectables ont été anéanties au profit d'un homme porteur de haine et de mépris. C'est triste à en pleurer de rage. Puisse revenir le grand souffle de la Résistance pour chasser cette oligarchie malfaisante !

 

 

Démocratiquement leur.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Janice 15/04/2012 09:58


Je pense comme vous C'est Nabum, ce système de capitalisme à outrance est en train de nous pèter à la gu.... !! Et pas que nous, en France, l'Europe entière est en train d'exploser, de s'écrouler
...


Il serait grand temps qu'un esprit avisé nous bouscule tt ça ... Et si ça arrivait en France, peut-être que d'autres pays suivraient le mouvement ?


Pour le reste, je n'écoute plus les politiques, et encore moins les journalistes et les médias depuis longtemps; là aussi, ça devient du grand n'importe quoi; on dirait bien qu'il n'y a que deux
candidats et que les autres n'existent pas; dans ce cas, qu'on nous en présente deux et puis basta !! 


Les sondages et même les interwiews ne sont là que pour nous manipuler et nous orienter dans un sens ou dans l'autre .... Il ne devrait même pas y avoir ni sondages ni interwiews, ou tt au moins,
pas autant que ce qui se passe actuellement ..


Oui, mais voilà, il y a tjrs "le troisième homme", celui qu'on n'attendait pas, qui est là et bien là et qui pourrait bien surprendre.


En 2002, les médias nous ont fait le même cirque que cette année : ce serait Chirac-Jospin !!! Couac ! Est arrivé le sieur Le Pen ; ça c'était moins drôle ...


Mais cette année, il se pourrait bien que M.Mélanchon nous fasse une bonne surprise; c'est ce que je souhaite en tt cas ...


Si ce n'est le cas, je vous avoue honnêtement que ni de FH, ni de NS aucun n'aura mon vote !!


Bon dimanche ;)

C'est Nabum 15/04/2012 20:49



Janice


 


Nous avons une semaine pour réaliser l'impensable ÉLIMINER Sarkozy au premier tour


Ce n'est plus impossible et seul le FdG peut obtenir ce bonheur.


Alors, nous devons continuer à faire savoir, à expliquer en dehors des militants habituels. Nous pouvons, nous les simples citoyens sortir l'usurpateur


 


Un rêve fou ? Soyons fou !



Kakashi 14/04/2012 08:31


Nabum,


Mélanchon n'est pas quelqu'un de raisonnable. Plus largement, la gauche radical et l'extrême gauche ne sont pas des partis raisonnables. Ils apportent leur lot de vérités et de solutions
intéressantes, mais un pays, un système ne peut pas fonctionner entièrement sur un programme du Front de gauche ou du NPA (ou de lutte ouvrière, car après l'avoir entendu parler, la plus extrême
est Nathalie Artaud je trouve).


Le capitalisme est le seul système. Il faut des investisseurs, il faut des bénéfices pour réinvestir, les progrès technologiques, l'expension des entreprises, la création d'emplois, les progrès
de la recherches se fondent forcément grâce aux capitaux.


Et je pense comme ce fut le cas avant, de créer un capitalisme plus humain que celui que nous vivons actuellement ou nous sommes bien d'accord, c'est la foire au pognon. Mais cela est un problème
humain et ça ne remet pas en cause la mécanique du système capitaliste qui elle fonctionne et même plutôt bien.(En tout cas, bien mieux que le communisme). On ne peut pas basé un système
entièrement sur le social. 


De plus en lisant le programme du front de gauche, je me suis demandé où le sieur Méluche allait trouver le fric pour réaliser tout ce qui est promis dedans. Ce n'est pas très sérieux.


Du Front National aux NPA, en passant par les partis du centre, il y a du bon prendre. Les gens ne s'ouvrent pas, et ce renferment dans leur idées partisannes, voilà le vrai coeur du problème.


Bon wee.

C'est Nabum 14/04/2012 09:25



Kakashi


 


Voilà le désaccord de fond entre nous.


 


Le capitalisme est un système qui est arrivé au bout de sa logique, la valeur travail est totalement anéanti et ne sert à alimenter la machine à fabriquer des profits. Le ssytème est devenu fou
et inhumain. Il explosera comme a explosé le communisme centralisé.


L'argent n'est pas et ne doit pas être un fin en soi, un bien qui s'auto alimente. Les investissements disparaissent dans ces marchés qui ne pensent plus qu'au cours terme. Ils cherchent des
bénéfices immédiats parfaitement viruels qui s'accompagnent de douleurs humaines sans nom.


 


Certes il y a une dimension utopique dans les programmes que vous dénoncez, mais c'est là que la vérité viendra et non dans la servilité à ce système monstrueux et inhumain.