Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le Président vit en Enfer.

Il s'use et personne ne le remplace
À Philippe et tous ces présidents qui ne sont pas perchés sur leurs ergots (egos) !
  •     Dans nos associations à essais non lucratifs, il est une fonction dont personne ne veut, la première de toutes ! Pour le plus conciliant, le moins exigeant, le plus coulant,  le moins méfiant, on promet un bureau soudé, des tâches partagées, des réunions écourtées, des obligations diluées. Mais au bout des tous ces mécomptes, le président assumera seul un immense fardeau !
  •     J'en ai connu de ces fous furieux de la disponibilité coûte que coûte, lavant les maillots, installant les drapeaux de touches et les protections, rangeant le club-house et fermant seul, la buvette en poussant vers la porte, ceux qui ne doivent pas avoir de famille …

  •     Du matin au désespoir, ils sont sur le pont : Capitaines d'une embarcation sans officiers, seuls mousses à bord. Du soir au chagrin, ils assistent à toutes les rencontres, tous les entraînements, marathoniens du quotidien de leur club, ils négligent femme et enfants pour une bien ingrate maîtresse, toujours insatisfaite. (Que des pléonasmes)

  •     Quoiqu'ils fassent, les présidents ont tort, c'est le préalable à toute discussion. Où qu'ils soient, ils ne sont pas  où il le faudrait, c'est un principe incontournable. Ils s'époumonent, se dispersent, s'épuisent en vain. Ils n'en font jamais assez aux yeux de ceux qui ne font rien ou pas beaucoup. Plus ils en font, plus ils en ont à faire et plus les autres s'indiffèrent. La Mairie impose, le Comité dispose, le bureau expose, les équipes reposent, les entraîneurs composent et au final, les présidents explosent !
  •     Ils devaient être la tête pensante, ils ne sont que des esclaves corvéables à merci mais toujours sans merci. Leurs associations les mangent à petit feu puis, petit à petit, à gros bouillon. « Mais ils n'ont qu'à déléguer ! » Le « Y'a qu'à » du grand « Faut qu'on » a encore sévi. Le conseil, s'il est suivi, provoquera une levée de boucliers.

  •     Le président personnifie l'association, il l'incarne ! Figure tutélaire, il se doit de donner son temps sans compter et finit par tout perdre autour de lui, dans cette autre vie qu'il semble avoir mis entre parenthèses. Il est entré en présidence comme d'autres rentrent dans les ordres, un sacerdoce laïc, sportif, gratuit et permanent.
  •     Quand revient le temps de l'assemblée générale, toutes les critiques s'estompent et personne ne se propose pour prendre la place de celui qui n'en peut plus. On s'accordait bien à penser qu'un changement était nécessaire. On évoquait un homme neuf, providentiel, brillant …
  •     « On », ce magnifique prénom impersonnel qui permet de se cacher derrière ce singulier si hypocrite, « On » ne trouve pas ce joyau de la république et « On » revote comme un seul homme pour cet homme usé et décrié.

  •     « On » entoure alors le président élu pour un nouveau mandat. « On » lui promet, cette fois, juré, craché, de l'épauler comme jamais, de lui apporter ce soutien qui lui a manqué la saison dernière et celle d'avant comme toutes les précédentes du reste ! Le Président, encore naïf, les croit et se donne une année pour mettre le pied à l'étrier, à ce successeur qui viendra d'un claquement de doigts.
  •     La suite ne sera qu'un éternel recommencement. « On » disparaît bien avant le premier coup de Trafalgar et laisse, une fois de plus, le Président dans son incommensurable solitude.  Mais tout lasse, tout casse aussi. Un jour, la corde se rompt, la machine se détraque. Le Président tire sa révérence pour se sauvegarder.

  •     « On » s'étonne, « On » s'indigne, « On » dénigre ! Mais personne ne prend cette place si exposée et l'association perd la tête au grand étonnement de tous ces « On ».
  •     Associatiénormément vôtre.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian de provins 08/11/2009 10:43


nous vons mis un article en lien ...

http://c.s.gouaix.provins.over-blog.com/

et pour l'afrique mais si vous pouvez faire quelque chose pour nous ... mettre un article et un lien sur le projet..

http://projetafriquedusud.over-blog.com/


faire connaitre le projet nous permettra de remplir les 47 places d'avion et de faire vivre une expérience de folie a 40 jeunes rugbymans... peut être qu'un affichage dans votre club...


BR 08/11/2009 19:31


Faites moi passer plus de détails pour une chronique éventuelle merci


christian président de Provins 08/11/2009 09:58



bien écrit et ce n'est pas loin d'être la vérité... mais à provins en plus de la vie de tous les jours nous lançons des projet fou pour un club de deuxième série... cette année les petits partent
en Russie, nous avons déjà rencontré deux fois l'afrique du sud depuis spetembre...

a propos d'afrique du sud ... nous cherchons des joueurs de U17 pour partir avec nous en juillet 2010 ...



BR 08/11/2009 10:37


Merci pour le compliment à une petite nuance : c'est la vérité !

Les projets fous, il en faut, venez donc au rassemblement des géants de Fleury, vous pouvez le trouver en chroniques et en album sur mon site ou sur le site du CJF Fleury.

Pour l'Afrique du Sud, je ne peux rien pour vous hélas !
Bon voyage, bonne folie et soyez fidèle à ce site qu'il faut faire connaître dans le milieu du Rugby pour l'espace de parole qu'il souhaute devenir.

Merci.
Un lien si vous avez un site serait formidable.


boutard philippe 06/11/2009 19:09


il faut soit etre tordu soit mordu soit fendu ou les 3 en meme temps pour assumer cette tache difficile sans compter les responsabilités qui en decousent je le sais par experience et ce vrai que
c'est tuant comme role merci BR pour cet article il est bien ecrit et plein de verite
Philippe


BR 08/11/2009 09:21


dans quelle catégorie as-tu placé ta présidence

Tordu pour tous les coups qu tu as pris ?

Mordu pour tous ces loups qui ont voulu te dévorer ?

Merci de tes commentaires qui sont maintenant publiés sur la bande latérale du blog.

BR