Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le piège Machiavélique

Pe(n)ser Autrement.

 


 
      Nicolas Premier, roi des Pas-Francs du collier, petit fils de Pépin le Bref, cousin par mésalliance d'Attila le terrible nous a hourdé un plan aussi retors que diabolique pour conserver son trône. Étrangement, il semble que nos observateurs de la chose politique n'y ont vu que du feu quand Nabum, toujours prompt à vous alerter, devine déjà la braise !

        Ne voulant pas garder de par devers moi ce lourd secret, cette révélation divine, je viens ici vous éclairer de ma lanterne magique, celle avec laquelle mon mauvais petit génie m'a alerté de l'avenir malsain qui se prépare dans les feux de l'enfer élyséen. Une fois encore, les doctes conseillers de gauche, experts en défaites surprenantes et querelles vaines ne comprennent pas les signaux inquiétants qui se lèvent à l'horizon.

        L'astuce est d'ailleurs si subtile, que ceux que nous continuerons d'appeler du bout des lèvres « nos amis socialistes » (douce ironie de la relation toujours déçue, du cocu systématique) sont en ce moment persuadés de bientôt tirer les marrons du feu au festin de 2012. Ils oublient bien vite les leçons de l'histoire, ne peuvent respecter l'adversaire quand ils le croient à terre. Qu'ils prennent garde, la bête est coriace, dans un an, il se peut qu'une fois encore, le bon peuple de gauche se retrouve marron !

        Cette fois, les roses si peu qu'on ne perçoit guère la nuance qui les sépare de leurs adversaires politiques rêvent d'endosser le rôle de 2002. Ils se leurrent singulièrement en croyant que l'électeur de la droite « fréquentable » (pardon pour cette appellation abusive) , agira de façon aussi stupide et naïve que le peuple de gauche à l'époque. Mais là n'est pas la question mais l'appeau qui est agité par Lucifer pour tromper tout son monde.

        Les sondages, ce miroir aux alouettes, annonce l 'élimination du petit homme. C'est méconnaître les ressorts d'une élection présidentielle, la psychologie des électeurs des deux sensibilités et l'indiscipline chronique des gens qui n'ont plus rien à perdre. Car c'est bien là le cœur du problème, à gauche, l'électeur vote pour adresser un message, pour exprimer une opinion, pour préparer un avenir moins sombre quand à droite, le vote est le prolongement du porte-monnaie et que nulle stratégie ne vient polluer le plan comptable.

        Au moment du premier tour, les forces de la réaction, du capital et des possédants voteront comme un seul homme vers celui qu'ils ont critiqué cinq années durant mais qui les a si bien servis. La reconnaissance du compte en banque est plus forte que les petits ressentiments du jour. La discipline n'a rien à voir, il s'agit d'un intérêt collectif bien compris et d'une redoutable efficacité. Dans l'autre camp, il va y avoir des luttes intestines, des expressions nécessaires pour infléchir la tendance naturelle du parti socialiste au mensonge et à la tromperie? La dispersion n'est pas bonne conseillère et l'échec sera encore au bout de l'expression dispersée.

        Le piège est tendu. Les forces laborieuses ont le choix entre se tourner vers le PS et ne rien obtenir puisqu'aucun message n'aura été entendu par ces gens si sourds à la réalité du terrain ou donner des messages qui ne serviront qu'à replacer le Petit homme dans la course et éliminer le maigre espoir possible. Que faire ?

        Donner un chèque en blanc au PS, pour éliminer le monstre et éviter le diable ? Il y a tout à perdre dans cette stratégie qui fait la part belle aux socio-traitres. Il ne faut pas croire en la volonté des gens de Solférino de sortir de la logique libérale. S'exprimer et l'échec est au bout du chemin. Perdants, comme toujours dans l'histoire nationale depuis qu'une révolution bourgeoise a écarté la domination par la naissance pour la remplacer par celle par l'argent.

        Exiger des primaires de toutes les gauches pour montrer le véritable rapport de force, pour montrer nos aspirations et écarter la terrible double menace. Mais qui osera cette réponse qui demanderait enfin d'agir au nom des intérêts des plus faibles ?

    Lucidement vôtre


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article