Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le nouvel effet de seuil.

L'amnésie annuelle.


 Notre société vit de bien étranges et nouveaux rituels. Nous venons de vivre un de ceux-là qui s'accompagne de son cortège de pratiques récurrentes qui lavent si bien, que nous allons sortir de l'opération totalement essorés.


La science des forces obscures de la propagande en arrive à un degré d'efficacité qui force l'admiration et assure à ses adeptes, une belle longévité aux commandes d'un système délirant. Nous avons été gavés, comme chaque mois de décembre, d'un florilège des bons et des terribles moments de l'année.


Pour agrémenter le tout d'un peu de poudre de perlimpinpin et affirmer ainsi que plus rien n'a d'importance, la sauce est liée avec ces merveilleux bêtisiers de l'audio-visuel, qui sont la gloire des services de réflexion de nos élites créatrices. Ainsi, entre le fou rire d'une émission débile et le drame de Fukushima, nous allons, bien à nos dépends effectuer un amalgame réducteur et parfaitement insupportable.


Pire que tout, la ronde des rétrospectives nous enjoint de ne nous souvenir que du récit de l'année qui s'achève pour borner notre mémoire à ce laps de temps fort commode que l'on appelle année. Pour éviter la Révolution des consciences, limitons-nous à la révolution de la Terre. Copernic doit se remuer sur son bûcher !


Diantre me diriez-vous, si ce vocable était encore de mise, une année d'horreurs et de désolation comme celle-ci suffit amplement à notre malheur. Nous n'aurions que faire de garder présent à nos esprits amnésiques, tout ce qui se passa avant. Ne faisons plus d'histoires avec l'Histoire, seul demain est important !


C'est bien-là, la stratégie de nos manipulateurs au service du lavage des cerveaux destinés à la seule pensée qui vaille de nos jours : le consumérisme ! Réduire la mémoire à une seule année, fixer pour unique perspective l'année à venir, nous bloquer ainsi dans un espace temps d'un peu plus de sept cents jours , c'est nous réduire au rôle de consommateurs effrénés, peu soucieux de ce qui adviendra après eux. La Planète peut bien aller à sa perte, ce n'est pas encore demain la veille, alors pourquoi s'en soucier ?


Les analystes, les experts, les penseurs de ces temps contractés, tous ces doctes personnages ont concouru à notre rétrécissement mental en évoquant ce passé si récent qu'il n'a pas besoin d'un ripolinage illusoire, en nous fixant comme unique barrière chronologique, la perspective si peu réjouissante d'une élection présidentielle qui se jouera uniquement sur le fric dont disposent les grands candidats.


C'est l'effet de seuil, une barrière infranchissable pour nos esprits conditionnés par des médias au service d'un système qui les a enfantés. La réflexion, l'analyse historique, l'engagement de l'homme dans un temps qui le dépasse sont autant de pièges qu'il faut absolument éviter pour maintenir en dépit de tous les indicateurs sérieux, un système global totalement défaillant. L'économie, l'éducation, la pensée, la solidarité, la culture et tant d'autres domaines sont dans un état de délabrement général. L'homme n'a plus d'histoire et ne cherche plus à s'en construire une nouvelle, parce que les tenants de la cupidité universelle ont borné son cerveau.


2011 est mort de son beau trépas, 2012 ne sera plus que notre unique et resplendissante perspective. Tous nos vœux pour ces trois cent soixante six jours à venir, un monde fait de trois cent soixante cinq demain, la seule façon de considérer de nos jours l'idée du futur. Quant à notre passé, nous allons tellement souper des rétrospectives 2011, qu'un seuil franchi, notre cerveau docile aura effacé de son programme, cette cascade de faits à oublier. Notre passé aussi réduit que son collègue inconnu, nous irons joyeusement sur les routes d'un présent sans cesse recommencé ...

 


Achronologiquement vôtre.


Vidéo : 

Les grands bouleversements de l'année 2011 -... par Ifri-podcast

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article