Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le gadget sublime.

J'enrage de m'être fait avoir comme un gamin …

 

 



    D'avoir été la victime d'une vaste campagne de publicité, de propagande commerciale tirant sur la manipulation mentale me met dans une rage impossible. Ainsi, le pourfendeur du mercantilisme se fait avoir comme n'importe quelle ménagère de moins de cinquante ans et de peu de réflexion comme aiment à les imaginer les enfants de Séguéla et de Le Lay.

    Reprenons le fil de cette sombre machination qui fit de votre humble serviteur un gogo stupide, un pantin pathétique et tout patraque. J'ai le dessein de tailler la route cet été pour effectuer un pèlerinage personnel qui me conduira de la capitale des Druides à celle du Catharisme pur et dur. Sac au dos et aucun fil à la patte, Le Post pour unique lien avec ce Monde sensé pouvoir m'accueillir à chaque étape.

    J'expliquai donc ma démarche à un technicien patenté de la chose informatique. Réfractaire définitif du téléphone portable, je voulais un outil pour communiquer par courriel et billets narratifs. Fidèle parmi les fidèles de la firme à la Pomme, je n'envisageais pas l'achat d'un vulgaire P. C. J'ai toujours préféré l'original à la pâle imitation en acceptant de payer au prix fort ce snobisme !

    La première conversation eut lieu en mars. Le vendeur me vanta alors la petite merveille de la technologie du futur : l'Ipad n'était alors qu'une légende mais elle le faisait déjà rentrer dans le Panthéon des révolutions technologiques dont il ne faut pas manquer le virage.

    La force centrifuge me cloua littéralement à cette promesse de merveille et de simplicité. Je n'en savais guère moins que mon technicien. Une bonne manipulation suppose rumeur et secret, fuites savamment orchestrées et promesses mirifiques. Le gogo était ferré !

    En mai fais ce qu'il te plaît et j'obtempérai avec l'aveuglement qui sied à la victime d'une manipulation mentale. Mon vendeur n'en savait pas plus et avait perdu entre temps son statut marchand. La firme Apple gérait la pénurie, la rareté et le mystère en proposant le nouveau messie de l'informatique grand public en un nombre limité de points de vente. Il fallait, pour finir de refermer le piège, pré-commander la bête à une date fixée à l'avance.

    Abrutis par toutes ces stratégies pavloviennes, je bavais dans l'attente de ce gadget somptueux qui allait me permettre de sillonner la France et de le lui faire savoir en direct. Informé ou leurré par des vidéos maison, je ne savais presque rien de ce bijou électronique qui allait me faire rentrer dans la caste de ceux qui furent servis en premiers...

    La chose arriva en ce 28 mai. Chose promise, chose payée à l'avance, tout est prétexte à réaliser une bonne opération. La mienne devint alors rapidement une belle addition ! Mon vieux Mac n'était pas compatible. Pour quelques mois de trop, il fallait changer son système d'exploitation pour que le joyau accepte de se mettre en marche. Personne ne m'avait soufflé mot de cette petite nuance technique !

    Puis c'est mon serveur mail qui n'avait pas été présenté au capricieux engin. La déception l'emportait sur la fierté du pionnier. Passé l'émerveillement justifié des prouesses technologiques, l'utilisateur écrivant se rendit compte qu'il s'était totalement fourvoyé.

    Impossible d'enregistrer un texte, de le reprendre et de l'améliorer. La coquille n'était pas vide, elle n'était que pacotille sublime pour amateur de gadget onéreux. Apple accepta de me rembourser, la leçon fut salutaire et je m'en retournai dans une boutique que je n'aurais jamais dû abandonner pour me munir d'un ordinateur portable basique afin de vous informer en direct absolu  de ma pérégrination estivale au cœur de notre France rurale.

    
    Impavidement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

yayata 02/06/2010 18:05



intéréssant!



BR 02/06/2010 18:10



Voilà un commentaire plus bref qu'une publicité mensongère.


 


Je vous en remercie vivement.