Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le président des villes, le candidat aux champs !

La métamorphose du cloporte !

salon de l'agriculture,détournement,humour,sarkozy,blonde d'aquitaine,vaches,france,pamphlet

 

 

Il l'avait annoncé, nous ne serions pas au bout de nos surprises. À chaque jour de campagne, le Président de Neuilly-sur-Seine-sur-Scène-sur-Cène se grime d'un nouveau masque. Tout est prétexte à se débarrasser des oripeaux de l'infâme président des villes pour devenir le temps d'un mensonge le plus court possible, le Président des champs.

 

Qu'il se rassure, pour moi il restera ce méchant homme qui inaugura son mandat et son premier salon de l'agriculture par un « casse-toi pauvre con » qui fit sensation dans la basse-cour. Mais pour les gugusses de service, ceux qui sont prêts à gober toutes les impostures, la métamorphose de notre cloporte en jolie chrysalide fonctionne à plein.

 

Oh, tout ne fut pas aussi simple en cette promenade urbano-champêtre de la porte de Versailles. Il faut parfois porter le terrible poids d'une faute impardonnable. C'est ce qui arriva à notre homme au détour du stand des bovins. Une magnifique blonde d'Aquitaine leva la queue à son passage pour déposer noble présent sur ses escarpins rehaussés.

 

Les effets désastreux de ce mouvement d'humeur furent bien vite effacés par un service d'ordre jamais en peine de protéger leur client de la piétaille. Cette fois pourtant, il avait commis grossière erreur, il avait omis de s'enquérir des opinions de la bovine rebelle. Après une enquête rapide, je peux vous affirmer que la bête n'a pas pris sa carte à l'UMP et n'aurait jamais dû approcher notre Président de si près.

 

Mais de là à se livrer à un tel attentat, comparable aux pires régicides de l'ancien régime, il n'y a qu'un pas qu'une bête à viande ne franchit que rarement. Son éleveur, désolé, reconnaissait bien que la demoiselle était bien un peu chaude des cornes qu'elle avait assez près de ce gros bonnet. L'explication est bien légère, il fallait aller chercher un peu plus loin.

images.jpeg

D'autres prétendent qu'elle avait reconnu une amie à elle, dans les carcasses qui pendaient tristement derrière ce visiteur matinal lors d'une escapade à Rungis. La solidarité de la chair à boucherie n'est pas vaine légende, elle devait laver l'affront fait à sa compagne d'étable pour la seule gloire d'un homme en quête de sang neuf.

 

Cette fois encore, des experts se sont étonnés qu'elle eût pu identifier ainsi une camarade de près et émirent à juste titre, des doutes sur cette hypothèse. Il fallait faire vite, trouver la réponse avant que le lait ne tourne. Le Président ne pouvait quitter le salon sans savoir si un nouveau groupuscule anarcho-paysan en avait après ses abattis.

 

C'est Nabum, toujours à l'écoute des humbles et des modestes va vous livrer la solution à ce crime de lèse-majesté. Si la demoiselle d'Aquitaine a foulé au pied la dignité de la Nation, si elle s'est permis cet outrage , c'est qu'elle avait bien des raisons en somme. Elle ne saurait les exprimer toutes ici, le sort que l'homme a réservé au monde agricole, son désintérêt abyssal pour l'aménagement des territoires isolés, sa politique qui a privé la province profonde de nombreux services publics valaient bien un jet puissant et vengeur d'une urine purulente.

 

Mais s'il eut droit à la bouse, la pire des insultes qu'une bête puisse faire à un congénère, c'est que le forfait était plus grave encore, que la faute plus impardonnable pour que la bête altière accepte de se livrer ainsi à la vengeance des nouveaux amis du président, sur l'heure, dans les abattoirs attenantes les halles de Rungis.

article_photo_1330154659627-2-HD.jpg

Avant que de tomber sous les coups des bourreaux, elle me livra son secret. Je lui promis de ne pas le garder pour moi et c'est ce que je fais ici en mémoire de la belle outragée. Elle m'avoua, ah que c'est dur à vous dire, elle m'avoua un amour déçu, une immense contrariété, une peine ineffable. Jamais me dit-elle avant de quitter ce monde de misère elle ne pardonnera à notre homme, d'avoir préféré une brune transalpine à une blonde d'Aquitaine ! Rendons lui un dernier hommage …

 

Éleveurement sien.

73184980.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article